[VAR]: Quand le chocolat s’invite à Roquebrune sur Argens

A proximité de la ville antique de Fréjus et du très convoité port de Saint-Tropez, se niche un petit village médiéval entre terre et mer. Roquebrune Sur Argens est divisé en trois quartiers: le village et son cœur historique, la bouverie qui se trouve un peu plus dans les terres entre le Massif des Maures et le Massif de l’Estérel, et enfin le quartier des Issambres qui est plus touristique situé en bord de mer dont l’activité bat son plein à la saison estivale.

Aujourd’hui, c’est au cœur du village que nous nous rendons, pour une balade très très gourmande.

SOMMAIRE

  1. Maison du Chocolat et du Cacao & anecdotes historiques
  2. Déambulations dans les deux chocolateries phares du village
  3. Séance de Choco-Sophro / Retrouvez l’interview exclusive de Christelle Beckrich

1. La visite commence rue de l’hospice, à la Maison du Chocolat et du Cacao, inaugurée en 2015. L’endroit est plus qu’atypique puisque le musée s’est tout bonnement installé dans une chapelle qui, il y a fort fort longtemps, servait d’hospice et accueillait les malades. Après avoir été abandonnée de très longues années, les habitants ont transformé la chapelle en un musée local, pour finalement l’orienter vers des choses plus sympathiques: le chocolat. Et depuis mai dernier, Roquebrune sur Argens s’inscrit même sur la Route européenne du Cacao… rien que ça !! (Cliquez-ici pour la découvrir).
Vous allez me dire, quel rapport entre les malades et le cacao ? Lisez la suite et vous allez vite comprendre que ces deux choses-là sont totalement compatibles 🙂

Ci-dessus la Pharmacopée Universelle de Nicolas Lémery, grand chimiste et apothicaire de Paris à l’époque de Louis XIV qui date de 1697. C’est bien évidemment l’objet le plus précieux de la collection.

D’après le livre de Henry Forest Du Cacao et de ses diverses espèces…importance de l’usage du cacao pur écrit en 1864, le beurre de cacao est très utile pour réparer les petits tracas du quotidien. En effet, le beurre a l’avantage d’être doté d’anti-oxydants naturels, et lui évite de rancir contrairement aux graisses animales. On peut ainsi l’appliquer sur des peaux sèches ou irritées, notamment sur les petits enfants graisseux lorsque deux surfaces de peau se touchent et finissent par s’irriter (c’est lui qui le dit hein…). Il sert aussi d’adoucissant pour les toux nerveuses et les hémorroïdes (hum hum vraiment très sympa ce Forest 😀 ). C’est aussi un cosmétique idéal puisqu’il hydrate sans laisser de corps gras sur la peau ; Il était donc très apprécié des espagnoles. Rappelons que les toutes premières fèves de Cacao sont en effet arrivées en Espagne et ce sont les espagnols qui ont rendu célèbre le chocolat chaud à la cours de Versailles.
Lecture en ligne disponible gratuitement sur Gallica, le site de la Bibliothèque Nationale française qui met à disposition des ouvrages historiques pour notre culture personnelle. Cliquez-ici

Dans le musée, on retrouve plus de 1000 objets qui ont généreusement été donnés par des familles, ou chinés par la ville. Le musée est gratuit, accessible aux personnes à mobilité réduite et un espace pour les enfants a même été aménagé. Alors aucune excuse pour ne pas y faire un tour 😉

*****

2. La visite se poursuit au cœur du village pour aller rencontrer les deux chocolatiers qui se sont imposés dans le village de Roquebrune: la Chocolaterie du Rocher et Chocolats et Gourmandises. Toutes deux sont des boutiques concurrentes certes, mais qui proposent des choses tellement différentes que finalement, les deux sont à découvrir. Vous allez voir que les deux chocolatiers ont su tirer leur épingle du jeu, et proposent deux spécialités dans leur boutique.

