[Côte d’Azur]: Le Relais de la Pinède, une petite pépite de la gastronomie

Pour ceux qui habitent aux alentours du Pays de Grasse, vous avez forcément déjà entendu parler du Relais de la Pinède situé entre Mouans-Sartoux et la Roquette sur Siagne.

Créé il y a plusieurs années, ce restaurant de type familial a connu plusieurs propriétaires pour finalement retomber entre les mains d’un descendant du fondateur en décembre dernier. Après avoir effectué de nombreux travaux de rafraîchissement et d’aménagement, le Chef-Propriétaire Fabien Rouvier a pu ré-ouvrir les portes de l’établissement en début mars.

C’est dans un bel écrin de verdure, entourés de pins et sous le chant des cigales que nous avons découvert cet établissement très convivial. La décoration intérieure est sobre et chic, avec une salle très lumineuse qui donne sur la pinède. Le must ? La cuisine ouverte sur la salle qui permet de voir le Chef en action. A ce propos, j’ai aussi beaucoup aimé les lampes avec l’intérieur façon cuivre qui nous rappelle les casseroles d’antan.

Fabien Rouvier: qui est-il ?

Lui-même originaire de Mouans-Sartoux, Fabien Rouvier a fait ses classes chez les plus grands. Le Carlton à Cannes, Terre Blanche à Tourrettes, l’Hôtel Président Wilson à Genêve ou encore le Ritz et le Prince de Galles à Paris, il a travaillé aux côtés de trois grands noms de la gastronomie: Stéphanie Le Quellec, Philippe Jourdin ou encore Michel Roth.

Avec tout le savoir et la maîtrise qu’il a pu acquérir auprès de ces chefs étoilés et « Meilleurs Ouvriers de France », le mouansois a décidé de revenir sur la terre de ses ancêtres, bien déterminé à faire revivre le restaurant de son enfance: le Relais de la Pinède.

Il y a quelques temps, j’ai eu la chance d’aller goûter sa cuisine fraîche et inventive et nous avons laissé carte blanche au chef pour surprendre nos papilles…

Découvrez ce qu’il nous a mijoté.

Le Menu du Chef

Champagne / Cake à la riquette et jambon

Ventrêche de thon mariné façon pan bagnat,vinaigrette citronnée et sauce fraise-pastèque

Filet de perche, infusion à la verveine sur lit de courgettes niçoises et velouté de courgettes

Volaille fermière aux petits croutons, ratatouille et émulsions ratatouille et marjolaine

Panna Cotta comme un yaourt et fruits rouges frais

*****

De l’entrée au dessert, tout était absolument divin… Et dieu sait que je peux être difficile parfois et aussi très exigeante. Le chef et sa serveuse Marina m’ont conquis, c’était un sans faute. Nous avons passé un délicieux moment en leur compagnie, nous avons été reçu comme à la maison et tout était juste succulent. Les cuissons sont maîtrisées à la perfection, les assaisonnements sont incroyablement équilibrés et bien dosés, tout est en harmonie et on peut aussi découvrir des saveurs que l’on connait moins comme le poivre de timut ou l’huile de cardamome.

Le Chef construit chaque plat en sélectionnant précieusement trois éléments: un ingrédient principal, un accompagnement et un condiment. La cuisine est toujours de saison, et le Chef se fournit autant que possible chez les producteurs locaux.

Les midis, vous pourrez vous régaler avec un menu à 22€ (E/P ou P/D) et un à 26€ (E/P/D), idéal pour les budgets plus serrés et pour les déjeuners d’affaire (service rapide et efficace) et le soir, vous pourrez opter pour l’un des trois menus: un à 36€ (E/P/D), un à 47€ en 4 services et enfin l’apothéose à 62€ avec le menu « les yeux fermés » en plusieurs services (recommandé pour tous les convives) où comme nous, vous laissez le Chef vous surprendre. Le soir, c’est « THE place to be » si vous avez quelque chose à fêter. J’ai d’ailleurs recommandé ce restaurant à mes parents pour leur trentième anniversaire de mariage, et ils ont trouvé l’endroit exceptionnel 🙂

Impossible que vous soyez déçus, j’attends d’ailleurs votre retour d’expérience ici sur le blog. A ce propos, j’ai parfois des lecteurs qui me contactent par le formulaire pour faire leurs réservations et/ou pour me faire part de leur expérience ; n’hésitez pas, je transfère vos messages aux établissements dès réception du mail.

