[GRASSE]: Top départ pour la Route Oenotouristique

En direct de la Bastide Saint Antoine à Grasse, le Chef étoilé Jacques Chibois nous annonçait jeudi dernier, le lancement officiel de la « Route Oenotouristique ».

En étroite collaboration avec l’association Vin-Tourisme, l’équipe a eu l’ingénieuse idée de rassembler toutes les routes des vins de France pour n’en faire qu’une. Ce tour de France gourmand imaginé par Jacques Chibois, propose un itinéraire de près de 250km aux milles saveurs nous permettant de redécouvrir nos paysages français avec toutes les spécificités que peuvent comporter les différentes régions.

Ce projet fédérateur va rassembler chefs, viticulteurs, sommeliers mais aussi paysagistes et célébrités afin de nous proposer un parcours généreux et ponctué d’anecdotes exclusives.

Conférences de presse, dégustations dans les domaines, accords mets & vins et d’autres chouettes événements sont attendus jusqu’à l’été prochain pendant toute la durée de l’événement. Le programme est d’ores et déjà annoncé sur le site officiel de Wine Tourism Fame (cliquez ici pour le découvrir). Prochains rendez-vous dans le Var, dans les Bouches du Rhône puis dans le Vaucluse avant de rejoindre la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Guettez la programmation les amis.

Le parcours imaginé par Jacques Chibois & l’Association Vin-Tourisme

Galerie du Jeudi 5 Octobre 2017: Conférence de Presse


Marie Dougy (Association Vin-Tourisme), Jean Mus (Architecte-Paysagiste de renommée internationale) et le Chef Jacques Chibois (Chef étoilé, Grande Table du Monde, Collège Culinaire, Maître-Restaurateur, Président, Administrateur de l’Association Vin-Tourisme, Bastide Saint-Antoine, Relais & Châteaux).

La Route Oenotouristique est lancée !

Jacques Chibois, Jean Mus et Sébastien Vasserot-Merle (Directeur du Domaine des Escaravatiers) en train de fêter cela dans la Cave de la Bastide.

Jacques Chibois, un amoureux du terroir 

DSC_0572

Moi, dans la belle cave de la Bastide. Crédit Photo: www.jackyjac.com

DSC_0603

La fine équipe ! Crédit Photo: www.jackyjac.com

Liens officiels:

La Route Oenotouristique « Wine Tourism Fame »
Association Vin-Tourisme
Bastide Saint Antoine

A bientôt 

Publicités

[Côte d’Azur]: « Dans le Noir ? », au delà d’une expérience gustative, une véritable expérience humaine

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de ce concept totalement unique et original: pouvoir déjeuner ou dîner dans le noir absolu? L’aventure a commencé en 2004 à Paris quand deux hommes: Edouard de Broglie et Etienne Boisrond ont fait le pari fou de lancer une chaîne de restaurants s’intitulant « Dans le Noir ? ».

A l’époque, les deux hommes se sont vus refuser toute aide de la part des banques, mais malgré tout, ils ont pris le risque financier de lancer le projet, voulant aller au bout de leurs idées. Ils se sont fait accompagnés par l’association « Paul Guinot pour les aveugles et les malvoyants » ainsi que par le producteur/réalisateur Michel Reilhac qui, pendant longtemps, a travaillé ce concept du noir absolu dans le cadre de ses projets artistiques. Deux autres hommes ont alors rejoint l’équipe l’année suivante: Didier Roche, un entrepreneur non-voyant et Fabrice Roszczka (actuel DGA), qui était responsable des projets culturels et des événements « le goût du noir » dans l’association Paul Guinot.

A partir de 2006, les choses se sont accélérées et le concept s’importe désormais au delà de nos frontières: Londres, Saint-Pétersbourg, Barcelone, Auckland ou encore Madrid.

Aujourd’hui, les azuréens peuvent eux-aussi accéder à cette magnifique expérience. Vincent Facon, le directeur de l’hôtel Mercure Sophia-Antipolis, a lui-même vécu l’expérience Dans le Noir ?, un restaurant éphémère installé à Lille en 2007 et cela lui a donné envie de pouvoir un jour le proposer à ses clients. C’est chose faîte!

Après une phase déterminante de recrutements du personnel non-voyant et mal-voyant pour l’équipe du service, la phase de formation du personnel et bien sûr toute la préparation afin d’obtenir une salle plongée totalement dans le noir (ce qui, techniquement parlant, n’est pas forcément facile à réaliser), les premiers repas ont pu être servis pour la première fois hier soir, et j’ai eu la chance d’y participer.