Commençons par la plus traditionnelle des deux, et aussi la plus proche du musée du cacao: la Chocolaterie du Rocher, à deux minutes de là. Le gérant, Philippe Vinay, Isérois d’origine, semble être très fier de son village d’accueil. En effet, celui-ci a imaginé une bouchée qu’il a appelée le « Rocher de Roquebrune » et qui fait référence au fameux massif rocheux qui domine le village et où on peut aller randonner. Il en a fait, sans le vouloir, la spécialité de la ville. Le rocher est un tendre nougat au miel de lavande, enrobé d’un chocolat à l’orange, au citron, à la violette, à la rose ou plus simplement au chocolat noir Côte d’Ivoire. Ils sont tous moulés et enrobés à la main de façon artisanale. La boutique se démarque aussi pour son chocolat en poudre, que l’on peut déguster sur place sur la jolie terrasse vintage. La boutique n’est pas grande, mais est très cosy, la terrasse est très agréable et le chocolatier nous a parlé de son travail avec une grande passion.

Suivez ses actualités sur Facebook en cliquant ici

La seconde boutique « Chocolats et Gourmandises » qui se trouve au 1 place Saint-Pierre, est tenue par la jeune Mélissa Ouvry qui rêvait d’être chocolatière dès sa plus tendre enfance. La boutique est féminine, raffinée et elle a su ajouter une touche glamour à ses créations. Elle travaille d’ailleurs depuis quelques années pour le Festival de Cannes. La classe! Mélissa a elle aussi deux incontournables: la pâte à tartiner à la noisette sans huile de palme et son chocolat « tendre rêve ». Elle propose également des pralines aux ganaches originales à base de basilic ou de thé.

Retrouvez-là sur Facebook sur Instagram et sur son site internet

3. Enfin, nous finissons l’escapade gourmande par une activité détente tout à fait unique: la Choco-Sophro avec Christelle Beckrich, qui a imaginé une séance de sophrologie tout en dégustant du chocolat… Les 3 pralines ont justement été sélectionnées chez Chocolats & Gourmandises.

Notre sophrologue a installé l’assiette de dégustation devant chaque participant, s’est présentée à nous et nous a expliqué le déroulement de la séance avec les différents axes de travail qui allaient être abordés. Elle nous a expliqué que ces deux activités se mariaient à merveille puisqu’on ne prenait généralement pas le temps ni de se détendre, ni de déguster le chocolat puisque généralement, on s’empressait de tout mettre dans la bouche sans même s’intéresser à la saveur ou à la texture. Cet exercice, en plus de nous relaxer, nous permet justement de redécouvrir le chocolat sous un nouveau jour. Et je peux vous dire que c’est une expérience absolument incroyable… Je faisais un petit peu la moue lorsque j’ai vu qu’il n’y avait pratiquement que du chocolat noir (car ce n’est pas celui que je préfère), et j’ai été surprise de vraiment apprécier le goût, la texture, de sentir le chocolat fondre sous la langue et de profiter de l’explosion de saveur au moment de la dégustation. Nous n’avions jamais goûté les chocolats qui nous ont été donnés, donc c’était la totale découverte. J’ai adoré la truffe au caramel (mon dieu la tuerie…) et celui au thé. Cette séance m’a donné envie de retourner dans la chocolaterie mais surtout de refaire une séance de sophrologie que je découvrais pour la première fois. Je me sentais tellement bien après… Je m’endormais presque. J’ai voulu retourner vers Christelle Beckrich pour en savoir plus sur elle et son activité…

Allons ensemble la rencontrer…

Bonjour Christelle, pouvez vous nous parler un petit peu de vous et de votre activité ?

★ Êtes-vous originaire de Roquebrune sur Argens et/ou du Var ?

Je suis originaire d’Alsace et j’habite Roquebrune sur Argens depuis cinq ans.

★ Parlez-moi un peu de votre parcours professionnel ; comment en êtes-vous arrivée à travailler dans la sophrologie ?

