Le tea-time d’exception de l’Hôtel Belles Rives façon « Gatsby le Magnifique »

Le 5 mai dernier, jour de mon anniversaire, j’ai profité d’une vraie journée de princesse  à Juan-les-Pins sur la Côte d’Azur ! J’ai été très gentiment invitée par Steve Moracchini, le Chef Pâtissier de l’Hôtel Belles Rives, un hôtel 5 étoiles en bord de mer, pour déguster leur tea-time d’exception. Franchement, c’était génial…

L’hôtel Belles Rives, un hôtel historique

La première fois que j’ai découvert cet établissement, c’était en mars dernier à l’occasion du Salon Vin d’Azur, un salon sur les vins pour les professionnels. J’y ai découvert un lieu exceptionnel à deux pas de la Pinède de Juan-les-Pins, face à la Mer Méditerranée. En arrivant, une fois qu’on passe le hall d’entrée, on découvre une somptueuse terrasse avec une vue plongeante sur la mer… La vue est juste incroyable.

Ici, le temps semble s’être arrêté et on peut vraiment profiter d’un moment au calme pour se ressourcer.

En plus, cet hôtel est loin d’être ordinaire… Scott Fitzgerald, ça vous parle ? Dans le mille Emile, Scotty a en effet été l’heureux propriétaire de l’Hôtel Belles Rives, autrefois appelé Villa Saint-Louis.

Fitzgerald : champagne et frivolités sur la Côte d’Azur

A la sortie de la guerre 14-18, tout est à reconstruire et on ressent un immense besoin de célébrer la vie. Entre 1920 et 1929, ce sont les années dîtes « folles » puisque l’heure est à la frivolité. Les femmes, qui pour beaucoup, ont du assumer seules leur foyer pendant l’absence de leur mari, n’envisagent pas une seconde un retour en arrière. Les plus riches dandies comme Fitzgerald profitent de toutes les extravagances et passent beaucoup de temps à faire la fête et à s’amuser.

C’est ainsi que Scott et Zelda Fitzgerald se sont installés dans le sud de la France et ont commencé à fréquenter les hauts lieux de la bourgeoisie du Cap d’Antibes. Le couple américain a ensuite acheté sa propre villa, la Villa Saint-Louis (l’actuel Hôtel Belles Rives) dans laquelle ils ont donné de somptueuses réceptions. Hemingway, Picasso, Maurice Chevalier… ils ont fréquenté les plus grands artistes de l’époque pour des nuits de douces décadences. Bien loin de la prohibition, à la Villa Saint-Louis, le champagne coulait à flots et c’est dans cette folle ambiance qu’est né le très célèbre roman Gatsby le Magnifique que vous connaissez tous.

Aujourd’hui, Belles Rives a retrouvé une atmosphère paisible, loin du tumulte d’antan mais n’a pas pour autant perdu son goût de la fête. De nombreux événements sont organisés chaque année dans ce palace azuréen comme le Prix Fitzgerald organisé il y a quelques jours dans le secteur littéraire (nous y étions et c’était aussi très très cool !) ou encore des soirées jazzy dans leur superbe bar classé « monument historique ».

Le tea-time d’exception de Steve Moracchini

Mais si on est là, c’est pour parler de notre goûter haut-de-gamme réalisé par le pâtissier de l’Hôtel, Steve Moracchini. Du haut de ses 38 ans, le Chef a déjà une belle carrière de pâtissier derrière lui. Nommé « Pâtissier de l’année » par le guide Gault et Millau en 2016, puis après un passage dans sur M6 dans l’émission du Meilleur Pâtissier – Les professionnels, Steve Moracchini continue de briller dans les cuisines de l’Hôtel Belles Rives.

Le Chef Moracchini est même venu nous saluer et nous a parlé un peu de son parcours. Nous avons échangé quelques minutes, et franchement, on sent le grand passionné ! Amoureux de son terroir, le chef pâtissier de l’Hôtel Belles Rives travaille main dans la main avec les petits producteurs locaux pour avoir des ingrédients de qualité premium. Pas de tea-time d’exception sans produits exceptionnels… Nous avons vraiment aimé ses valeurs et sa vision de la pâtisserie haut-de-gamme. Malgré toutes ses récompenses et sa  médiatisation, le Chef a gardé la tête sur les épaules et est resté très humble. Bravo à lui.

*****

Tous les week-end et jours fériés à partir de 15h, vous pouvez profiter de ce goûter d’exception en vous installant au choix : en terrasse avec la vue sur la mer ou au frais dans l’un des fauteuils moelleux du Bar Fitzgerald.