Rendez-vous vite sur leur Page Facebook en cliquant-ici ou sur leur compte Instagram ici et .

Le Relais de la Pinède – 1300 Route de la Roquette – 06370 Mouans-Sartoux
Pensez à réserver au 0493752829

A très bientôt et encore un grand grand merci à Fabien et Marina pour leur accueil, pour leur gentillesse et générosité et pour leur bienveillance. Ce n’est pas tous les jours que l’on rencontre des personnes aussi touchantes.

Publicités

[Côte d’Azur]: Mouans-Sartoux, un village fleuri très typique et tourné vers l’avenir

Mouans-Sartoux est un petit village très typique de la Côte d’Azur où se comptent un peu plus de 10 000 âmes. Situé entre Cannes et Grasse, il est proche de villes mondialement connues, mais est tout de même préservé du tourisme de masse et a ainsi pu conserver son authenticité. Son village construit en damier, permet aux touristes de se perdre dans les petites ruelles piétonnes qui sont toutes plus jolies les unes que les autres. En effet, les villageois participent chaque année au concours des balcons fleuris, ce qui permet une floraison dense toute l’année.

C’est un village qui m’est cher puisque j’y ai vécu pendant 15 ans et ai vraiment apprécié la qualité de vie qui y règne. André Aschieri, l’ancien Maire de Mouans-Sartoux, a géré d’une main de maître le village pendant 40ans ! Le Maire, qui fait partie des verts, est très soucieux de l’environnement et a mis en place beaucoup de projets tournés vers le développement durable et l’écologie. Par exemple, sur un plan national, les écoles de Mouans-Sartoux sont les premières à avoir instauré la cantine 100 % bio. La municipalité a pris des mesures concrètes pour limiter au maximum les déchets, et les enseignants visent à éduquer les enfants sur l’agriculture et sur le tri des déchets. L’école François Jacob, une école installée au cœur de la forêt, a d’ailleurs son propre potager dans lequel les enfants peuvent intervenir.

******

Au coeur du village, un artiste s’est amusé à faire une construction éphémère avec des palettes dans lesquelles il a placé quelques pots d’aromates à droite à gauche, et il invite le passant à s’asseoir et à profiter avec ceux qu’il croisera. Sur le panneau, on peut ainsi lire « Passant, assieds toi, j’ai créé cet espace pour que nous en profitions tous. Installe toi confortablement et apprécie le temps qui passe. Salue les gens que tu croiseras. Si tu leur souris, ils te le rendront probablement. Viens ici prendre un repas, ou simplement un petit verre. Invite ceux et celles qui traverseront cette rue à se joindre à ta table, et demande leurs comment ils vont. Partage ce que tu poseras sur cette table, on est plus heureux quand on donne. Allez, ne sois pas timide, je te souhaite de belles rencontres.« 

Alors à cette personne: MERCI ! Merci pour le sourire, pour les ondes positives, pour ce petit instant de bonheur, et merci de toujours croire en l’échange et le partage dans ce monde de brutes. Ca fait tout simplement du BIEN de voir cela.

En ce qui concerne le patrimoine, notre village possède aussi un très joli château, qui a une singularité… il est construit sur un plan triangulaire (soit 3 tours). En effet, ce type d’architecture est très rare en France, mais aussi en Europe (vous pouvez le voir sur google earth/google map si vous êtes curieux). Si quelqu’un a d’ailleurs une explication sur le choix d’une telle construction, je suis preneuse 😉

Aujourd’hui, le château a été réhabilité en espace d’art concret. Le principal bâtiment du musée a été construit derrière le château en contrebas du parc et accueille près de 20 000 visiteurs par an. Les locaux aiment aussi à appeler cette construction « la verrue de Mouans-Sartoux » du fait de sa couleur verte pomme qui surprend au premier abord, je dois l’admettre.

Le village est aussi renommé pour son Festival du Livre qui accueille chaque année environ 50 000 visiteurs sur 3 jours et s’impose comme étant l’un des plus grands festivals littéraires du pays. D’Amélie Nothomb à Marc Lévy, les plus grands écrivains finissent par passer par le petit village provençal. Cette année en octobre, le Festival du Livre fêtera sa 30ème édition. Une année, qui j’en suis sûre, nous promet de jolies surprises.