J’étais enseignante de français dans un lycée. J’ai toujours aimé les techniques de détente profonde. Quand j’ai découvert la sophrologie, ce fut comme une évidence et cette méthode a pris de plus de plus de place dans ma vie jusqu’à devenir essentielle. J’ai quitté l’enseignement et j’ai intégré l’école de sophrologie de Marseille pour en faire mon métier.

Comment vous-même avez-vous découvert cette technique de relaxation ?

Je me suis inscrite à un atelier de sophrologie en groupe pour mieux découvrir cette méthode et je n’ai plus jamais arrêté.

Quel est le profil type des clients qui viennent vous voir ?

Il y a des adultes qui ont des difficultés à gérer leur stress ou la pression professionnelle, des adolescents qui manquent de concentration ou qui ont besoin de canaliser leurs émotions, des séniors qui recherchent plus de calme intérieur.
Le profil des clients au cabinet, ce sont des personnes qui se tournent vers des professions paramédicales pour essayer de mieux vivre leur quotidien.

Que conseillez-vous à une personne qui a du mal à lâcher prise ou qui est sceptique face à ce type de relaxation ?

S’offrir une heure de son temps pour soi est déjà une démarche de lâcher-prise. La sophrologie permet d’appréhender son corps d’une autre manière, plus douce et plus bienveillante. Le meilleur moyen de se faire sa propre opinion sur la sophrologie est de venir faire une séance avec l’envie de découvrir du neuf !

Comment l’idée d’allier chocolat et sophrologie vous est-elle venue ?

Après une année avec des séances bimensuelles de sophrologie avec mon groupe, j’avais envie de terminer sur une note plus gourmande. J’ai demandé à chaque participant d’apporter son chocolat favori. On a fait une séance sur les 5 sens : voir, toucher, sentir et goûter son morceau de chocolat avec lenteur et en pleine conscience a éveillé tant de sensations extraordinaires que j’ai commencé à réfléchir pour développer ce concept.

Votre collaboration avec Mélissa Ouvry est-elle toujours d’actualité ? Pourquoi avoir choisi cette chocolaterie plutôt qu’une autre ? Avez-vous d’autres collaborations en vue ?

Quand je suis entrée la première fois dans la chocolaterie Chocolats et Gourmandises, j’ai aimé le lieu et les odeurs. J’ai évoqué l’idée d’une séance de sophrologie alliée au chocolat à Mélissa Ouvry, gérante de la chocolaterie et elle a été immédiatement partante. Nous avons mis en place les « choco-sophro » en février 2016 et tous les mardis du mois de mars de cette année.

J’aimerais aussi collaborer avec Victoria Lotito, naturopathe qui vient d’ouvrir sa boutique nommée Essenciel à Roquebrune sur Argens.

Quels sont vos futurs projets en tête ? Allez-vous par exemple développer d’autres types de séances (comme la sophrologie & la marche nordique que vous proposez déjà)

Je continue à proposer une « promenade bien-être » mensuelle au Château des Demoiselles de La Motte et le 20 mai 2017 et le 17 juin 2017, ce sera une promenade bien-être matinale suivie d’un pique-nique sous un très beau chêne au milieu du vignoble.

Un autre projet va voir le jour le samedi 3 juin 2017 à Roquebrune sur Argens : un « atelier du stress » pour mieux gérer le stress des examens par la sophrologie et les jeux théâtraux avec Danielle Morris, professeur de théâtre. L’objectif de cet atelier du stress est de repartir avec des techniques simples pour savoir apprivoiser le stress le jour de l’examen.

A quels prochains événements peut-on vous retrouver dans les Alpes-Maritimes et dans le Var pour découvrir cette séance de choco-sophro ?

Aujourd’hui, je propose des séances de « choco-sophro » aux entreprises qui permettent de découvrir la sophrologie par un autre biais. Je suis donc en recherche d’entreprises dans le Var et les Alpes-Maritimes qui souhaitent offrir à leurs salariés un moment de détente ludique et gourmand.