(300) COM-picture ©Dans le Noir 2012

Dans le Noir ? est une expérience qui se partage, qui se vit ; C’est pourquoi vous serez attablés avec de parfaits inconnus. Se repérer dans le noir n’est pas chose aisée et l’idée même de se servir un verre d’eau est une épreuve. Il faut ensuite essayer de deviner ce que l’on boit, ce que l’on mange et savoir si l’assiette est terminée ou non. Mon fiancé et moi avons partagé l’expérience avec Christine et Philippe, un adorable couple grassois, qui se retrouvait comme nous, pour la première fois, plongé dans l’obscurité. C’est Nadir qui s’est occupé de nous, un non-voyant de naissance, qui officiait son tout première service.

Nadir, qui habite près de Bandol (à 2h de Sophia-Antipolis donc), et qui possède un diplôme en secrétariat/réception hôtelière, galère depuis 3ans à trouver un emploi malgré sa formation. Aujourd’hui, il a intégré cette nouvelle équipe dynamique et surmotivée et tous sont heureux de faire partie de l’aventure, d’avoir ENFIN trouvé un emploi et de pouvoir partager les difficultés de leur quotidien avec les convives. Nadir s’est montré aux petits soins avec nous, il incarne la gentillesse et a superbement réussi son premier service: un grand bravo à lui.

La prise de conscience et le regard sur ce handicap est l’un des principaux objectifs de l’équipe Dans le Noir?. Personnellement, c’est une expérience qui m’a totalement bouleversé. Je pensais me concentrer sur le goût et les saveurs de ce que j’allais manger… mais pas du tout. Bien sûr, c’est amusant d’essayer de deviner ce que l’on déguste, et d’ailleurs tout était excellent (bravo au Chef Jean-Louis Delahaye et à son équipe). Mais ce que je retiens de cette expérience, c’est avant tout l’expérience humaine, qui brise tous les tabous, qui casse tous les à priori physiques et sociaux. Tout le monde se mélange, se parle, et ça fait du bien… A la fin du repas, on découvre les personnes avec qui on a partagé ce fabuleux moment, et on continue les accolades, les rigolades, comme si nous nous connaissions depuis toujours.

(300)serveurs ©Dans le Noir 2012

There is no darkness but ignorance… William Shakespeare

Ce repas a été bouleversant, émouvant et nous a mis à tous, une énorme claque.

Au moins une fois dans votre vie, vous DEVEZ vivre ce moment…

Je vous donne tous rendez-vous sur leur site Internet pour réserver à votre tour, et j’attends avec impatience votre retour d’expérience. Dîners possibles les vendredi-samedi-dimanche soirs et en semaine pour des événements privés & professionnels.

http://www.nice.sophia.danslenoir.com/fr

Vous pouvez aussi les suivre sur les réseaux sociaux: Facebook & Instagram pour ne rien manquer de leurs actualités.

Mercure Sophia-Antipolis – rue Albert Caquot – 06560 Valbonne

Un grand merci à toute l’équipe Dans le Noir, au directeur de l’établissement, et à Charlotte Perrin, la coordinatrice du projet, qui m’ont gentiment invité à venir vivre ce moment d’exception, cette parenthèse unique qui restera j’en suis sûre, gravé à tout jamais dans nos mémoires.

[Côte d’Azur]: Le Relais de la Pinède, une petite pépite de la gastronomie

Pour ceux qui habitent aux alentours du Pays de Grasse, vous avez forcément déjà entendu parler du Relais de la Pinède situé entre Mouans-Sartoux et la Roquette sur Siagne.

Créé il y a plusieurs années, ce restaurant de type familial a connu plusieurs propriétaires pour finalement retomber entre les mains d’un descendant du fondateur en décembre dernier. Après avoir effectué de nombreux travaux de rafraîchissement et d’aménagement, le Chef-Propriétaire Fabien Rouvier a pu ré-ouvrir les portes de l’établissement en début mars.

C’est dans un bel écrin de verdure, entourés de pins et sous le chant des cigales que nous avons découvert cet établissement très convivial. La décoration intérieure est sobre et chic, avec une salle très lumineuse qui donne sur la pinède. Le must ? La cuisine ouverte sur la salle qui permet de voir le Chef en action. A ce propos, j’ai aussi beaucoup aimé les lampes avec l’intérieur façon cuivre qui nous rappelle les casseroles d’antan.

Fabien Rouvier: qui est-il ?

Lui-même originaire de Mouans-Sartoux, Fabien Rouvier a fait ses classes chez les plus grands. Le Carlton à Cannes, Terre Blanche à Tourrettes, l’Hôtel Président Wilson à Genêve ou encore le Ritz et le Prince de Galles à Paris, il a travaillé aux côtés de trois grands noms de la gastronomie: Stéphanie Le Quellec, Philippe Jourdin ou encore Michel Roth.

Avec tout le savoir et la maîtrise qu’il a pu acquérir auprès de ces chefs étoilés et « Meilleurs Ouvriers de France », le mouansois a décidé de revenir sur la terre de ses ancêtres, bien déterminé à faire revivre le restaurant de son enfance: le Relais de la Pinède.

