Samia Orosemane débarque sur la Côte d’Azur et nous fait voyager avec son one-woman-show « Femmes de Couleurs »

B9711865663Z.1_20170428182017_000+G6Q8VGINP.1-0

Samia Orosemane, une franco-tunisienne de 37ans, a envahi les scènes européennes avec son spectacle « Femmes de Couleurs » que nous avons eu la chance de voir le 2 décembre dernier au Théâtre de Grasse (Alpes-Maritimes). Rendue célèbre pour sa vidéo sur les « islamistes-intégristes-djihadistes-pianistes-cyclistes » à qui elle demande de changer de religion, elle a fait le tour de la toile suite aux attentats survenus à Paris dans les locaux du Charlie Hebdo. Personnellement, je l’ai connue grâce à ma copine blogueuse Touristissimo qui avait publié la vidéo de son passage au Jamel Comedy Club, me permettant ainsi de découvrir un extrait de son spectacle qui m’avait fait mourir de rire. Quand j’ai vu son nom apparaître dans la programmation du Théâtre de Grasse, j’ai supplié mon fiancé de nous trouver des places pour qu’on ne manque pas cette superbe occasion.

Cliquez-ici pour accéder à la programmation du Théâtre de Grasse.

Comme nous avons voyagé en Tunisie en mai dernier et parce que j’aime les femmes déterminées, courageuses et incroyablement inspirantes, j’ai contacté Samia pour qu’elle m’accorde quelques minutes après son spectacle pour nous parler de sa carrière, mais aussi pour parler cuisine typique et voyages.

Son one-woman-show « Femmes de couleurs » d’1h15, raconte l’histoire de sa vie, avec des anecdotes très personnelles nous permettant de s’approprier l’histoire, de la vivre et pour chacun(e) de s’y retrouver. Samia nous le raconte avec beaucoup d’humour, de pudeur mais aussi avec une grande tolérance. Elle nous parle des galères qu’elle a pu traverser au cours de sa carrière, du travail acharné et de sa persévérance à vouloir réussir, du mélange culturel des quartiers populaires de Paris mais encore des liens tissés avec sa famille.

A Grasse, Samia a été accueillie par un public très éclectique et tout le monde s’esclaffait dans la salle. Moi, comme les autres, nous n’avons pas vu le temps passer tant nous avons ri. Après avoir tiré sa révérence, Samia attendait son public à la sortie pour échanger quelques mots et faire des séances photos. Elle se rend très disponible, et ne manque pas une occasion de remercier son public envers qui elle est très reconnaissante. J’ai aimé son humanisme, sa tolérance, sa gentillesse et bien sûr son humour. Nous avons vraiment adoré le spectacle et je vous le recommande vivement.

Actuellement, le spectacle est en pleine ascension, et Samia Orosemane va continuer à sillonner la France, la Belgique, le Maghreb mais aussi le Canada et les pays d’Afrique Noire. A force de travail et de persévérance, Samia Orosemane rejoint les artistes de chez Gaya Prod, une maison qui produit les humoristes tels que J.M Bigard, Artus, Claudia Tagbo, Julien Courbet ou encore Issa Doumbia. Pour jeter un oeil sur sa tournée, rendez-vous sur son Site Officiel ou ici. D’autres dates viendront se rajouter puisque la tournée est prévue sur les deux ans à venir.

En attendant qu’elle passe près de chez vous, je peux d’ores et déjà vous annoncer que Samia nous prépare un roman autobiographique qui mêle humour et souvenirs et dont la date est prévue pour la symbolique journée internationale de la femme le 8 mars prochain. Vous savez désormais quel bouquin offrir aux femmes de votre vie 🙂

Et puisqu’on est lancés dans les événements à ne pas manquer, je vous donne rendez-vous le 29 août prochain à Djerba à « l’Île du Rire 3 », un festival d’humour qui a été créé par Samia Orosemane en 2014 et qui fêtera sa troisième édition l’été prochain. On ne vous a rien dit, mais Elie Semoun serait peut-être lui aussi de la partie 😉

En cuisine avec Samia

 

Tout comme moi, Samia est une bonne vivante, et elle aime la cuisine tunisienne. Sur sa chaîne Youtube (cliquez-ici), elle nous livre de nombreuses recettes que je vous propose de découvrir. Son péché mignon ? Les bricks et les fricassés.