Merci Christelle pour votre temps, votre bonne humeur et ce beau moment de détente en votre compagnie 🙂 

Pour ne manquer aucun rendez-vous, direction sa Page Facebook & son Site Officiel. N’hésitez pas à la contacter pour des informations complémentaires, elle se fera un plaisir de vous répondre 🙂

*****

Je remercie également le Salon des Influenceurs du Web et l’Office du tourisme de l’Estérel  qui ont rendu possible cette belle journée de découverte et de gourmandise.

Pour organiser vos vacances et faire vous aussi une visite chocolatée, n’hésitez pas à consulter le Site de l’Office de Tourisme de Roquebrune sur Argens (cliquez ici) et de consulter le Site officiel du Tourisme dans le Var (cliquez la).

A très vite pour d’autres escapades gourmandes

[Fréjus]: Escapade culinaire au Clos des Roses

Dans le cadre du Salon des Influenceurs du Web qui s’est tenu la semaine dernière à Saint-Raphaël, j’ai eu l’occasion de participer à un blogtrip culinaire organisé par l’Office de Tourisme de l’Estérel.

J’avais déjà repéré le Clos des Roses il y a quelques temps lorsque j’étais à la recherche du cadeau parfait pour l’anniversaire de l’amoureux, et finalement j’étais partie un peu plus loin dans le Var, à Sanary. J’avais longuement hésité avec le Clos de Rose car le domaine viticole propose des packages clé en main avec les coffrets cadeaux, et c’est franchement pratique. J’étais intéressée par la formule « Séjour Romantique » à 299€ qui comprend une nuit dans la chambre confort avec petit déjeuner, dîner (E/P/D à la carte avec coupe de champagne), puis l’accès au hammam et à la piscine, qui est chauffée d’avril à octobre ; le tout, avec une vue imprenable sur le vignoble et les oliviers… le rêve à porter de main puisque nous habitons à 30km de là. Finalement, mon choix s’était porté sur Sanary à l’hôtel de la Farandole car je souhaitais avoir une vue mer depuis la chambre.

——

En tout cas, j’ai été absolument ravie de découvrir le programme de ma journée avec la demie journée prévue au Clos des Roses. Car en effet, dans les Alpes-Maritimes, il n’y a pas tant que ça de vignobles, et encore moins un vignoble proposant autant d’options tant pour le touriste lambda qui vient visiter et déguster les vins, que pour le professionnel qui veut organiser un déjeuner d’affaire ou louer les locaux pour faire sa réunion. D’autre part, le vignoble a la singularité d’être installé sur une terre volcanique, ce qui rend la visite d’autant plus intéressante puisque c’est très rare.

Découvrons ensemble le magnifique domaine de la Famille Barbero (que je remercie au passage pour leur accueil très chaleureux)…

Notre journée s’est inaugurée au domaine, avec un cours de cuisine orchestré par Fabien Pasquale, le Chef du restaurant. Il s’est montré très patient avec nous, et nous a transmis la passion qu’il a pour la cuisine, pour les produits de saison et pour le terroir. Au menu: Filets de Saint Pierre en croûte de tandoori, risotto aux herbes et parmesan, petits légumes de printemps du potager et chantilly aux deux agrumes. La recette était à notre portée et parfaitement adaptée à nos attentes. C’est cette même recette qui nous a été servie au moment du déjeuner et c’était une explosion gustative… un vrai RÉGAL ! En dessert, nous avons eu un fondant à la pistache (OMG) avec une tuile au gruau de cacao et des fruits frais… une vraie révélation ce petit fondant… Je risque d’ailleurs de vous en proposer ma version très bientôt sur le blog 😀 ça m’a donné envie d’essayer. Et puis bien sûr nous avons goûté les vins du domaine, ce pourquoi nous étions là.