Il y a quelques temps, j’ai eu la chance d’aller goûter sa cuisine fraîche et inventive et nous avons laissé carte blanche au chef pour surprendre nos papilles…

Découvrez ce qu’il nous a mijoté.

Le Menu du Chef

Champagne / Cake à la riquette et jambon

Ventrêche de thon mariné façon pan bagnat,vinaigrette citronnée et sauce fraise-pastèque

Filet de perche, infusion à la verveine sur lit de courgettes niçoises et velouté de courgettes

Volaille fermière aux petits croutons, ratatouille et émulsions ratatouille et marjolaine

Panna Cotta comme un yaourt et fruits rouges frais

*****

De l’entrée au dessert, tout était absolument divin… Et dieu sait que je peux être difficile parfois et aussi très exigeante. Le chef et sa serveuse Marina m’ont conquis, c’était un sans faute. Nous avons passé un délicieux moment en leur compagnie, nous avons été reçu comme à la maison et tout était juste succulent. Les cuissons sont maîtrisées à la perfection, les assaisonnements sont incroyablement équilibrés et bien dosés, tout est en harmonie et on peut aussi découvrir des saveurs que l’on connait moins comme le poivre de timut ou l’huile de cardamome.

Le Chef construit chaque plat en sélectionnant précieusement trois éléments: un ingrédient principal, un accompagnement et un condiment. La cuisine est toujours de saison, et le Chef se fournit autant que possible chez les producteurs locaux.

Les midis, vous pourrez vous régaler avec un menu à 22€ (E/P ou P/D) et un à 26€ (E/P/D), idéal pour les budgets plus serrés et pour les déjeuners d’affaire (service rapide et efficace) et le soir, vous pourrez opter pour l’un des trois menus: un à 36€ (E/P/D), un à 47€ en 4 services et enfin l’apothéose à 62€ avec le menu « les yeux fermés » en plusieurs services (recommandé pour tous les convives) où comme nous, vous laissez le Chef vous surprendre. Le soir, c’est « THE place to be » si vous avez quelque chose à fêter. J’ai d’ailleurs recommandé ce restaurant à mes parents pour leur trentième anniversaire de mariage, et ils ont trouvé l’endroit exceptionnel 🙂

Impossible que vous soyez déçus, j’attends d’ailleurs votre retour d’expérience ici sur le blog. A ce propos, j’ai parfois des lecteurs qui me contactent par le formulaire pour faire leurs réservations et/ou pour me faire part de leur expérience ; n’hésitez pas, je transfère vos messages aux établissements dès réception du mail.

Rendez-vous vite sur leur Page Facebook en cliquant-ici ou sur leur compte Instagram ici et .

Le Relais de la Pinède – 1300 Route de la Roquette – 06370 Mouans-Sartoux
Pensez à réserver au 0493752829

A très bientôt et encore un grand grand merci à Fabien et Marina pour leur accueil, pour leur gentillesse et générosité et pour leur bienveillance. Ce n’est pas tous les jours que l’on rencontre des personnes aussi touchantes.

[GRASSE]: Le Domaine de la Royrie, une huile d’olive médaillée d’Or

L’autre jour, j’ai découvert le Domaine de la Royrie, un domaine oléicole qui se trouve sur les hauteurs de Grasse,  limitrophe au village de Cabris.

Bâti au XVème siècle par les Moines de l’Abbaye de Lérins, le terrain s’étend sur deux hectares et ne compte pas moins de 300 oliviers vieux de 500ans. Les belles restanques en pierre sont elles aussi d’époque.

Monique et Lionel Brault, les heureux propriétaires de ce domaine, ont travaillé d’arrache pied pour préserver ces oliviers et proposer une huile d’olive de la meilleure qualité. Toujours dans l’objectif de faire de cette huile un produit d’exception, le domaine s’inscrit dans une démarche écologique et est certifié bio depuis 2012. Depuis ce label, ils n’utilisent plus aucun pesticide et ont réintroduit une nature plus sauvage sur le Domaine pour favoriser la venue d’insectes et de micro-organismes nécessaires pour l’écosystème. Il est donc important de laisser pousser les herbes folles et de ne pas tout ratiboiser comme on est souvent tentés de le faire. Ces herbes folles vont attirer entre autre les coléoptères qui vont se nourrir des olives véreuses pour ainsi ne laisser que les plus beaux fruits sur les arbres.

Le Domaine de la Royrie jouit d’une excellente orientation, à la fois en plein soleil et préservée du vent, ce qui est essentiel  pour la culture de l’olive. On y récolte ici la « caillette », plus connue sous le nom d’Olive de Nice. Les huiles du Domaine de la Royrie sont d’ailleurs labellisées AOP Huile d’Olive de Nice ; Une haute distinction ici sur la Côte d’Azur, car comme vous le savez: nous sommes de très gros mangeurs d’olives et de grands consommateurs d’huile d’olive.