Deux formules « tea-time » pour 2 personnes sont disponibles :

  • 39€ (chocolat chaud maison à la noisette ou thé / une Rose Belles Rives et assortiment de douceurs)
  • 59€ (coupe de champagne, chocolat chaud maison ou thé / une Rose Belles Rives et assortiment de douceurs)

Franchement, c’est très raisonnable pour un Hôtel 5 étoiles… Normalement, c’est déjà 25€ juste pour un cocktail et pour une personne seulement !

Tout est magnifiquement présenté et étonnant en saveurs… Chocolat noir et poivre Timut, Boule coco et cœur de noisette, Biscuit au miel et praliné café, ou encore la fameuse Rose Belles Rives faite en pâte d’amande avec un cœur framboise et une crème litchi.

Nous avons dégusté cet assortiment avec une coupe de champagne et le chocolat chaud maison à la noisette (OH MON DIEU CE CHOCOLAT CHAUD)…

Donc si vous aimez la haute pâtisserie et les cadres de rêve au bord de l’eau, il faut absolument que vous testiez le tea-time de Steve Moracchini… c’est une pure merveille.

Suivez Steve Moracchini sur Facebook
Ou bien sur son compte Instagram @Stevemoracchini

Je suis curieuse de savoir si vous avez déjà été au Belles Rives et si vous connaissez leur super goûter ??

En tout cas, nous on adore, on y retournera !

A bientôt à Juan-les-Pins

Publicités

Recette des filets de daurade royale au four sauce vierge

C’est vrai qu’on nous sert la sauce vierge à toutes les sauces… sans mauvais jeu de mots, mais que voulez-vous, j’adore ça ! Je suis une vraie sudiste qui aime la cuisine méditerranéenne et qui cuisine à l’huile d’olive.

La daurade (ou dorade, on peut l’écrire des deux façons) est un classique de la Côte d’Azur, on la compte parmi les poissons nobles et c’est aussi l’un de mes poissons préférés. Je n’en avais encore jamais cuisiné donc quand j’ai vu ces beaux filets déjà écaillés dans mon magasin préféré, je me suis jetée à l’eau (bon ok j’arrête).

Cette recette ne nécessite que très peu d’ingrédients, elle est quasi-inratable et ne vous prendra qu’une vingtaine de minutes seulement.

Ingrédients (pour 4 personnes) :

  • 4 filets de daurade écaillés
  • 4 mini poivrons vert et orange (à défaut, un demi gros vert et un demi gros jaune)
  • 4 petites tomates
  • 2 gousses d’ail
  • 8 petites branches de thym citron
  • huile d’olive
  • sel / poivre

Préparation:

Préchauffez votre four à 185/190°C pendant 5 à 10 minutes.

Dans un plat allant au four (de type plat à gratin), versez un bon filet d’huile d’olive et écrasez l’ail que vous mélangez avec. Faites mariner vos filets de part et d’autre dans l’huile et disposez-les dans le plat (côté peau en dessous). Assaisonnez d’un tour de moulin à sel et de poivre, puis d’une branche de thym citron sur chacun des filets.

Lavez vos tomates et vos poivrons, épépinez-les puis taillez-les en brunoise.

Enfournez le poisson sur une grille à mi-hauteur pour environ 15 minutes. Pour vérifier la cuisson, plantez une fourchette dans la chair du poisson: elle doit être encore ferme mais ne doit pas résister.

5 minutes avant la fin de cuisson de la daurade, préparez votre sauce vierge. Dans une petite casserole, versez 5 cuillères à soupe d’huile d’olive, puis votre brunoise de légumes. Faites chauffer sur feu doux en remuant sans cesse pour faire cuire les légumes sans pour autant faire brûler votre huile.

Sortez vos filets, dressez vos assiettes avec votre accompagnement (j’ai choisi des haricots verts), puis assaisonnez avec l’huile vierge. Encore un tour de moulin à sel et poivre, on remet une petite branche fraîche de thym citron puis on envoie ! A table…

 

Recette de l’halloumi grillé à l’origan

Depuis le temps que je cherche de l’halloumi, j’en ai ENFIN trouvé chez Grand Frais… Peut-être que vous n’en avez jamais entendu parler car ce n’est pas si facile que cela à trouver en rayon…

L’halloumi est un fromage originaire de Chypre et se constitue de lait de brebis et lait de chèvre mais parfois, on en trouve aussi avec du lait de vache. Il se présente sous forme de bloc assez ferme de type feta, mais avec un aspect qui ressemble à de la mozzarella (sans le côté fondant). Son goût n’est pas très prononcé mais par contre la texture est assez caoutchouteuse en bouche, cela pourrait j’imagine, déplaire à certains.