C’est Alexia qui s’est chargée de nous faire à la fois la visite du vignoble, de la petite chapelle du domaine (non sacralisée mais que l’on peut tout de même privatiser pour un mariage), de la cave et qui nous a fait la dégustation dans le salon prévu à cet effet. Ses explications sont claires, précises et ponctuées d’anecdotes. J’ai beaucoup apprécié. Elle nous a entre autre expliqué le procédé pour obtenir un vin rosé très pâle, vin dont la tendance rencontre un vif succès actuellement. C’était passionnant.

Mesdames, vous serez d’ailleurs ravies d’apprendre que le Maître de Chais du domaine, soit la personne qui élabore les vins, est une femme, chose assez rare dans le milieu. Les femmes ont une place de choix au Clos des Roses (d’où son nom d’ailleurs), et cela s’en ressent de par la décoration des espaces jusqu’aux packagings des bouteilles. Tout est élégant et raffiné.

Le potager du Clos des Roses

Deux autres choses ont retenu mon attention: l’engagement & le respect du terroir. En effet, depuis deux ans, le domaine n’utilise plus aucun pesticide sur les vignes.Tout est traité de façon naturelle, avec du souffre, du cuivre ou encore de la purée d’orties pour appréhender les potentielles maladies. Et jusque là, ça marche ! Cette terre volcanique y est peut-être pour quelque chose ? Car il paraît que c’est très difficile. Alors bravo ! Et puis ça ne les empêche pas d’être modernes et dans l’air du temps, à en croire par exemple le pressoir dernier cri qui se trouve dans la cave 🙂 une vraie petite merveille de la technologie.

Les rosés sont les vins phares du domaine, mais vous y trouverez bien évidemment des rouges et des blancs. Le Clos des Roses vient d’ailleurs tout juste d’obtenir une médaille d’or sur un AOC Rouge Côtes de Provence 2015 que le jury du Concours Général Agricole de Paris a trouvé très prometteur. Il est composé de 50% de Syrah et 50% de grenache. Personnellement, le vin que j’ai préféré est un blanc qui porte le doux nom de Mademoiselle Rose.

Pour finir, nous avons visité deux des chambres de l’hôtel, la confort et la prestige, elles sont magnifiquement décorées et offrent une vue imprenable sur le vignoble et la piscine. Et entre nous soit dit, j’ai préféré la confort qui est superbement agencée et plus lumineuse que l’autre. Et comme je suis sympa, je vous donne une petite astuce supplémentaire: préférez la réservation en direct à la réception, par téléphone ou via leur site officiel pour avoir le petit déjeuner offert, autrement, via un autre réseau de réservation, il vous faudra vous délester de 15€ supplémentaires 😉 Si vous appelez, n’oubliez pas de donner le code « Breakfast » pour en bénéficier.

En tout cas, gardez l’œil ouvert sur Facebook, Twitter ou par leur newsletter car le Clos des Roses est un domaine très dynamique qui propose sans arrêt des événements à ne pas manquer. Le prochain en date aura lieu le 23 Mars avec une soirée Jazzy et SURTOUT SURTOUT, la fête du printemps le 25 et 26 mars avec un accès libre à la cave et tout plein de surprises prévues ce week-end là. Si au passage vous voulez vous ressourcez au cours d’une séance de yoga au milieu des vignes, alors rendez-vous les samedi et dimanche à 14h30. Pensez à réserver.

Cliquez ici pour accéder au Site Officiel, ici pour le programme de la fête du printemps et ici pour les coffrets cadeaux. Et pour suivre leur actualité: retrouvez les sur Facebook, Instagram & Twitter.

Un grand merci à Esterel Côte d’Azur, à la Famille Barbero et à Claire pour l’organisation de ce beau programme, et bravo à Laurence pour la programmation artistique détonante 🙂 Je suis aussi ravie d’avoir fait la rencontre de blogueurs de choc: A day in the world, Mymy and Cie, Bistro de Jenna, Sarahtatouille, Papa en Cuisine et Lila du Meilleur Pâtissier. Un très joli moment en votre compagnie.