Monsieur et Madame Brault ont d’ailleurs eu une ingénieuse idée: celle de proposer des cours d’oléologie pour mieux comprendre et connaître l’huile d’olive. Ce programme se déroule sur la demie-journée et peut s’organiser à partir de 8 personnes. Le tarif par personne est de 65€ et comprend: 45 minutes de visite, 45 minutes d’initiation à la dégustation de l’huile d’olive à la découverte des différents arômes et se conclut par un repas en 8 mets avec les accords huile d’olive qui vont avec, le tout confectionné par Monique, qui, je peux vous l’assurer, est une Diva des fourneaux. Ce n’est pas très cher payé, et cela permet une expérience inoubliable dans un cadre on ne peut plus idyllique.

Outre les olives et l’huile, le couple Brault s’est lancé l’an dernier dans une toute nouvelle aventure: l’immortelle.

Petite fleur jaune connue pour pousser partout en Corse, elle fut autrefois cultivée ici à Grasse, Capitale Mondiale des Parfums, et elle avait totalement disparue depuis quelques temps. Les propriétaires se sont alors lancés le défi de remettre l’immortelle au goût du jour chez les grassois, et se sont ainsi associés à un producteur corse qui leurs a fourni les boutures. Après 6 mois d’essai très concluant, l’immortelle a parfaitement trouvé sa place sur le Domaine de la Royrie et aujourd’hui, on récolte la fleur chaque 21 juin pour en récolter son précieux parfum.

Autrefois à Grasse, on utilisait des techniques artisanales pour récolter les essences des fleurs grâce à la macération à froid appelée « Enfleurage ». C’est une méthode qui consistait à piquer les fleurs sur une couche de graisse animale et chaque jour pendant 1 à 3 mois, les fleurs étaient renouvelées de façon à ce que la graisse se sature en essence au fur et à mesure. Ayant été guide dans l’une des parfumeries grassoises pendant 7ans, c’est une méthode que j’ai longuement expliqué à mes visiteurs, mais ce que j’ignorais toutes ces années, c’est qu’il existait une autre méthode d’enfleurage: à l’huile d’olive ! 😮

Les fleurs macéraient donc dans l’huile d’olive, on imbibait ensuite un linge propre que l’on pressait ensuite au moulin à huile pour en récolter le précieux macérat.

Ou bien on procédait à la macération solaire, c’est à dire qu’on mélangeait dans une bonbonne les fleurs fraîches et l’huile d’olive et on laissait macérer au soleil.

C’est cette seconde technique qui est reproduite aujourd’hui au domaine de la Royrie.

75 kilos de fleurs fraîches sont ainsi mélangées à l’huile d’olive bio pour obtenir une huile 100% grassoise et 100% bio.

Pour obtenir une huile essentielle d’immortelle, on va tout ramasser: la fleur et la tige ; en revanche pour un macérat comme c’est le cas pour cette huile de beauté, on ne va prélever que la fleur. C’est une huile très bénéfique pour la santé car elle va apaiser les rougeurs, l’acné juvénile ou encore les ecchymoses. Elle aurait même des effets anti-âge grâce aux polyphénols présents dans l’huile d’olive.

Les propriétaires se sont aussi rendus compte que le parfum de l’immortelle semblait repousser les sangliers qui ne sont jamais venus labourer ces parcelles contrairement au reste du terrain. Cette information devrait sans doute en intéresser plus d’un, car je connais les dégâts que peuvent provoquer les sangliers dans les jardins pour l’avoir vécu de près chez ma belle-mère 😮

Comme quoi, même si un sujet nous passionne, nous ne sommes jamais infaillibles et je suis vraiment très heureuse d’avoir découvert cette technique d’enfleurage à l’huile d’olive et tous les bien-faits apportés par l’immortelle. Donc rien que pour cela: un grand merci Monsieur et Madame Brault.

Enfin, je termine avec un espace du Domaine qui m’a enchanté: les potagers. Les propriétaires ont souhaité faire un clin d’œil aux potagers des moines à l’époque médiévale en créant quatre ambiances pour rappeler les 4 fleuves du Paradis: le carré des paysans avec des légumes racines énergétiques, le carré des nobles avec des légumes hors sol tournés vers le ciel, le carré des moines plus modeste avec des légumes à cuire pour faire la soupe et enfin le carré des femmes avec des fleurs comestibles et plantes médicinales car il y avait toujours une femme apothicaire chez les moines.