La recette de l’halloumi grillé à l’origan est très simple à réaliser, elle est rapide (15 minutes maxi) et ne nécessite que très peu d’ingrédients. L’halloumi est aussi meilleur quand il est encore chaud, donc cette salade est à servir à la dernière minute.

Ingrédients (pour deux personnes) :

  • Un bloc de 250g d’halloumi (celui que j’ai utilisé était soit-disant aromatisé à la menthe, mais je n’ai pas trop senti).
  • Huile d’olive
  • Origan
  • 2 belles poignées de pousses d’épinard
  • 2-3 tomates
  • Sel / poivre

Faites préchauffer votre four à 200°C avec une grille placée au milieu du four. Coupez ensuite votre halloumi égoutté, une fois dans l’épaisseur pour le réduire de moitié, puis ensuite en cubes. Saupoudrez d’origan, ajoutez de l’huile d’olive puis mélangez pour que votre fromage soit bien recouvert de part et d’autre. Enfournez en mode « grill » pour 10-15 minutes environ. Votre fromage doit être bien coloré sans être brûlé. N’hésitez pas à rester près du four pour jeter un œil à la cuisson de temps en temps. Laissez refroidir quelques minutes puis ajoutez les pousses d’épinard, les tomates fraîches coupées en quartiers puis salez et poivrez. Attention à ne pas trop saler car le fromage l’est déjà.

Bon appétit !

 

[CORSE]: Bain de soleil et journée de rêve à Playa Baggia

L’an dernier, nous sommes allés en Corse pour un mariage et nous avons profité de cette escapade pour nous échapper vers les plages de rêve de Palombaggia près de Porto-Vecchio. La dernière fois que je vous en parlais, nous y étions en mars, c’était très beau mais l’eau turquoise du décor de carte postale n’étais pas au rendez-vous et j’avoue que depuis le temps que j’attendais de visiter la Corse, c’était un peu frustrant. Mais bon, on se doute bien qu’en allant en plein mois de mars en Corse, même si c’est la Corse, on est pas sûrs d’y trouver du beau temps !

Cette fois-ci, plein mois de juin, nous avions une température idéale, en mode pumpum short et lunettes en forme de cœur et avec un grand ciel bleu. La revanche allait être épique !

Personnellement, je connais très peu la Corse (je me soigne depuis…) et je découvre les merveilles au fur et à mesure de mes escales. J’ai la chance d’avoir une partie de ma belle-famille qui vit là bas et nous aurons d’autres occasions pour continuer l’exploration de l’île de beauté.

Nous voulions absolument faire escale à Porto-Vecchio dont la région est connue pour offrir les plus belles plage de Corse. Palombaggia en fait partie et c’est là que nous sommes allés. Nous avons choisi Playa Baggia pour une parfaite journée glandouille au bord de l’eau.

Il faut vous garer au parking privé (qui est payant mais dont les frais sont déductibles si vous déjeunez sur place).

Nous avions réservé des transats pour la journée et nous avons profité du nouveau permis en poche du chéri pour faire une petite virée en Jet-Ski (chéri qui m’a d’ailleurs violemment foutu à l’eau en prenant un virage un peu serré !!!! Le gars du jet rigolait encore 20 minutes plus tard hahaha).

Le midi, bien sûr nous avons déjeuné sur place les pieds dans le sable. Le personnel de Playa Baggia était très agréable (tant sur la plage qu’au restaurant), les prix franchement corrects et pour couronner le tout: on s’est RÉ-GA-LES. Personnellement, j’ai pris une brochette de bœuf avec frites maison et salade. C’était au top quoi… rien à redire !

Bien que nous avions pas mal d’algues sur la plage en arrivant, elles se sont progressivement décalées et nous avons pu profiter d’un paysage à couper le souffle… Très honnêtement, j’ai rarement vu des plages si belles dans ma vie, et c’est surtout la couleur transparente de l’eau qui m’a vraiment marqué. Je ne me lasse pas de regarder les photos et je me dis « waouuu… C’est quand même CANON, on y retourne quand ?? ».

En tout cas, je vous recommande vivement Playa Baggia que nous avions choisi au hasard ! Vous pourrez profiter d’une journée en toute sérénité, à barboter dans l’eau turquoise, à profiter des installations, avec un bon bain de soleil en transat, le petit cocktail qui va bien (évidemment) et un déjeuner les pieds dans le sable. Elle est pas belle la vie ?

Pas besoin d’aller aux Bahamas les gars, le paradis, ça se passe à Porto-Vecchio ! Et sinon, j’attends vos bonnes adresses pour la prochaine fois.