La prochaine fois, je reviendrai avec mon amoureux 🙂

La Corniche d’Or, une petite merveille à ciel ouvert

Samedi, la météo nous prévoyait une magnifique journée, et nous en avons pleinement profité pour nous balader entre les Alpes Maritimes & le Var sur la Corniche d’Or. Je pense que tous les sudistes de la Côte d’Azur adorent ce coin de l’Estérel avec ses roches rouges, ses eaux turquoises… Quand on arrive par le train et qu’on redécouvre ces paysages, on ne peut s’empêcher d’avoir un petit soupir de soulagement et de se dire « ça y est, je suis à la maison ».

En été, c’est bien sûr un lieu très prisé des touristes pour les calanques et petites criques sublimes. En ce moment, c’est agréable d’y aller puisqu’on peut rouler tranquillement, sans bouchons & profiter du calme qui y règne. On a seulement le bruit des vagues, de la brise et des petits oiseaux.

On s’est arrêtés quand on en avait envie: du côté du Trayas, puis d’Agay, là où nous avons mangé. Le contraste des couleurs est vraiment saisissant et la côte reste malgré tout bien sauvage. On se croirait tout bonnement dans le Colorado !

Office de tourisme de St Raphael: cliquez-ici

On va essayer de se trouver des petits sentiers de randonnée dans ce coin là !
En s’arrêtant au début d’Agay, on est tombés sur une fille assise dans le sable qui poussait la chansonnette en jouant du yukulele… on ne pouvait pas plus se sentir en vacances ! Merci à elle pour ce doux moment.

Côté repas, nous avons opté pour le restaurant « Le Charivari » sur la route d’Agay à St Raphael. Malheureusement, à cette saison la petite terrasse en contrebas n’était pas ouverte et il n’y avait donc que deux tables au soleil dont seulement une avec la belle vue mer. Du coup on s’est contentés de la vue en étant à l’intérieur. On le saura: c’est mieux de réserver à l’avance ! Côté gastronomie, on s’est vraiment régalés: mon chéri s’est laissé tenté par le tartare de boeuf à leur façon (préparé avec de la coriandre et des tomates séchées maison) accompagné de pommes sautées et d’une petite purée à la patate douce ; et moi j’ai pris le Wok de Gambas avec des nouilles sautées aux légumes. Tout était très bon et très bien préparé. Les crevettes étaient bien fraîches et bien tendres. Nous n’avions plus assez faim pour un dessert donc nous avons pris un petit chèvre à l’huile de truffe & copeaux de truffe à partager tous les deux. Le personnel est très serviable et très sympathique. Ils s’assurent de votre confort tout le long du repas et ont eu plusieurs petites attentions à notre égard: nous avons eu un espuma de champignons offert en apéro et un petit limoncello au moment de régler l’addition. Pour les fumeurs, vous pourrez vous détendre à l’entrée du restaurant dans le petit salon d’extérieur. Côté prix, comptez 16 à 27€ pour une entrée ou un plat, et 9-10€ pour un dessert. Côté vin, si vous aimez les fruités, je vous recommande le « Plaimont XVIII Saint Luc », un vin de Gascogne délicieux (5€ le verre). Cliquez-ici pour accéder à leur Page Facebook.

f8ac4-img_3853e6f45-img_3857a3669-img_38560f4ae-img_385998f78-img_3849

Après le restaurant, nous nous sommes trouvés un petit coin secret pour faire la sieste sur l’herbe avec une vue imprenable sur la mer… le paradis sur terre ! J’ai même trouvé un freesia sauvage qui sentait bon l’abricot.