Et puisqu’on parle de projets novateurs, j’aimerais vous présenter une adresse à découvrir absolument: la Maison Charlotte Busset.

Noémi Burlaud, a posé ses valises dans le village il y a quelques années maintenant, et n’imaginait pas installer sa boutique ailleurs qu’à Mouans-Sartoux. Après avoir passé quelques temps aux Etats-Unis, elle s’est prise de passion pour les cookies et s’est très vite intéressée à la nutrition et aux soucis alimentaires dont on parle aujourd’hui constamment… intolérances au gluten, produits vegan et/ou bio… les idées ont bouillonné dans sa tête, et après avoir bien ficelé son projet, il lui manquait quelques fonds pour pouvoir se lancer. La jeune femme s’est alors inscrite dans une démarche de crowdfunding sur kisskissbankbank pour que les internautes puissent lui donner un petit coup de pouce afin de pouvoir mener à bien sa boutique. Pari réussi puisqu’elle a réussi à collecter 5000€ qui lui ont permis d’ouvrir les portes de sa biscuiterie en octobre 2015.

Noémi ne compte pas ses heures, mais malgré toute l’énergie qu’elle dépense chaque jour au développement de son affaire, elle garde toujours le sourire derrière son comptoir et veille à ce que les clients se sentent comme à la maison. Elle souhaite aussi développer un commerce de proximité et essaie autant que possible de faire appel à des producteurs locaux: tant pour les fruits que pour les jus de fruits bio. On y trouve des cookies très gourmands aux 3 chocolats, au beurre de cacahuète, au caramel beurre salé, mais aussi des cookies sans gluten ou encore vegan (sans beurre ni œuf). Elle propose de nouvelles saveurs au gré des saisons et de ses envies et on se régale chaque fois qu’on y va. J’aime beaucoup la décoration cosy de la boutique et l’ambiance conviviale qui y règne. Des petites pépites comme celle là, nous en voulons encore plus, alors j’espère que d’autres investisseurs comme Noémi, viendront eux aussi poser leurs valises dans notre petit village adoré pour pouvoir le dynamiser un peu plus encore.

Envie de refaire les cookies à la maison ? Pas de problème, Noémi a pensé à tout et vous propose ses « cookies jars » avec tous les ingrédients déjà pré-mélangés et la petite notice explicative. Y-a-plus-qu’à comme on dit 🙂 Une chouette idée de cadeau.

J’ai jeté mon dévolu sur 4 cookies (oui je suis gourmande, je sais…) mais rassurez-vous, j’ai partagé avec ma chère et tendre maman qui est toujours en quête d’un nouveau petit salon de thé sympa (la gourmandise, c’est de famille j’en ai bien peur). 😀 J’ai fondu devant le cookie façon tarte au citron meringué (mon péché mignon), et celui au caramel au beurre salé (je ne peux pas dire non à du caramel au beurre salé, c’est contre mes principes !). J’ai aussi goûté un cookie nounours à la guimauve et un autre vegan à la pâte à tartiner (vegan elle aussi, naturellement). C’était la première fois que je goûtais un biscuit vegan, et j’ai été très agréablement surprise car même sans beurre, le cookie reste très tendre. Bref, tout était gourmand et fondant à souhait. Pour le jus bio, j’ai opté pour le mélange pomme-kiwi qui était lui aussi était très bon.

Adresse: 7 rue du Docteur Geoffroy – 06370 Mouans-Sartoux

Pour suivre les actualités de la Maison Charlotte Busset:

Site Officiel: https://maisoncharlottebusset.com/
Facebook: https://fr-fr.facebook.com/charlottebusset/
Instagram: https://www.instagram.com/maison_charlotte_busset/
Twitter: https://twitter.com/BussetCharlotte

Pour l’Office de tourisme de Mouans-Sartoux: cliquez-ici, celui du tourisme sur la Côte d’Azur, cliquez-là ; et enfin pour le Festival du Livre: Site Officiel

Il est beau mon village, non ?
N’hésitez pas à me contacter si vous êtes dans le coin 🙂 On ira se manger un cookie ou deux 😉 

Safari à pied aux Monts d’Azur

Il y a quelques temps, j’ai fait un safari à pied dans la Réserve Biologique des Monts d’Azur à Thorenc. Thorenc se trouve dans l’arrière-pays grassois, et de là, on peut facilement se rendre dans le Var ou dans les Alpes de Haute Provence.