Bisous !

Tajine de poulet au citron confit, olives vertes et amandes

Hello tout le monde, aujourd’hui, je reviens avec une recette tout droit venue du Maroc avec ce savoureux tajine de poulet au citron confit, aux olives vertes et aux amandes. C’est une recette facile à réaliser, mais qui nécessite un peu de temps puisque c’est un plat mijoté. Ça m’a en tout cas donné l’occasion de ressortir mon beau service à couscous acheté l’an dernier en Tunisie.

Pour ce tajine de poulet, il nous faut:

  • 1.2kg de blanc de poulet (normalement on utilise un poulet entier avec les cuisses pour encore plus de saveurs et une présentation plus sympa, mais chez nous on est des mangeurs de blanc !)
  • 1 très gros oignon (ou 2 moyens)
  • 4 petites gousses d’ail (ou 2 grosses)
  • 1 bouquet de coriandre
  • 1 citron confit à l’huile d’olive
  • 1 sachet d’olives vertes dénoyautées entières
  • une belle poignée d’amandes émondées
  • 1 CC de cannelle
  • 1 CC de gingembre moulu
  • 1 CC de graines de cumin
  • 30 cl d’eau
  • sel / poivre
  • thym citron panaché et quelques feuilles de coriandre pour la présentation

Dans un fait tout, faites revenir l’oignon émincé finement et l’ail écrasé dans une bonne rasade d’huile d’olive et du sel fin. Ajoutez ensuite les blancs de poulet détaillés grossièrement en morceaux puis mélangez bien pour colorer les blancs de façon homogène.

Ajoutez ensuite la coriandre émincée, le citron confit en petites lamelles, la cannelle, le gingembre et les graines de cumin puis mélangez de nouveau. Versez 30 cl d’eau, couvrez puis laissez mijoter pendant 1h30. Veillez qu’il y ait toujours du jus pendant la cuisson, et que rien n’accroche dans le fond de votre fait-tout.

Dix minutes avant la fin de la cuisson, lancez votre riz (si vous voulez un accompagnement), et ajoutez les olives vertes égouttées et les amandes émondées. Salez-poivrez puis découvrez 10 à 15 minutes  pour faire épaissir la sauce.

Servez bien chaud dans vos plats à tajine.

Pour décorer, j’ai utilisé des feuilles de coriandre et du thym citron panaché que l’on vient de planter sur notre terrasse. Le thym citron apporte une petite touche acidulée comme son nom l’indique, et en plus je le trouve très décoratif. C’est parfait pour la petite touche finale.

Voila un bon tajine de poulet marocain à partager en famille !

Si vous avez une recette familiale à partager avec nous, n’hésitez pas 🙂

UCannesTweetRevival, ou quand la communauté 2.0 de Cannes se rassemble

Vendredi dernier à Cannes, la communauté locale et connectée du bassin cannois, a eu le plaisir de voir le mouvement « UCannesTweet », renaître de ses cendres.

Le « UCannesTweet », un groupe initié en 2011 par des passionnés du web, avait pour envie de rassembler les utilisateurs du web le temps d’une soirée, avec un rendez-vous mensuel dans les plus beaux établissements cannois.

Souvenirs d’une soirée UCannesTweet façon jet’set

Personnellement, je n’ai connu ce groupe qu’en tout début 2015, à mon retour du Japon, et sans que l’on s’en doute, le UCannesTweet se rassemblait pour une dernière fois, avant une longue pause de 3 ans. Ce 15 janvier 2015, l’équipe nous accueillait dans le bar de l’Amiral du très célèbre Hôtel Martinez, l’un des palaces cannois les plus glamour et les plus prisés des célébrités et des journalistes pendant le Festival de Cannes.

Ce soir là, c’est bien la première fois de ma vie que je dégustais du caviar 🙂 Autant vous dire que le UCannesTweet met toujours la barre très TRES haute…

2018, UCannesTweet is back

Sur l’initiative des plus nostalgiques dont Marie Pourreyron et Arnaud Baechler, deux membres très actifs du comité d’organisation, le UCannesTweetRevival était en marche et nous promettait de très jolies surprises.

Arnaud Baechler, formateur en réseaux sociaux mais aussi professeur en Licence Professionnelle Communication Événementielle à Cannes, a mis ses élèves sur le coup pour gérer toute l’organisation l’événement.

Après le Martinez, c’est sur un yacht que nous avions rendez-vous… eh oui, rien que ça les amis… Monsieur Olivier Decrouy, le propriétaire du Queen-south, un superbe yacht amarré au port de Cannes, nous a permis à tous ce soir là, de réaliser un rêve. Un grand merci Monsieur Decrouy pour votre générosité.