 365b6-img_3880
Une journée parfaite en amoureux

 

 

Week-end romantique à Sanary

Ce week-end, j’ai emmené mon chéri à Sanary pour son anniversaire. J’avais envie de nous offrir un moment romantique dans un hôtel luxe, avec vue mer & SPA. J’ai choisi l’Hostellerie La Farandole à Sanary sur mer.

b332d-img_21008b720-img_2097

J’ai choisi une Chambre Deluxe avec terrasse privative et vue sur la mer + Petit Déjeuner (15€/pax) livré en chambre directement.

ef0b8-img_207593ec2-img_20735681f-img_20740e2c2-img_20699aaf8-img_216485d38-img_2143f0919-img_2165

Les + : Hôtel très beau dans un cadre exceptionnel (les pieds dans l’eau) ; parking privatif avec service de voiturier sans charges supplémentaires ; personnel charmant, souriant & à l’écoute ; late check-out possible (12h au lieu de 11h) ; petit déjeuner en chambre pour profiter pleinement de notre terrasse ; produits d’appel « L’Occitane » dans la salle de bain + amenities set bien pratique (kit couture, lime à ongle, bonnet de bain, coton & cotons tiges) ; jacuzzi en rooftop disponible sur réservation pour une demie heure sans supplément et offrant une vue imprenable sur la Baie de Bandol ; mobilier de la marque Sérénité très confortable ; lit king-size très bon aussi

Les – : Peignoir de bain femme abimé & taché ; salade de fruits industrielle

*****

Enfin, le dimanche matin, nous avons été au SPA de l’hôtel (ouvert tous les jours, réservation conseillée) pour un accès de 2h (20€ pour les clients de l’hôtel au lieu de 35€). Le thé est offert. Parcours aquatique avec jets, jacuzzi, sauna, hammam, bain polaire & douche à sensation (pluie tropicale…). Un mobilier très confortable signé « Sérénité ». Nous avons adoré le côté tropical et les espaces détentes, et le Monsieur à lunettes qui nous a accueilli a vraiment été très gentil. Il nous a expliqué tout le fonctionnement, nous a conseillé sur le parcours à suivre, et s’est assuré de notre bien être du début jusqu’à la fin. Au top !

238e8-img_2144900e9-img_21453bbd3-img_215475407-img_216336ce3-img_2166

Côté gastronomie, nous avons déjeuné au restaurant « La Farigoulette » situé au Lavandou. Nous avons eu la chance d’être seuls ce midi là, donc nous avions le restaurant et l’équipe rien que pour nous. La décoration est très originale, on y voit une fourchette géante, des lustres faits de casseroles & ustensiles de cuisine ou encore des affiches de bistrot.

 

Nous avons opté pour le Menu à 38€ (mise en bouche – entrée – plat – fromage – dessert).

500db-img_2050255b1255d1fa5c-img_2068

1eaf5-img_2053

Roulé jambon truffé & St moret, tartines de tapenade et escargots feuilletés à l’anchois

c8a9c-img_2056

Sablé de parmesan, burratina & pesto

4e64d-img_2058

Filet de daurade façon blanquette de veau, légumes d’automne et riz sauvage

d51d0-img_2057

Parmentier de joue de boeuf, purée truffée & purée potimarron / tonka

60c0c-img_2059

Chèvre frais & confiture fenouil-anis

60d5e-img_2067

Entremet pralin chocolat noir & crème anglaise à la châtaigne.

Le serveur nous a fait la surprise de mettre une bougie étincelle sur l’entremet de mon chéri pour son anniversaire et il lui a offert le café… nous avons trouvé ça vraiment adorable et attentionné de sa part.

De plus, nous avons croisé le Chef, qui nous a demandé si on passait un agréable moment et si tout se passait bien dans nos assiettes. C’était vraiment super de pouvoir le remercier en personne.

Petitrenaud a lui aussi fait un petit détour au Lavandou pour nous présenter Anthony Lopez, le fameux chef de la Farigoulette. Découvrez sa cuisine, ses inspirations & ses producteurs locaux.

Mention spéciale à la Maison des confitures (Gassin) qui fait partie de leurs partenaires. Nous avons pu goûter à leur confiture fenouil-anis avec le chèvre, c’était vraiment étonnant.