Mmmm… On valide totalement !

Les bonnes adresses de Samia à Djerba

Samia Orosemane est née à Paris de parents djerbiens. Fascinée par ses racines, elle se rend près de dix fois par an en Tunisie et met tout en oeuvre pour promouvoir cette destination. Elle n’hésite pas non plus à mettre la casquette de guide touristique lorsque c’est nécessaire et prend beaucoup de plaisir à faire découvrir aux autres sa ville d’origine. Samia sillonne tout le pays, mais a tendance à préférer le sud à la fois proche de la mer, des plages de rêves, mais aussi aux portes du désert à seulement 200km et proche de destinations culturelles bercées dans des civilisations millénaires qui ne manquent pas d’intérêt pour qui veut découvrir l’histoire du pays. Elle nous a notamment parlé de Matmatah, connue pour avoir été le lieu de tournage de Star Wars, mais aussi pour ses maisons troglodytiques sculptées dans la pierre.

Nous avons demandé à Samia quelques recommandations pour un séjour à Djerba…

Les prix sont donnés à titre indicatif et sont susceptibles de varier en fonction des plateformes de réservation et des saisons.

Maison d’hôtes Dar Bibine: Site Officiel

Lieu de tournage du Making Of du Festival de Djerba (vidéo ci-dessous), Dar Bibine est l’une des adresses préférées de Samia. Cette maison d’hôtes haut-de-gamme vous accueille dans son établissement d’un blanc immaculé avec des touches de ce bleu typique des stations balnéaires tunisiennes. C’est dans une merveilleuse architecture djerbienne que vous pourrez vous relaxer et profiter d’un séjour tout confort au cœur de la médina. A partir de 120€ la nuit.

Maison d’hôtes Dar Dhiafa: Site Officiel

Dar Dhiafa, littéralement « Maison des Invités » est une petite pépite au cœur du village d’Erriadh. Ce petit havre de paix offre un cadre intimiste aux voyageurs, qui peuvent se prélasser au bord de la piscine ou partir à la découverte du village historique rendu célèbre aujourd’hui pour son « Djerbahood », un festival de street-art lancé en 2014 que je rêve absolument de faire. C’est clairement dans mon top 5 des prochaines destinations. Optez pour une chambre classique à 73€ ou une suite junior à 89€.

Les Jardins de Toumana: Site officiel

A 3 minutes à pied de la plage, cette résidence de charme vous propose de jolis bungalows traditionnels et tout confort autour de la piscine centrale. Vous pouvez opter pour un appartement classique de 53m² (4 personnes pour 80€) ou un supérieur de 88m² (5 personnes pour 95€). Samia a vraiment insisté sur la qualité du service de cet établissement. Il semblerait que cela soit une valeur sûre 😉

Je vous quitte avec la vidéo du Making Of du Festival de Djerba « L’île du Rire 2 ».

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai comme envie de réserver mes billets pour août prochain 🙂

Organisez vos vacances avec Ma Djerba (Site Officiel / Facebook), Discover Tunisia (Site Officiel / Facebook) et Tunisair (Site Officiel / Facebook)

Rendez-vous à Djerba les amis !

Mille mercis à toi Samia de nous avoir accordé ce moment privilégié avec toi, et encore bravo pour ce magnifique spectacle ! A bientôt.

Julie

samia

Publicités

[Tunisie]: Sidi Bou Said, le village bleu et blanc

Sidi Bou Said, une petite merveille à 20 minutes du centre historique de Tunis, est un village tout de blanc et bleu vêtu. On se croirait presque en Grèce. C’est le seul souvenir qu’il me restait de ce voyage en Tunisie fait avec mes grands-parents il y a 15ans et j’avais très envie d’y retourner.

Ces tons de blanc et bleu, nous les devons à un franco-britannique du nom de Rodolphe d’Erlanger, issu d’une famille bourgeoise ayant fait fortune dans le secteur bancaire mais aussi dans les arts (et notamment dans la musique). Le Baron Rodolphe d’Erlanger ne s’intéresse guère à la carrière de banquier, et vise une carrière plus poétique. Il se passionne pour la musique arabe et pour la peinture. Il aime surtout peindre des paysages.

En 1909, à l’âge de 37ans, et en raison d’une maladie des bronches, il s’installe en Tunisie et acquiert à ce moment là un terrain à Sidi Bou Said. A ce moment là, la Tunisie est sous protectorat français.

