Accueil France Quand le festival d’art urbain KLIVE redessine la ville de Sète

Quand le festival d’art urbain KLIVE redessine la ville de Sète

par Discovart, Cuisine & Voyages

Il y a deux semaines, nous partions en voyage près de Sète, et par chance, cela tombait pile sur la fin du KLIVE, un festival d’art urbain qui existe depuis maintenant 11 ans. Je ne connaissais pas ce festival avant de recevoir le communiqué de presse, et comme j’adore le street-art, il était impossible de ne pas y faire un petit crochet. Cela m’a permis aussi de rédécouvrir Sète 7 ans plus tard et de faire découvrir cette ville pittoresque à mon mari. Mais avant d’évoquer le Sète traditionnel, je vais vous parler du Sète urbain décalé et super stylé !

Le KLIVE c’est quoi ?

Le KLIVE est l’un des acteurs majeurs du mouvement street-art en France, et il se termine toujours par une programmation musicale aussi variée qu’underground (DJ sets, hip-hop, rap, electro trash etc…). Mais ne vous méprenez pas, le KLIVE est avant tout un festival familial et ouvert à tous. Pendant près de 5 jours au mois de juin, les habitants de Sète et les visiteurs côtoient les artistes et les échafaudages, ils peuvent échanger avec eux et suivre l’évolution de leur fresque. Bref, un moment très privilégié car les manifestations de street-art en France si bien organisées ne sont pas nombreuses.

Site Officiel du Festival KLIVE

L’art du graffiti, un véritable métier

A chaque nouvelle édition, la ville de Sète accueille 6 à 7 artistes et chacun choisit préalablement son “lieu du crime”. Chaque lieu est alors passé au peigne fin pour que l’artiste puisse s’inspirer du moindre détail qui se trouve dans sa rue. Je ne m’étais jamais posée la question auparavant et je pensais naïvement que l’artiste “improvisait” une fois sur place, mais en fait tout est bien ficelé et rien n’est laissé au hasard : une couleur, un élément, un balcon, un nom de rue, une vue etc… L’artiste étudie pendant des semaines voire des mois son oeuvre pour qu’elle s’intègre au mieux à son environnement sans pour autant gêner les habitants du quartier. Il y a les graffeurs “sauvages” qui se contentent d’inscrire leur blaze partout quitte à dégrader l’environnement, et il y a les graffeurs respectueux qui participent aux festivals et viennent sublimer une ville où y apportant couleurs et originalité.

David Selor & son Mimil façon jouteur de Sète

La jolie boîte aux lettres de M. et Mme Béziac

L’oeuvre géométrique et colorée de Nuria Mora, artiste espagnole – 2019

Le “Monstre” de Bault – 2015

Souvent, ces manifestations sont organisées pour revaloriser un quartier oublié, populaire et/ou défavorisé et y apporter un peu de gaieté. C’est le cas à Saragosse en Espagne ou à Nîmes.

Relire mes reportages :

Mais dans le cas de Sète, c’est juste une belle ouverture d’esprit et l’envie de faire cohabiter le moderne et le traditionnel. J’ai aussi appris que le street-art ne se cantonnait pas à des peintures faites à la bombe. On peut utiliser une multitude de techniques : la bombe, mais aussi la peinture, la craie, le collage, la sculpture etc… Certaines oeuvres peuvent être plus éphémères que d’autres.
Si je sais tout ça, c’est parce que j’ai suivi la visite guidée gratuite organisée par l’Office de Tourisme et en collaboration avec KLIVE. Nous avons déambulé dans les rues de Sète pendant près d’1h30 et la guide conférencière nous donnait plein d’anecdotes au fil de la balade. C’était vraiment super intéressant de découvrir les ficelles de ce métier artistique hors du commun et de connaître l’histoire de chacune des fresques. Donc si vous avez la chance de visiter Sète pendant le KLIVE (en juin donc), alors ne manquez surtout pas la visite guidée qui est programmée chaque année le vendredi, samedi et dimanche matin. Le RDV se fait à 10h devant l’Office de Tourisme au 60, Grande Rue Mario Roustan – 34200 Sète.

Site Officiel de l’Office de Tourisme de Sète

Vous venez à Sète en dehors du festival ? Pas de panique, vous pourrez vous procurer un plan spécial à l’Office de Tourisme où toutes les œuvres sont répertoriées. Une façon originale de découvrir la ville.

Balade dans le MaCO

Le MaCO (Musée à ciel ouvert) indique toute la zone de Sète impliquée dans le festival KLIVE. Je vais vous dévoiler pas mal de fresques, mais rassurez-vous, il y en a PLEIN d’autres à découvrir !

Codex Urbanus et son ôde à la Tielle (une spécialité sétoise à base de poulpe) – 2017

Le Brassens géant de Maye rue de Brassens – 2019

L’oeuvre de Levalet à l’encre de Chine et façon collage qui nous rappelle aussi les jouteurs – 2017

Mademoiselle Maurice & ses origamis en 3D – 2017

Mr Chat de Thoma Vuille, l’une des premières oeuvres du KLIVE – 2010

Le combat de volatiles de Eric Lacan / Monsieur Qui – 2014

Levez les yeux pour apercevoir les petits personnages en béton d’Isaac Cordal – Celui-là a l’air mal en point !

Une phrase de Petite Poissone, artiste Grenobloise

Tout comme la fresque de Ratur & Sckaro, notre groupe observe l’autre côté de la rue…

… pour y découvrir cette magnifique oeuvre !


Encore une autre version de la tielle sétoise façon Julien “SETH” Malland





Quels artistes aimeriez-vous voir pour les prochaines éditions ?

La Rue de Tunis, une rue à ne pas manquer

Fusion : Le personnage de Maye chevauche le poisson à 6 pattes de Bault

Encore un jouteur à gauche… Quand on vous dit que c’est comme une religion à Sète !

Cherchez bien, l’art se cache partout !

Quand je vous dis que l’art est vraiment… PARTOUT !

Cette fresque court sur deux rues… Elle est incroyable !

Même les poteaux et fils électriques ont été décorées pour s’intégrer à la fresque


Où loger à Sète

Pour rester dans la thématique de cette journée, je vous recommande vivement l’Hôtel l’Orque Bleue, un hôtel arty 3 étoiles super stylé situé au cœur du centre-ville. Nous avons logé dans une chambre double avec une vue splendide sur l’Ancien Canal Royal et sur la ville de Sète. La chambre était cosy, confortable et nous avons beaucoup aimé les petites touches artistiques et le mobilier design disséminés dans les chambres et dans l’hôtel.

Les petits + :

  • Personnel charmant et de bons conseils
  • Bon petit-déjeuner
  • A proximité de tout

Pour réserver une chambre ou simplement découvrir l’hôtel : www.orquebleue.fr

Ne manquez pas les prochains reportages sur Sète et l’Etang de Thau : le Sète traditionnel (avec les joutes, Brassens et la cuisine locale + quelques bonnes adresses) et mon Top 4 des plus beaux panoramas de Sète ! Pour vous assurer de ne pas les louper, vous pouvez vous abonner à la newsletter tout en bas de cette page et/ou suivre Discovart sur les réseaux sociaux !

A très vite !

Related Articles

Laisser un commentaire