Découverte de la vie monastique à l’Abbaye du Thoronet

Au début du XIIème siècle, l’ordre clunisien est à son apogée, et un dénommé Robert de Molesme, lui-même moine, décide de réformer cet ordre pour revenir aux règles plus strictes de Saint Benoit. C’est ainsi que fut créé l’ordre cistercien. Les moines cisterciens suivent les préceptes de Saint Benoît pour une meilleure vie en communauté dans les abbayes. En 1136, 12 moines ont quitté l’Ardèche afin de venir construire une nouvelle abbaye dans le Thoronet, dans le Var. L’une des règles de Saint Benoît est l’isolement et l’humilité: ils ont donc choisi un endroit isolé au cœur d’une forêt avec à disposition eau et pierre pour pouvoir construire et vivre par leurs propres moyens.  Le but de cet abbaye n’est pas de devenir populaire, et d’attirer d’autres moines, il n’est donc pas questions de fantaisies dans la décoration, ou la construction, il n’y aura pas peintures accrochées au mur ou de statues dans les jardins, quant aux vitraux, ils sont simples sans couleurs vives. La pierre locale n’était pas tendre, elle était aussi forte que le marbre, et il a fallu la tailler à la main et au ciseau.
 

I- Le cellier des frères (numéro 4)

Pour éviter que les moines et les frères ne se dispersent à l’extérieur du monastère, tout était mis en œuvre pour qu’ils soient indépendants. Ils cultivaient, avaient une ferme, un four à pain, des pressoirs et pouvaient ainsi faire leur huile d’olive, leur vin et leur pain. Une fois par semaine, ils s’autorisaient à manger du poisson mais jamais de viande, car ils suivaient un régime végétarien. La viande était donc surement revendue sur les marchés, et les moines récupéraient les peaux de bêtes pour en faire des parchemins. En général, c’était surtout la peau de mouton, qui était importante, d’autant plus que le monastère avait son propre scriptorium. Il faut savoir que les moines confectionnaient eux-mêmes leurs encres avec les pigments de la région, et le scriptorium était la seule pièce chauffée du monastère de façon à pouvoir utiliser les encres même en hiver. (Ce n’était bien sûr pas pour le bien-être des moines).

Imaginez donc les frères écraser le raisin avec leurs pieds dans le cellier pour en faire du vin.
Illustrations trouvée sur Wikipedia

 II- Le cloître (numéro 1)

Le cloître fait le lien entre les lieux de vie et l’église, il s’agit du cœur du monastère. Les moines s’installaient souvent dans les couloirs du cloître pour méditer ou pour lire. L’une des règles de Saint Benoît est le silence, les moines avaient l’interdiction de bavarder entre eux contrairement aux frères qui avaient cette autorisation. C’est pourquoi les bâtiments des frères (numéro 3 sur la carte) étaient séparés, afin de ne pas gêner les moines. Il n’avait donc que le bruit de l’eau qui coulait, puisqu’au fond du jardin se trouvait  le lavabo face à la porte du réfectoire aujourd’hui disparu. On disait que l’eau guérissait tous les maux.

III- L’église (numéro 2)

Ici aussi l’église a une configuration avec des lignes très épurées, sans artifices. Les fenêtres ont été construites à des endroits très précis, pour avoir une juste dose de lumière. Le haut plafond permettait de magnifiques vibrations lors des bénédictions cisterciennes. Aujourd’hui encore, l’Abbaye met en valeur cette pièce en organisant des concerts pendant l’été. La guide nous a aussi poussé la chansonnette, c’était inattendu et émouvant. 


IV- Photos en vrac

D’ailleurs même au milieu de la Provence, au fin fond d’une abbaye, j’arriverai à vous trouver un lien avec le Japon ^__^ J’étais surprise de lire qu’en été 2009, ils ont accueilli des moines bouddhistes du temple Daitoku-ji situé à Kyoto (quelle coïncidence…) pour un concert. C’était la première fois qu’ils quittaient leur temple. Dommage que j’ai loupé ça ! Cliquez ici pour écouter leur chant.

 Ou ici pour un chant grégorien

Une balade très agréable au cœur de la nature, qui vous permettra de tout savoir sur la vie monastique.