Cette réserve sauvage s’étend sur 700 hectares, et s’inscrit dans une démarche d’éco-tourisme: à savoir, le respect de l’animal dans son environnement. C’est certes un safari que je vous propose, oui, mais toujours dans des conditions bien précises pour maintenir le bien-être des animaux et ne pas déranger leur qualité de vie au sein de la réserve.

La réserve des Monts d’Azur jouit d’une biodiversité exceptionnelle ainsi que d’une faune très variée. On va surtout parler de deux animaux dont l’espèce est en voie d’extinction: le bison d’Europe et le cheval de Przewalski. Le quoi ? De Przewalski a dit la dame !

Bon, je fais la maligne, mais je n’avais jamais entendu parler de cette espèce avant de découvrir la réserve ; Et pourtant, c’est un cheval qui est très très souvent représenté dans les peintures rupestres puisqu’il s’agit du cheval préhistorique et sauvage par excellence. Il est indomptable et a très mauvais caractère ; Il ose d’ailleurs régulièrement affronter les bisons qui sont pourtant bien plus costaux qu’eux.

Le bison d’Europe (à ne pas confondre avec le bison américain qui est plus gras, plus gros et qui vit plutôt en plaine) a été réintroduit dans la réserve en 2005-2006. Les premières bêtes provenaient de la Pologne, et aujourd’hui, les 3/4 des bisons sont nés dans la réserve directement.

Un mâle peu commode et solitaire…

Un arbre grignoté par les bisons

En fonction des saisons, on peut aussi apercevoir des faucons, vautours, aigles royaux, biches, cerfs ou encore des sangliers.

Nous avons vu les bisons, les chevaux et une laie avec ses bébés qui trottaient joyeusement vers nous. C’était trop mignon. La visite est guidée par un professionnel de la réserve et le groupe doit systématiquement se tenir à une certaine distance des animaux: d’une part pour la sécurité mais aussi toujours pour assurer le bien être de l’animal. J’étais étonnée de les voir si prêts. La visite dure environ 1h30 et l’itinéraire varie en fonction de votre guide et du déplacement des animaux. Les guides se parlent entre eux par talkie-walkie pour se tenir informer des mouvements des troupeaux.

Il y a beaucoup de chardons dans ce coin là

La prochaine fois, nous y retournerons à l’automne pour essayer d’entendre le brame du cerf, et cette fois-ci, nous testerons la visite en calèche qui permet d’aller un peu plus loin plus rapidement.

Un moment agréable à passer en famille en pleine nature.

Attention à porter une tenue adéquate pour randonner, et à se munir d’un chapeau en été, car ça cogne en « montagne » !

Sachez que vous pouvez aussi loger sur place ! Vous trouverez toutes les offres en cliquant ici pour accéder au site officiel. Pensez à bien réserver, et je vous conseillerais de le faire par internet ou en allant sur place directement car mon expérience téléphonique s’est avérée plutôt catastrophique.

D’ailleurs à ce sujet, un dernier petit message à l’attention de la Réserve: il faudrait mieux organiser vos équipes en été ; nous y sommes allés pour le 15 août, j’ai appelé en avance pour réserver et on m’a fait poireauter 45 minutes montre en main avant de pouvoir finaliser la réservation. Mon interlocutrice me mettait sans arrêt en attente pour pouvoir encaisser les personnes au guichet (au passage, on entend tout ce qui se passe), elle me reprenait, me remettait en attente pour finalement m’oublier. J’ai du rappeler pour demander à ENFIN finaliser la réservation. Malgré ses excuses (et la pauvre, m’a fait plus de peine qu’autre chose), je trouve cela regrettable qu’une structure d’une telle importance ne puisse assurer un service efficace lors d’un jour férié, surtout dans notre région. En espérant ne pas rencontrer de nouveau ce problème à notre prochaine visite.

Malgré cet incident, je recommande fortement cette visite qui a été instructive, ludique et vraiment très agréable.