La visite du Domaine s’est conclue par un discours des propriétaires Monsieur et Madame Brault, de Monsieur le Maire Jérôme Viaud, de Madame l’Adjointe au Tourisme Catherine Butty et enfin du Directeur de l’Office de Tourisme de Grasse Monsieur Pascal Brochiero. Nous avons eu la chance de déguster les huiles (médaillées d’or) et certains confits du Domaine. Personnellement, j’ai eu un énorme coup de cœur pour l’huile d’olive en récolte tardive, elle est exceptionnelle. J’en ai d’ailleurs acheté une bouteille pour la maison et elle a fait l’unanimité. Si vous souhaitez découvrir leurs produits, vous pouvez vous les procurer en ligne sur leur site Internet en cliquant aussi, vous pouvez vous rendre au Domaine ou bien dans leur petite boutique Place aux Aires dans le centre historique de Grasse.

D’ailleurs, je ne suis pas la seule Julie à les aimer ces huiles, le Domaine est passé très récemment à la tv dans l’émission « les Carnets de Julie » 🙂

Site du Domaine de la Royrie et ici pour leur Page Facebook
Site de l’Office de Tourisme de Grasse
Site du label AOP Huile d’Olive de Nice / Olives de Nice
Site de Côte d’Azur Tourisme
Site de Julie Andrieu

La Bastide Saint Antoine, un haut lieu de la gastronomie française sur la Côte d’Azur

La Bastide Saint Antoine, un relais & châteaux qui a ouvert ses portes en 1997, a fêté il y a quelques jours ses 20 ans d’excellence. Suivez-moi à Grasse pour découvrir ce lieu mythique de la Côte d’Azur…

Jacques Chibois, un chef d’exception

Jacques Chibois, originaire du Limousin et issu d’une famille de meuniers, a grandi dans le milieu agricole et a commencé à savoir apprécier les bonnes choses dès le plus jeune âge. Poussé par sa mère, il va entrer en apprentissage dans un restaurant étoilé près de Limoges, sa ville natale. Après avoir travaillé avec plusieurs grands chefs étoilés aux quatre coins de France et du monde (Londres, New York), et après avoir fréquenté du beau monde, c’est finalement à Cannes qu’il posa ses valises pour prendre les rennes du Royal Gray, le restaurant gastronomique de l’Hôtel du Gray d’Albion. Il fut à ce moment là, le premier restaurant de la ville de Cannes a obtenir ses 2 étoiles au Michelin et deux récompenses suivirent: les 4 Toques Gault et Millau et le titre de Chef de l’année. Il s’occupa aussi à cette époque des dîners d’ouverture et de clôture du fameux Festival de Cannes. Finalement, le Chef et son épouse se mirent en quête d’un bel endroit pour pouvoir ouvrir leur propre établissement façonné à leur image, loin des paillettes du festival. C’est finalement en 1996 à Grasse, terre de parfums et de saveurs que le couple trouva l’endroit idyllique, dans le quartier de Saint Antoine. Ils achetèrent une belle bastide provençale du XVIIème siècle bâtie dans un parc de 5 hectares parsemé d’oliviers millénaires et de restanques. Comme le disait le chef lors de son discours l’autre jour, on ne donnait pas cher de sa peau en s’installant à Grasse, et voila où il en est aujourd’hui… Il a su garder l’âme provençale de cette magnifique Bastide, son côté convivial et familial, mais a su l’imposer comme étant une étape gastronomique incontournable de la Côte d’Azur. Finalement, l’hôtel devint membre Relais & Châteaux en 2000, puis en 2009, il reçut sa 5ème étoile, quant au restaurant étoilé, il fait partie des Grandes Tables du Monde, un regroupement de 170 restaurants d’exception à travers le monde.

« Quand on aime, on a toujours 20 ans et quand on a 20 ans, on aime toujours » Pierre Dac

Tel est l’état d’esprit du Chef pour aborder les prochaines années à venir. Cela promet à nos papilles encore de longues années de régalade 🙂

Jérôme Viaud, le maire de Grasse et fidèle ami de Jacques Chibois
a lui aussi tenu à venir féliciter le Chef et le remercier pour le prestige qu’il apporte à la commune

Le Chef a tenu à remercier ses amis les plus fidèles et nous, journalistes et rédacteurs à l’occasion de cet anniversaire très spécial, en nous cuisinant ses mets les plus raffinés qui l’ont poussé vers l’excellence. Inutile de vous dire que c’était à se damner. Le repas était accompagné de champagne Jacquesson et de délicieux vins de Bellet du Clos Saint Vincent, un domaine viticole situé à Nice (découvrez-le en cliquant ici). J’ai eu un gros coup de cœur pour le blanc 2015 <3

Papillon de Langoustines Jacques Chibois en émulsion de pulpe d’orange à l’huile d’olive et au basilic
***
Le loup en nouvelle vague à l’huile de vanille sur sa fondue de fenouil citronnée au basilic
***
Le jeune lapin rôti aux herbes, comme on l’aime en Provence
***
Les fraises cuites au vin d’épices et olives confites, glace à l’huile d’olive
***
Mignardises



Même la langoustine applaudit… 😉

C64A5726 - copieC64A5738 - copie

Bastide SaintAntoine

Les trois dernières photos sont signées Loic Bisoli (dont voici la page Facebook) qui était le photographe officiel de l’événement.