Queen South: Site Officiel / Page Facebook

Et des partenaires généreux, il y en a eu d’autres ce soir là:

Sans oublier nos deux intervenants: Franck Dosne, Directeur du réseau Riviera Ports et Nicolas Pélissier, Directeur Adjoint du Département des Sciences de la communication.

Même Monsieur le Maire, David Lisnard (au passage le parrain de ma promo en BTS Tourisme 😀 il y a maintenant quelques années) a fait le déplacement pour saluer et encourager les étudiants de la LP.

Pouvoir profiter d’une belle soirée cannoise sur un yacht, rencontrer d’autres amoureux du web en toute convivialité, profiter de mini conférences passionnantes sur les enjeux du digital dans notre région, le tout avec une vue imprenable sur le port et sur le vieux quartier du Suquet tout en se délectant de petits fours et en sirotant quelques verres de vin de l’Abbaye de Lérins… What else j’ai envie de dire ? 🙂

Encore bravo à toute l’équipe pour ce UCannesTweetRevival plus que réussi. Vivement le prochain !

Amis connectés du bassin cannois, si tout cela vous a mis l’eau à la bouche, pourquoi ne pas nous rejoindre au prochain rassemblement en avril ? Pour ne rien manquer, c’est par là:

Site Officiel de UCannesTweet
Compte Twitter
Compte Facebook

A bientôt pour d’autres soirées folles à Cannes !

[ESTÉREL]: Randonnée Mimosa au Col de l’Esquillon

Direction l’Estérel avec une randonnée au milieu des roches rouges et du mimosa en fleurs. Mi-février est une période que j’adore puisque c’est le temps parfait pour une randonnée pédestre: il ne fait pas trop chaud, il n’y a pas trop de monde et on peut pleinement profiter de ces jolis petits pompons jaunes qui teintent le paysage azuréen et nous enivre de son parfum poudré.

Le mimosa, une espèce endémique dans l’Estérel

On ne peut pas prétendre connaître la Côte d’Azur et le Var sans être venu au moins une fois dans sa vie en février pour profiter de cette saison si particulière. Le mimosa fait partie de notre culture, de nos traditions et quand le mimosa pointe le bout de son nez, c’est que l’hiver touche bientôt à sa fin et théoriquement le soleil et la chaleur nous reviennent. Bon cette année, comme partout en France, nous avons subi cette vague de froid sibérien qui nous a couvert de neige, de l’arrière-pays jusqu’au littoral, pendant près de 4 jours… Bien que les stations de sports d’hiver ne soient pas bien loin, c’est quand même rare qu’il neige si près du bord de mer, c’était assez impressionnant. La fête du mimosa de Mandelieu n’aura donc pas eu de chance cette année et a été célébrée sous le mauvais temps. Vivement l’année prochaine pour pouvoir en profiter davantage.

Randonnée Mimosa dans l’Estérel et vue panoramique sur la mer

Avant que cette vague de froid n’arrive, le temps était plutôt clément et nous avons profité d’un dimanche ensoleillé pour découvrir l’un des nombreux sentiers de randonnée dans l’Estérel. La dernière fois, nous avions fait une randonnée au départ du Port de la Rague à Mandelieu: Randonnée Terre et Mer , mais cette fois-ci, nous sommes partis de Théoule-sur-Mer, une commune qui marque la frontière entre les Alpes-Maritimes et le Var.

Vous pouvez vous garer au parking gratuit de la rue Jean-Baptiste Pastor, qui a un accès parfait puisqu’il est situé au pied des sentiers de randonnée.

C’est parti pour une randonnée de 3h environ, idéale pour les grands sportifs comme moi 😉 (sentier facile donc).

Col de Théoule

Au départ, vous pouvez prendre connaissance des différentes destinations possibles, et pour nous, ce fut le Col de Théoule (environ 35-40 minutes de marche). Assez vite au début de la balade, vous tomberez sur une bifurcation: soit vous continuez par l’accès principal, soit vous descendez des petits escaliers. Nous avons pris les petits escaliers: alors certes, le chemin était un peu plus compliqué puisqu’il y avait pas mal de pierres et il fallait faire attention à ne pas se casser la figure ou se faire une cheville, mais nous étions plongés dans les mimosas et c’était vraiment très paisible. Ne soyez pas surpris si vous croisez quelques VTT car c’est en effet un chemin très prisé des cyclistes. Cette option est pas mal parce que vous pouvez emprunter ce sentier un peu caillouteux à l’aller, et redescendre par le sentier principal qui est plat et vous assurer un retour sans embûche.

