[CORSE]: Nonza, un village perché plein de charme

Nonza a été je crois, mon plus gros coup de cœur lors de notre séjour en Corse en mars dernier. Il a d’ailleurs figuré dans l’émission des plus beaux villages français présentée cette semaine par Monsieur Stéphane Bern.

Sainte Julie trône au milieu du village

 

Ce petit village perché du Cap Corse haut de 160 mètres jouit d’une vue imprenable sur la mer. Les petites maisons aux toits de lauze sont toutes construites les unes sur les autres, et il est agréable de se promener dans les petites ruelles étroites. A l’année, on ne compterait qu’environ 70 habitants et aujourd’hui, le village vit principalement du tourisme.

 

 

 

 

La tour Paoline qui domine le village a été construite en 1768 sous les ordres de Pascal Paoli, personnage emblématique de l’île de beauté. Le général s’est battu pour l’indépendance de la Corse face à l’invasion française et cette tour servait de tour de guet pour voir arriver les navires envahisseurs.

 

 

*****

 

 

La plage de galets noirs de Nonza fait partie des curiosités et des endroits les plus prisés du Cap Corse et elle n’existe pas depuis si longtemps que ça. En effet, elle s’est formée par les résidus rejetés par l’usine d’extraction d’amiante située à Canari, le village voisin (c’est la partie claire qu’on voit sur la photo ci-dessous).

 

 

Aujourd’hui, la plage est le terrain de jeux des artistes et amoureux qui viennent laisser leur trace (souvent un mot d’amour) en alignant des pierres blanches trouvées sur la plage. On peut apercevoir quelques dessins depuis le village.

 

 

 

 

L’usine d’amiante, le poison du Cap Corse 

L’exploitation d’amiante de Canari battait son plein au début des années 60 avec une extraction de 30000 tonnes d’amiante par an (ce qui la place parmi les usines les plus productives d’Europe puisqu’elle couvrait à elle seule 50% des besoins industriels français) et a fait la fortune de la région. Bien sûr, ils n’avaient à l’époque pas conscience des dangers que ça représenterait à long terme… L’usine ferma ses portes en 1965 après épuisement des ressources et après quelques contrôles sanitaires. Puis la commune de Canari la racheta pour un franc symbolique, pensant certainement faire une bonne affaire, mais qui s’avéra en réalité être un terrible gouffre financier. La commune en paye toujours aujourd’hui les pots cassés, et c’est bien loin d’être terminé. En effet, la situation est critique car les lieux sont dangereux et ils n’ont pas encore trouvé de plan pour décontaminer le secteur. Démolir l’usine entraînerait l’envol de toutes les fibres dans l’air, ce qui serait encore plus nocif. L’amiante, kézako ? L’amiante est un minéral à texture fibreuse très friable et malléable. De par sa grande résistance à la chaleur et à son pouvoir absorbant, sa fibre est utilisée dans le secteur industriel comme composant dans la peinture, la colle, dans des installations électriques etc… D’un point de vue santé, ça donne quoi concrètement ? Ca donne que ça a été totalement interdit en 1997 en France et depuis dans de nombreux pays européens. L’amiante, lorsqu’on la respire ou lorsqu’on est trop à son contact, contracte des maladies respiratoires et des cancers. On parlera souvent de l’asbestose (maladie pulmonaire), du cancer de la plèvre ou encore du cancer digestif. Tout comme la radioactivité, l’amiante peut sévir jusqu’à 50 ans après l’exposition. On estime à environ 90 000, le nombre de personnes décédées aujourd’hui dans le monde à cause de l’amiante. Aujourd’hui, ce sont des millions d’euros qui sont investis pour protéger l’environnement des dégâts que pourrait causer cette usine, et pour l’instant, aucune solution n’a été trouvée pour totalement neutraliser ces fibres meurtrières qui recouvrent actuellement les parois du bâtiment. ********* Avant de quitter le petit paradis de Nonza, je vous conseille de vous arrêter à la Marina de Negru, un lieu très paisible où l’on peut admirer les ruines d’une tour génoise et entendre l’eau s’écraser sur les galets.

 

 

 

 

 

Petite vidéo  

 

 

 


A bientôt pour d’autres escapades
Publicités