Si vous souhaitez séjourner dans l’hôtel, vous pourrez alors peut-être choisir la chambre et destination de votre choix… En effet, chacune des chambres porte le nom d’un village voisin: Spéracèdes, Cabris ou encore Saint-Cézaire; Une ôde à la découverte.

*****

Et si vous l’ignorez, sachez que le Chef affectionne tout particulièrement le travail de la truffe. Il organise d’ailleurs chaque année le Marché de la Truffe sur le domaine et propose régulièrement des dîners en 5 mets « Autour de la truffe ». J’en ai moi-même fait l’expérience avec mon conjoint, et c’était fabuleux. Et rassurez-vous, même les petits budgets peuvent se le permettre, il vous suffit de guetter leurs offres sur Groupon.

Repas « Autour de la truffe en 5 mets » – Avril 2016

En attendant les beaux jours pour pouvoir vous offrir des photos ensoleillées de leur magnifique terrasse et du domaine, je vous invite à découvrir leur site Officiel en cliquant ici : http://www.jacques-chibois.com. Vous les trouverez aussi sur Facebook et sur Twitter.

Sans oublier les sites respectifs des Grandes Tables du Monde et des Relais & Châteaux pour découvrir d’autres établissements de prestige ainsi que l’Office de tourisme de Grasse et de la Côte d’Azur.

Encore un grand Bravo à Monsieur Chibois, à sa brigade et toute son équipe, pour leur travail remarquable ainsi qu’à Marie & l’équipe de vin-tourisme pour avoir permis l’existence de ce très bel événement.

Déjeuner Top Chef & Air marin près de la Manche

Il y a quelques semaines, je suis allée rendre visite à une copine à Lille et nous en avons profité pour faire une escapade dans les Flandres et en bord de mer: Direction la Manche au Cap Gris Nez et Cap Blanc Nez. Même si le soleil n’était pas au rendez-vous, finalement le temps grisâtre se prêtait bien au décor et c’était assez cool d’apercevoir les côtes de l’Angleterre au large, j’y aurais d’ailleurs bien fait un petit saut 🙂

Pour les deux Caps, on peut les rejoindre en voiture car chacun dispose de son parking ; mais autrement, il existe un petit sentier qui longe les falaises qui est très agréable à faire si on a envie de marcher.

Le déjeuner s’est ensuite avéré, étonnant, et je dirais même « détonnant ». Nous sommes allés à l’Auberge Vert Mont tenu par Florent Ladeyn, ancien candidat Top Chef 2013 qui tient cette auberge en famille depuis quelques années. Le concept ? Un déjeuner à l’aveugle. Alors pas au sens propre du terme puisque vous ne mangez pas dans le noir comme le proposent certains restaurants, non là, on y va, on choisit sa formule, les serveurs nous questionnent sur nos allergies, les choses que nous n’aimons pas, et hop, nous n’avons plus qu’à attendre de voir à quelle sauce nous allons être mangées.

Nous avons opté pour la formule déjeuner à 21€ (E/P/D). Personnellement, je n’ai pas apprécié la mise à bouche à base d’œuf (mais bon j’avais prévenu le serveur en amont… je n’ai pas compris pourquoi cela n’a pas été pris en compte) ; En revanche, tout le reste était bien équilibré, avec des ingrédients mystérieux et/ou très originaux. C’était aussi beau que bon dans les assiettes.

Une expérience unique que je vous recommande si vous êtes curieux de tester de nouvelles saveurs.

Oeufs brouillés du poulailler au caramel, peau de poulet frite & maïs

Moules cuites à l’eau de mer, haricots & verveine

Cochon grillé au bbq, aubergine, oignon et jus de viande avec pain de campagne à la farine des Flandres toasté au bbq et beurre au vinaigre de bière

Soupe de fraises & tournesol, biscuit croquant, meringue et graines de tournesol

Site Officiel de l’Auberge

Et vous, avez-vous déjà testé un restaurant d’un candidat Top Chef/Master Chef ?

Yvoire, village fleuri au bord du Lac Léman

Lors de notre périple dans le Jura-Haute-Savoie, nous avons fait un petit crochet par le Lac Léman et nous nous sommes arrêtés dans le village d’Yvoire qui compte à l’année environ 900 habitants. Le village médiéval fait partie des plus beaux villages français et aussi des villages préférés des français, et a obtenu le label « ville fleuri » avec 4 étoiles (sur 5). C’est l’une des destinations incontournables si vous êtes de passage dans le département.