Col de l’Esquillon

Arrivés au Col de Théoule, vous n’aurez que l’embarras du choix quant au sentier à emprunter pour poursuivre votre balade. Vous pouvez vous enfoncer encore plus dans la forêt, vous pouvez descendre vers le Port de la Figueirette (à la frontière du Var), ou encore bien d’autres possibilités. Nous nous sentions bien inspirés par le Col de l’Esquillon qui surplombe le hameau du Miramar. Pour votre culture générale, « Miramar » signifie littéralement « vue sur la mer » ou « qui regarde la mer », autant vous dire que le panorama s’annonçait d’être assez sympathique 🙂

Du Col de Théoule au Col de l’Esquillon, comptez de nouveau 40 minutes.

Ce sentier arrive par contre à un cul-de-sac puisqu’on se retrouve au parking supérieur du Col de l’Esquillon.

Après un bon pique-nique vue mer et petite sieste sur les roches rouges, vous pouvez alors faire demi-tour pour atteindre de nouveau le Col de Théoule et cette fois-ci redescendre par le sentier principal pour regagner le parking initial.

Page Facebook de Theoule-sur-Mer
Office de tourisme de Mandelieu
Office de tourisme de la Côte d’Azur
Office de tourisme de l’Estérel

Bonne balade et à bientôt dans l’Estérel

 

Citronnade et ambiance festive sur les toits de Tunis

Il n’y a pas de Tunis sans sa Médina, ses petites ruelles étroites et sombres qui traversent les souks et toutes ces personnes qui grouillent dans les rues et en font un extraordinaire lieu de vie… Oui, mais pour moi, Tunis se visite aussi depuis le ciel. Quand on déambule sur les toits de la ville, où on se sent comme Rose et Jack sur la proue du Titanic, à la découverte du monde, comme si rien ne pouvait nous arriver. C’est vraiment ce sentiment que j’ai eu et bon dieu que ça fait du bien…

Il y a notamment UNE adresse qui est incontournable si vous visitez Tunis, c’est le Palais de l’Orient. Vous pourrez difficilement passer à côté si vous vous baladez dans le souk parce qu’au moins 3 à 4 vendeurs voudront vous emmener à la « Maison d’El Bey ». C’est en fait la même chose. En effet, le Palais de l’Orient fut autrefois la demeure de Moncef Bey, l’avant-dernier Bey ayant gouverné de 1942 à 1943. Les Beys étaient autrefois les représentants suprêmes du Pays, et ce système monarchique a été aboli en 1957 suite à la mise en place de la république.

J’en profite pour faire une petite parenthèse historico-politique sur la Tunisie.

Rappelons que la Tunisie a très longtemps été sous Protectorat français (d’où l’usage du français en Tunisie) et Habib Bourguiba a très activement participé au mouvement d’indépendance de la Tunisie. C’est d’ailleurs lui qui a a été le président de la république après le règne du dernier Bey en 1957, et ce jusqu’en 1987, soit 30ans à la tête du gouvernement. La plus grande avenue de Tunis, l’équivalent de notre Champs-Elysées, s’appelle d’ailleurs l’Avenue Habib Bourguiba. Il fait partie des personnalités les plus célèbres du pays. Voila parenthèse terminée.

Le Palais de l’Orient, situé dans le Souk El Leffa à deux pas de la Mosquée Zitouna (la plus grande de la ville), s’apparente plus à un musée qu’à une boutique et présente de somptueux tapis fabriqués dans la plus pure tradition berbère. Quand on pense à l’expression « marchand de tapis » utilisée pour décrire quelqu’un qui négocie pour les sommes les plus dérisoires, je trouve ça assez « drôle » parce qu’en réalité, un tapis est un véritable objet d’art, et selon sa qualité et les matériaux utilisés, il peut coûter très cher. Bien sûr, le prix va dépendre de la taille du tapis, de la teinture, si c’est en soie ou en laine etc etc… Pour un premier prix, il faut compter 150-200€ et ça peut grimper jusqu’à 2500€.

L’origine du tapis tunisien remonte au Vème siècle avant J-C où les grecs parlaient déjà des tapis et des coussins brodés de Carthage. Si vous voulez ramener UN souvenir vraiment typique, alors vous savez quoi chercher. L’art de tisser est ancré dans toutes les familles, mais c’est vrai qu’avec la modernisation et l’émancipation de la femme, les métiers à tisser se font plus rares dans les foyers, et aujourd’hui, cet artisanat se retrouve principalement dans le sud de la Tunisie.

Lorsque vous entrez dans la boutique, n’hésitez pas à grimper à l’étage pour accéder à la terrasse car l’accès y est gratuit.