En tout cas, nous sommes prêts pour le safari en Afrique 😀

N’hésitez pas à partager votre expérience aux Monts d’Azur ici avec nous 🙂

A bientôt

A la rencontre des loups du Mercantour

Quand l’été bat son plein sur la Côte d’Azur, les touristes arrivent en masse, et personnellement, au lieu de m’agglutiner sur les plages bondées, je préfère aller prendre l’air frais de la montagne. Cette fois-ci, nous allons en direction de l’arrière-pays niçois, dans le Parc National du Mercantour, à la rencontre des loups du Parc Alpha.

Le parc, très bien organisé, propose un tas d’activités pour les enfants  et on peut assister à des animations sur place comme les soins ou encore le nourrissage. Ce contact privilégié avec les professionnels nous a permis de tout savoir sur le fonctionnement d’une meute, d’être capable de différencier les différentes races de loup existantes dans le coin mais aussi de mieux comprendre la démarche de réintégration des loups dans les Alpes. Certaines personnes n’y voient d’ailleurs guère d’intérêt, et beaucoup pensent que ce n’est pas une bonne idée car les loups en liberté, eux se déplacent, ils peuvent descendre assez bas, et peuvent en effet s’attaquer à des troupeaux de moutons et causer du tort aux agriculteurs qui peinent déjà à vivre de leur activité.

Quelque soit l’avis qu’on puisse avoir, les loups du parc, sont nés en captivité et dans le « pire » des cas, ils sont transférés dans d’autres parcs zoologiques en France ou en Europe.

Il faut savoir que dans la meute, il existe une structure sociale des loups très précise: les Alpha,  Bêta et Oméga. Le mâle Alpha et la femelle Alpha se reconnaissent instinctivement en tant que couple, ils vont guider la meute, assurer leur protection et ce sont les loups les plus dominants. Ils sont également les seuls à être autorisés à se reproduire, et bénéficient de privilèges comme le fait de pouvoir manger en premier. Ensuite, nous avons les Bêta, qui obéissent aux Alpha et qui sont aptes à prendre la place des Alpha en cas de mort, puis enfin les Omega qui jouent les soufres-douleurs des autres loups ; ce sont les derniers à se nourrir, et généralement, ils se prennent pas mal de peignées par les autres 🙁 Cependant, l’Omega, malgré son statut très ingrat, est essentiel pour la survie de la meute car il permet d’apaiser les tensions dans le clan en s’interposant dans les conflits (d’où la maltraitance). En fonction de leur rang, les oreilles et la queue sont plus ou moins dressées. L’Alpha est le plus fier, tandis que l’Omega rase presque le sol (on le voit un peu sur les photos ci-dessous).

Les naissance sont aussi très contrôlées dans les meutes, car il est difficile de trouver de la nourriture, et les portées pouvant aller jusqu’à 6 louveteaux, il est essentiel de se réguler. C’est pour cette raison que le couple Alpha n’autorise pas les autres membres à se reproduire.

Dans le parc Alpha, les animaliers évitent de nourrir les loups dans la surabondance; car s’ils ne développent pas cet instinct de survie, leur gestion des naissances pourrait être compromise. Afin de préserver le bien-être des loups et leur espace, il est important de respecter leurs habitudes alimentaires.

Dans le parc, les loups sont nourris avec du poulet et du bœuf. Nous avons d’ailleurs assisté à ce beau moment.

 

Tarif adulte: 12€
Pass Famille (2 adultes/2 enfants): 38€

Pour consulter la grille complète des tarifs disponibles, veuillez cliquer ici: Parc Alpha.

Petit conseil: prévoyez de bonnes chaussures.

Vous pourrez faire une petite pause dans la chaumière en bas du parc, c’est d’ailleurs très agréable car ils allument la grande cheminée.

Pour le déjeuner, nous avons opté pour le restaurant l’Ô à la Bouche qui est situé au sein même du parc et où nous avons très bien mangé pour un prix défiant toute concurrence (8 à 15€ le plat).

Nous avons mangé un burger montagnard avec une bruschetta dans le même style… mmm trop bon ! Les frites étaient elles aussi très bonnes. En revanche, le café gourmand n’avait rien d’exceptionnel.