Regarde les jardinières: même les fleurs sont en cristal 🙂

Du savoyard

Nous avons profité de la balade pour déjeuner sur la terrasse panoramique des Jardins du Léman qui offre une vue splendide sur le château et le lac. Chéri a pris le filet de féra à la carte (le poisson roi du Lac Léman à ne pas manquer), et j’ai opté pour le menu à 32€ (E/P/D) en choisissant l’assiette de fromage à la place du dessert (j’ai un poil regretté quand j’ai vu le café gourmand chez les voisins haha). Nous nous sommes vraiment régalés et le personnel était aux petits soins avec tous les clients. Un établissement que je ne peux que vous recommander !

Entre le restaurant et le château, vous pouvez visiter les Jardins des Cinq Sens. C’est un jardin d’inspiration médiévale qui met à l’épreuve vos sens: On peut sentir, toucher, goûter et découvrir les vertus de chaque plante. Bien que j’adore les jardins botaniques et les plantes à parfum, nous en avions visité un peu de temps auparavant dans le Vaucluse et avec la chaleur qu’il faisait, j’avais peur d’être déçue et de ne voir que des plantes brûlées par le soleil. J’ai préféré m’abstenir et de toute façon, nous n’avions pas trop de temps pour flâner. En revanche, je n’ai pas pu résister à l’appel de la boutique qui est un vrai régal pour les yeux et pour le nez ! Peut-être une prochaine fois pour la visite 🙂 D’ailleurs, guettez leur programmation, ils organisent régulièrement des visites à thème ou des ateliers (pour créer son herbier par exemple).

La « Pétole de la Ravine » (crottins de brebis affinés)

Poisson du jour (daurade) à l’huile vierge et petits légumes croquants

Féra au beurre blanc, croustillant de pain d’épice & risotto au thym

Après cela, une petite sieste face au lac s’impose… Descendez la rue de l’église puis suivez le chemin sur la droite, vous verrez un petit parc avec des bancs pour vous poser. Il y a aussi un petit sentier qui part de là si vous voulez explorer un peu plus les environs.

Si vous souhaitez vous baigner, vous pouvez essayer de trouver une petite crique, ou sinon reprenez la voiture et allez au village suivant: Excenevex où une plage a été aménagée à cet effet.

Nous avions réservé l’hôtel à Thonon les bains où nous avons passé la fin de journée, et la ville n’est pas franchement dynamique le soir. Il n’y a pas grand chose d’ouvert, donc ce n’est pas facile pour trouver où manger. Cela nous a permis de découvrir la Brasserie du Général, un établissement convivial fort sympathique qui a ouvert ses portes en 1864 et où nous avons dîné. Il semblerait que ça soit une institution ici à Thonon. J’en ai profité pour goûter les perches, une autre spécialité locale. C’était très bien préparé mais malheureusement pas à mon goût (j’ai préféré la féra dégustée le midi qui m’a semblé être un poisson plus fin) ; cela dit,  c’est tout à fait personnel… Je me suis bien rattrapée avec la tarte au citron meringuée revisitée qui était excellente. Chéri et ma copine Lisa se sont eux, régalés avec leur plat. Personnel amusant, décontracté et très pro 🙂

Avant de quitter le lac, n’oubliez pas non plus d’aller admirer le coucher du soleil, c’est fabuleux et  qui plus est, très romantique 🙂

 

●●● NOS BONNES ADRESSES ●●●

Les Jardins du Léman (déjeuner en terrasse panoramique): Site Officiel
Au petit cœur d’amour (une jolie boutique de déco – Rue des Jardins): Page Facebook
Le Jardin des Cinq Sens (Jardins de plantes à parfum – boutique botanique): Site Officiel
Ibis Thonon Evian (environ 80€ la nuitée et le petit déjeuner à 9.90€ ; personnel très agréable, chambres confortables, localisation parfaite, petit déjeuner au top): Site Officiel
La Brasserie du Général (dîner à Thonon les Bains): Site Officiel

Site Officiel de l’Office de Tourisme d’Yvoire: cliquez-ici
Site Officiel de l’Office de Tourisme de Savoie Mont Blanc: cliquez-ici

D’autres adresses à nous conseiller ? 🙂

Que mange-t-on de bon en Corse ?