Si vous êtes curieux de visiter un Palais de Bey, vous pouvez visiter le fameux musée du Bardo à Tunis.

Pour revenir à notre Baron d’Erlanger, il a fait construire sur son terrain, un palais de 2000m² dans le style arabo-andalou voulant un peu imiter l’Alhambra de Grenade. Après la mort du Baron et de son fils, les héritiers ont décidé de revendre le palais à l’Etat tunisien, qui, sans doute dans le respect de sa mémoire et du travail accompli à Sidi Bou Said, a décidé de le transformer en grand Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes. Aujourd’hui, on connaît ce centre sous le nom de Ennejma Ezzahra et d’après ma copine blogueuse Touristissimo qui m’a beaucoup conseillé pour mon voyage, c’est un endroit magnifique à découvrir. (Vous pouvez lire son article à ce sujet en cliquant-ici). Nous n’avons pas pu le voir malheureusement, car il était en pleine rénovation à ce moment là. Normalement, il a du ré-ouvrir ses portes depuis.

Déambuler dans ces ruelles paisibles et colorées est un vrai bonheur et on a envie de s’arrêter dans chaque coin et recoin pour prendre des photos.

Ci-dessous, le célèbre Café des Délices de la chanson de Patrick Bruel, qui offre une vue imprenable sur le Golfe de Tunis. Nous vous conseillons cependant d’admirer la vue depuis l’entrée et de ne pas vous aventurer plus loin car les prix y sont excessifs et nous y avons très mal été reçus.

Il y a un autre café très célèbre à Sidi Bou Said; il s’agit du Café des Nattes. Nous n’y sommes pas allés, mais il a l’air très sympathique. Vous me donnerez vos retours si vous l’avez testé.

Pour une pause déjeuner parfaite au bord de l’eau et sans la horde de touristes qui va avec, je vous conseille de sauter dans un taxi direction Gammarth.

Sur la Route Express de Gammarth, un peu avant d’arriver à la Marina, vous verrez le panneau bleu du restaurant « le M ». Arrêtez-vous là et descendez à pied. Au départ, nous avons été un peu surpris car l’endroit était désert et on aurait dit une scène de guerre… certains bâtiments étaient à moitié détruits, c’en était presque inquiétant. Finalement, nous sommes arrivés au « M », un restaurant-lounge face à la mer, très calme, très cosy et où nous avons été parfaitement reçus. Les prix ne sont pas excessifs et c’est l’endroit idéal pour se régaler avec poissons & fruits de mer. Le patron nous a dit qu’ils étaient en fait en train de faire plein de travaux pour être prêts pour l’été car il s’agit d’un quartier très huppé où il y a plein de maisons secondaires. Le restaurant a d’ailleurs l’habitude de recevoir des célébrités tout au long de l’année. Nous avons vraiment apprécié le calme ambiant et la qualité des mets que nous avons dégusté. Tout était excellent. Si vous souhaitez manger local, je vous recommande d’essayer les spécialités au mérou (à savoir que la pêche de ce poisson est désormais interdite en Mer Méditerranée à cause de la surpêche de celui-ci, et les règles sont strictes autour de nos côtes françaises, donc vous n’en trouverez pas sur le continent) et il faut aussi goûter la boutargue. La boutargue/poutargue est une spécialité à base d’œufs de mulet souvent conservée dans de la cire. En France, on la consomme souvent râpée sur des pâtes.
Dans ma famille, on la sert à l’apéritif, coupée en fines lamelles et arrosées de jus de citron. C’est mon péché mignon 🙂 J’en sers à tous mes apéros, mais impossible de la faire apprécier à mes convives haha… je peux comprendre, le goût est un peu fort.

Côté boissons, nous avons aussi fait dans le local et nous avons pris de l’alcool (ce n’est pas forcément aisé d’en trouver dans tous les restaurants). Pour commencer, nous avons testé la Celtia, LA bière tunisienne par excellence, et à table, nous en avons profité pour tester le Vinum, un vin du Domaine Shadrapa, qui travaille en étroite collaboration avec le groupe français Castel. En Tunisie, les vins sont essentiellement consommés par les touristes (environ 70% de la production) mais il s’agit là d’un commerce florissant qui tend à se développer de plus en plus. C’est une aubaine pour l’économie du pays qui a beaucoup souffert de l’absence des touristes ces dernières années.