Nous nous sommes arrêtés une petite heure pour savourer une délicieuse citronnade aux amandes avec une vue époustouflante sur la Médina et sur la Mosquée. Nous étions les seuls européens du café, nous avons chaleureusement été accueillis par le serveur et nous étions entourés de jeunes tunisois qui fêtaient un anniversaire sur fond de tam-tam, de chants et de danses. L’ambiance était super conviviale, on a adoré.

Vidéo de l’ambiance sur Instagram

Suivez le Palais d’Orient sur Facebook en cliquant ici ou ici pour le café panoramique.

Depuis notre merveilleux hôtel du Palais Bayram (dont je vous parlais ici), la vue était elle aussi sensationnelle.

Il doit bien-sûr exister d’autres terrasses panoramiques, mais que je n’ai pas encore explorées. Alors je compte sur vous pour me donner à votre tour vos bonnes adresses si vous en avez 🙂

En tout cas, je n’ai pas encore fait le tour de mes bonnes adresses tunisoises, alors je reviens très vite pour des petites pépites gourmandes.

En attendant, n’hésitez pas à consulter le site de l’Office de tourisme de Tunisie en cliquant ici pour organiser vos vacances.

Beslama, à bientôt !

Chocolats de noël à la noix de coco caramélisée

Alors, vous êtes prêts pour Noël ? Comme chaque année, je ne peux m’empêcher de faire des petits cadeaux gourmands pour toute la famille, et j’ai commencé à faire mes propres chocolats il y a maintenant 6 ans lorsqu’on m’a offert mes premiers moules. Cette année, j’en ai trouvé de jolis spécial fêtes et j’avais envie de les utiliser. Habituellement, je fais une coque en chocolat noir et un fourrage praliné feuilletine croustillant. (Vous pouvez retrouver ma recette ici). Mais cette année, j’ai opté pour une coque chocolat noir et un fourrage chocolat blanc à la noix de coco caramélisée. J’ai utilisé le chocolat blanc noix de coco caramélisée de chez Casino (voir ici) et il est vraiment très très bon. J’avais peur du contraste chocolat noir/chocolat blanc mais en fait l’équilibre est parfait et ce n’est pas trop sucré.

Ingrédients (pour environ 15 chocolats):

100g de chocolat noir 64% de cacao
200g de chocolat blanc à la noix de coco caramélisée

Préparation:

Faites fondre le chocolat noir en bain marie et une fois fondu, tapissez votre moule de chocolat à l’aide d’un pinceau alimentaire. Il faut le faire bien minutieusement pour qu’il n’y ait pas de trous ni de bulles d’air. Placez ensuite le moule quelques instants au frigo.

Quand la coque a durci, préparez votre fourrage. Avec cette recette, c’est vraiment simple, il suffit de faire fondre le chocolat blanc au micro-onde. Mélangez bien pour que le chocolat soit lisse, puis à l’aide d’une cuillère à café, garnissez avec votre fourrage sans trop triturer pour ne pas mélanger le chocolat noir et le chocolat blanc ensemble. Replacez au froid.

La dernière étape consiste à refermer la praline avec une coque de chocolat noir. Re-faites fondre le chocolat noir restant en bain marie, puis mettez un coup de pinceau sur chaque praline pour fermer la coque. Vous pouvez un peu dépasser, ça ne fait rien, vous pourrez enlever le surplus au moment du démoulage.

Replacez au frais et le lendemain matin, vous pouvez procéder au démoulage.

Vous pouvez les présenter dans un petit sachet à offrir, dans un ballotin ou bien les mettre en centre de table présentés sur de la noix de coco râpée pour faire l’effet neige avec quelques billes argentées et des brindilles de sapin.

Passez un très joyeux noël

Itinéraire gourmand dans le Chianti

De passage dans la belle région de Toscane, nous avons fait un petit roadtrip d’une journée dans le Chianti au milieu des vignes. Pourtant grande amatrice de vins blancs, il était impossible de ne pas succomber à la tentation d’un bon vin rouge avec de tels paysages. Nous avons principalement sillonné les terres du « Chianti Classico » qui se délimitent en 4 communes: Greve, Radda, Castellina et Gaiole.

Depuis 2009, les vins du chianti sont classés DOP, l’appellation italienne équivalente à notre AOP française.

 

Pour la première étape, nous nous sommes arrêtés dans le joli village médiéval de Volpaia, dont le château date du Xème siècle.