Avec mon chéri, nous sommes partis 5 jours en Corse au moment de Pâques, et nous avons fait que manger. Oui vous me connaissez, pour moi la découverte d’un lieu passe aussi et surtout par mon estomac ! J’avais un peu peur de ce que j’allais y trouver parce que je ne suis pas une grosse carnivore et préfère les mets végétariens… Alors oui bien sûr, la Corse, c’est THE place to be si on aime la bonne charcuterie: la saucisse (oui attention, on ne parle pas de saucisson là bas), le figatellu ou encore le lonzu font partie des cochonnailles les plus connues de l’île. Personnellement, j’ai préféré jeter mon dévolu sur les fromages ; et Dieu sait qu’ils sont nombreux !! On a pu tester le Brocciu (c’était le début de la saison), la Tomme de brebis et la Tomme de chèvre. J’en profite d’ailleurs pour vous signaler que le Brocciu possède aussi son AOC depuis 1983, ce qui vous confère une qualité optimale. Attention aux autres, car ils peuvent être faits à base de poudre de lait si ce n’est pas la saison de la traite.
Le Brocciu (brousse en provençal), c’est un peu LA star locale puisqu’on le déguste aussi bien salé que sucré. En salé, on a goûté les migliacci, une galette faite à base de brousse cuite au feu de bois avec des feuilles de châtaigniers, on a aussi goûté aux beignets de brocciu salés. Nous avons été moins fans des versions sucrées. Traditionnellement, le Brocciu se suffit à lui même, et se déguste avec un peu de sucre et d’eau de vie (mais nous n’avons pas aimé), et nous avons aussi goûté au Fiadone, un gâteau très populaire à base de brousse & de citron. C’est un peu le cheesecake corse.

Nous avons séjourné sur la Costa Verde qui est une zone très agricole et très nature située à proximité de la mer. Nous étions plus précisément à Cervione, qui est réputée pour sa noisette. Sucrée, salée, concassée ou en poudre, là aussi, les corse ont su sublimer ce fruit avec brio. Nous avons découvert le « Salinu » qui est une poudre de noisettes légèrement salée que l’on utilise comme condiment pour les salades, le poisson ou même la viande. C’est, je crois, notre plus gros coup de cœur du voyage: on en met partout, on adore. Vous pouvez en acheter à l’Atelier de la Noisette à Cervione. Gâteau à la noisette, glace à la noisette, noisettes caramélisées style chouchous ou encore escalope panée à la noisette, nous avons goûté plein de choses différentes et désormais, je n’ai plus aucun doute en ce qui concerne mon amour pour la noisette…

Toujours dans le sucré, vous ne partirez pas de l’Île de Beauté sans avoir goûté aux canistrelli, des petits biscuits croustillants à tomber. On peut en trouver de différentes sortes: nature, au vin blanc, à l’anis ou encore… à la noisette (étonnant je sais!). Nous vous recommandons vivement les canistrelli au vin blanc (avec sa légère fleur de sel) de la marque Cuggiulelle de Zilia que vous pouvez trouver en supermarché: ils sont juste EXCEPTIONNELS et ont fait l’unanimité dans notre entourage.

Côté mer, l’île regorge de poissons, fruits de mer & coquillages qui raviront les fin gourmets. Ne manquez pas la boutargue de Bastia, qui se présente sous forme solide ou en poudre et qui peut se déguster en fines tranches à l’apéro arrosées de jus de citron, ou en copeaux (voire en poudre) pour sublimer vos spaghettis.

Pour les condiments, en plus du Salinu, nous avons ramené dans nos valises des moutardes locales: une classique au cédrat qui a un délicat goût citronné puis une traditionnelle à la myrte. Toutes deux sont excellentes (même si je préfère celle au cédrat).

Enfin, si tout cela vous a donné soif, pourquoi ne pas essayer un petit jus de clémentine corse, une pietra bien fraîche (les filles, si vous aimez la bière fruitée, je vous conseille la Pietra Rossa, elle est excellente), un bon verre de muscat ou muscat pétillant si vous aimez les vins fruités ou encore une petite liqueur de myrte pour digérer tout ce que vous avez mangé ?

Je suis sûre que nous sommes passées à côté de petites merveilles de la gastronomie corse, mais ça nous donne une excellente raison pour y retourner comme ça. N’hésitez pas à nous donner vos bonnes adresses et/ou idées de mets à goûter pour notre prochain voyage.
Eh bien sûr, n’oubliez pas de ramener quelques souvenirs gourmands de votre voyage !

 

Nos découvertes culinaires en photo
L’aventure commence…
Tartine corse
Liqueur de Myrte
Asperges sauvages ramassées dans le jardin de Christian
Oeufs brouillés aux asperges sauvages et au brocciu
Glace à la noisette de Raugi, le glacier de Bastia incontournable
Migliacci, galettes de brousse cuite au feu de bois sous une feuille de châtaignier
La tarte paysanne, le gâteau typique de Pâques
Caccaveddu ou Campanile de Pâques; brioche à la fleur d’oranger cuite avec un œuf entier
Fiadone sur le Port de Saint Florent

 

Muscat pétillant
Charcuterie, fromages & vins de pays
Aubergines à la bonifacienne
Beignets au brocciu… mmmmmm
Brocciu, sucre & eau de vie
Escalope de veau panée à la noisette
A un di sti ghjorni Corsica !