Le Parc Alpha, entouré par la forêt, et aussi proche des cours d’eau. Vous avez le Lac Boréon qui n’est pas très loin, la rivière, mais aussi la Cascade du Boréon.

 

En ce qui concerne les activités, vous avez de nombreux départs de randonnées en continuant après le Parc (par exemple pour rejoindre le Lac de Trécolpas), et près du Parc, vous pouvez faire de l’escalade sur un mur prévu à cet effet, ou encore louer des cannes à pêche pour aller pêcher la truite.

*****

En redescendant, ne manquez pas de faire un petit arrêt à Saint Martin Vésubie, un charmant village de montagne. Nous sommes tombés sur l’atelier de Nadine Jeannot, une habitante du village qui fait de magnifiques peintures sur bois. Ses œuvres sont exposées de façon permanente dans la galerie rue Cagnoli à la saison estivale. Le reste du temps, n’hésitez pas à la contacter sur son site internet directement en cliquant ici.

Et ce week end, direction l’arrière-pays grassois pour aller observer les bisons ! A très vite

[MENTON]: Vue imprenable sur la Baie de Garavan

La dernière fois, je vous emmenais prendre un brunch au Musée Cocteau, et aujourd’hui, nous allons prendre de la hauteur pour découvrir Menton d’une autre façon.

1. Parvis de la Basilique Saint Michel Archange

Pour la première étape, je vous invite à remonter la rue Saint Michel, à suivre la rue des Logettes puis la ruelle des Ecoles Pies pour arriver sur le parvis de la Basilique Saint Michel Archange sur votre droite. Ce coin était frais et tellement agréable, que j’y suis restée un bon moment pour me détendre (ok et surtout reprendre un rythme cardiaque normal parce que les petites marches pour y arriver sont bien violentes 😀 ).

img_3570-l

img_3550-l

  

  

  

Pour la prochaine étape, reprenez la voiture et dirigez-vous en direction du Boulevard Garavan en empruntant la D24, puis la D124 (autant vous prévenir, elle est étroite… très étroite). Vous pourrez vous garer assez facilement au bout de la rue juste avant l’épingle.

2. Cimetière Marin & vue sur la Baie du soleil

Juste au bout se trouve le Cimetière Marin aussi appelé Cimetière du Vieux Château. Oui vous allez me dire que c’est un peu glauque comme visite, mais suivez-moi, la vue vaut vraiment le détour ! C’est un lieu paisible, où les influences sont vraiment cosmopolites: on y retrouve les tombeaux de nombreuses personnalités locales: qu’elles soient françaises, italiennes ou encore russes. Personnellement, j’ai beaucoup aimé la chapelle orthodoxe qu’on voit ci-dessous.

  

Jacqueline Verdini a réalisé des plaques en argile avec des citations écrites en mentounasc, le dialecte de Menton. On en comprend plus ou moins le sens.

3. Vue sur la Baie de Garavan

Et en ressortant du Cimetière, sur la droite, vous aurez une vue imprenable sur la Baie de Garavan

J’aime beaucoup le mouvement de l’eau sur cette dernière photo… ça ressemble à une peinture à l’huile.

Pour ma part, ma balade s’est arrêtée à ce magnifique point de vue et je n’ai pas longé le boulevard Garavan jusqu’au bout. Je le regrette un petit peu car je sais qu’on y voit des propriétés superbes et à mon avis d’autres points de vue exceptionnels. Rappelons aussi que Menton est la ville des jardins. Son climat très clément permet la floraison de nombreuses variétés de plantes et d’arbres. Je me garde donc la visite des jardins pour une prochaine fois ! On ne peut pas tout voir d’un coup.

Si vous avez d’autres idées de balades à Menton, je suis preneuse 🙂

A bientôt

Une rose pour la baronne de Rothschild

Le week end dernier, je me suis rendue au Cap Ferrat (entre Nice et Monaco), et j’ai profité de la Fête des roses pour redécouvrir la magnifique demeure de la baronne de Rothschild construite en 1905. Lorsque vous entrez dans cet édifice de la Belle Époque, vous êtes transportés dans le monde de Marie Antoinette. Après avoir admiré costumes, porcelaines et tapisseries, je vous invite à flâner dans les 9 jardins qui entourent la Villa en dégustant une petite glace… à la rose bien sûr !