En nous promenant, nous avions des effluves de vin car les viticulteurs s’affairaient dans les caves. Tout cela nous ayant donné soif, nous avons fait une petite pause au « Castello di Radda » en redescendant du village, un domaine viticole situé sur la commune de Radda où nous avons fait une dégustation gratuite de vins. Notre guide vendeuse était très aimable et nous a expliqué plein de choses intéressantes sur la production des vins du Chianti. Nous avons beaucoup apprécié ses conseils et son amabilité et lui avons donc acheté une bonne bouteille de la grande sélection (bin quoi… on se fait plaisir 😀 )

Site Officiel du Castello di Radda: Cliquez-ici
La boutique est ouverte tous les jours du lundi au vendredi, de 11h à 18h. La visite de la cave est possible, mais uniquement sur rendez-vous.

Vous voyez le petit coq en macaron sur la bouteille ? Eh bien c’est le symbole des vins du Chianti. Vous le retrouverez très souvent dans cette région. En Italie, on l’appelle « Il Gallo Nero » ce qui signifie le coq noir. Ce logo a été choisi en 1924 par le Consortium du Chianti Classico, une assemblée exceptionnelle de viticulteurs qui en avait ras le bol de voir des soit-disant vins du Chianti se vendre partout en Europe. Ils ont ainsi créé les vins « Chianti Classico » reconnaissables grâce à ce petit coq noir, gage de qualité. Vous ferez maintenant attention au macaron si vous voulez acheter un vrai Chianti Classico 😉

300_anni_chianti_classico

Le Chianti Classico doit bien sûr respecter une charte, comme tous les produits d’appellation d’origine contrôlée. Ci-dessous une petite pyramide des 3 types de Chianti Classico que l’on peut trouver: les Gran Selezione (comme celui que nous avons acheté), les Riserva et enfin les Annata.

Chianti Classico Seal with gold background

Nous avons encore un peu vadrouillé, puis nous nous sommes dirigés vers la commune de Greve in Chianti où j’avais repéré un bel endroit pour déjeuner.

Notre ami le GPS nous a fait prendre un chemin en terre assez folklo (autant vous dire que l’homme a eu peur pour sa voiture muahahah), et quand nous sommes arrivés à destination, nous étions seuls au monde au milieu des oliviers avec la vue sur les collines et les vignobles: MAGIQUE. Le restaurant où j’avais réservé s’appelle la Cantinetta di Rignana. C’est un Bed & Breakfast et en Italie, les B&B sont très typiques ; On trouve très souvent une production maison d’huile d’olive, charcuterie, fromage ou autre. Ici sont fabriqués vin et huile d’olive.

Nous étions les premiers installés, mais très vite les clients sont tour à tour arrivés et finalement le restaurant était quasiment plein. Quand on voit le nombre d’avis sur Tripadvisor, cela ne m’étonne pas. ; c’est d’ailleurs pour cette raison que je l’ai choisi. En plus de la vue extraordinaire que nous avions, tout ce que nous avons commandé était vraiment succulent et superbement présenté. Nous avons mangé de la charcuterie locale, des carciofini alla contadina (des petits artichauts à l’huile), mais aussi de la burrata à la truffe ou encore des pâtes à la truffe. J’en ai l’eau à la bouche rien qu’en y repensant… C’est dommage que nous avions fait ce restaurant en fin de parcours parce qu’après un tel marathon-bouffe pendant 4 jours, nous ne pouvions pas manger davantage…hahaha C’est vrai qu’on aurait eu envie de tout commander tellement ça donnait envie.

 

Pour réserver, cliquez-ici pour accéder au Site Officiel de la Cantinetta di Rignana.

Enfin, pour l’hébergement, nous avons séjourné à San Casciano, à la Villa Talente, un hôtel familial installé dans une demeure historique de type seigneuriale.

Ce B&B est tout simplement incroyable ! Les pièces sont immenses, on a l’impression de faire un bond dans l’histoire. J’ai bien sûr adoré la vue depuis notre chambre, mais j’ai eu aussi un énorme coup de coeur pour la cuisine historique avec l’immense cheminée, les cuivres, sans parler du petit-déjeuner absolument divin qui est préparé avec soin chaque matin par le staff. Pour seulement 80€ la nuit avec PTDJ et parking privé et sécurisé, ça ne vaut vraiment pas le coup de s’en priver. Quant à la localisation, elle est juste parfaite: vous êtes à mi chemin entre le Chianti et Florence.

Pour réserver à la Villa Talente, cliquez-ici: www.villatalente.it/

Pour organiser vos vacances, vous pouvez vous aider de:

Office de tourisme de la région du Chianti: www.chianti.com
Office de tourisme de Discover Tuscany: www.discovertuscany.com

Je n’ai plus qu’à vous souhaiter « Buone vacanze in Toscana »