Côté plats, nous nous sommes régalés avec la kémia en apéritif, et ensuite nous avons pris des crevettes royales à la plancha avec frites maison et salade méchouia (une salade de légumes grillés composée de tomates, poivrons, oignons et parfois d’aubergines) et nous avons goûté de sublimes tagliatelles aux filets de rouget (avec tomates, câpres, olives et basilic). C’était trop bon. Il faut compter environ 10 à 14€ pour un bon plat de poisson ou de viande. Ce n’est vraiment pas cher… D’autre part, sachez que le restaurant accepte les paiements en euros si vos dinars viennent à manquer.

Office de tourisme de Tunisie: cliquez-ici
Le « M » Restaurant-Lounge: cliquez-ici

J’ai été très heureuse de redécouvrir le village de Sidi Bou Said, qui est aussi merveilleux que dans mes souvenirs. Si vous y allez, je compte sur vous pour me laisser un petit mot avec vos impressions 🙂

Si un jour nous revenons en Tunisie, nous visiterons Carthage juste à côté, célèbre pour ses emblématiques vestiges romains.

A très bientôt

[Tunisie]: Rituel oriental au Residence Tunis & SPA: quelle expérience !

Impossible de quitter la Tunisie sans essayer un Hammam traditionnel et un soin oriental. C’est ce que j’ai choisi pour mon anniversaire. C’est ainsi que nous nous sommes rendus dans la petite ville de La Marsa, près de Gammarth, à environ 25 minutes de taxi de la médina, à l’hôtel « The Residence Tunis » où nous avions réservé pour la journée.

L’accueil tant à la sécurité qu’à la réception de l’hôtel a été très chaleureux, et nous avons découvert ce magnifique hôtel avec beaucoup de plaisir. En suivant les fontaines au sol parsemées de pétales de roses, nous sommes arrivés jusqu’au Spa pour nous présenter.

Nous avions opté pour la formule « Evasion Orientale » avec 4 soins répartis sur la journée pour 250 dinars (soit à peu près 100€). Les deux soins de la matinée se passent dans le hammam avec une dame d’un certain âge qui semble régner sur le hammam car elle est la seule à faire les soins. L’évasion commençait dans le hammam pour transpirer un bon coup, se « désintoxiquer » et dilater les pores afin de rendre les soins plus précis et efficaces. La dame m’a ensuite enduit de Tfal, un savon naturel local puis m’a ensuite lavé sous la douche (bon, on ne va pas se mentir, on finit à poil pour les filles et en petite charlotte avant-arrière pour les mecs, c’est très saillant je vous promets muahahah).  Après la gêne passée et la peau bien propre, on peut s’installer sur la table de torture relaxation. C’est parti pour le gommage au gant de kessa, une autre spécialité locale pour « apprêter la peau, éliminer les cellules mortes et stimuler la circulation sanguine » lit-on sur la brochure du SPA. J’aurais du me méfier de l’histoire de stimulation sanguine…

Alors imaginez une éponge spontex qui vous frotte avec insistance du côté vert sur toutes les plus petites parcelles existantes de votre corps, et imaginez ensuite votre regard terrifié sur tous les lambeaux de peau que vous découvrez sur votre corps tel un lépreux. C’était affreux… 😀 On va ensuite sous la douche pour enlever les 4 couches d’épiderme mortes, on retourne dans le hammam en slip et seins nus, on se fait remettre une couche de tfal partout et on s’allonge tel un saumon sur une feuille de cellophane en attendant que la dame revienne (on prie aussi tous les dieux pour que personne d’autre ne se pointe à ce moment là). 3ème passage sous la douche pour bien enlever le savon, et nous pouvons regagner le spa pour profiter des installations. Mon compagnon a eu peur en me retrouvant tellement j’étais rouge… le pauvre ne savait pas encore ce qui l’attendait :p

Le temps de son polissage, je me suis prélassée dans un transat en peignoir avec un bon petit thé à la menthe qui m’a été servi. Cette matinée a été éprouvante, mais je peux vous garantir que vous ressortez avec une peau de bébé. Et le décor est tellement parfait… C’est vraiment très reposant.

N’ayant qu’une heure de battement avant de reprendre les soins de l’après-midi, nous avons décidé de manger au restaurant de l’hôtel au bord de la piscine. Le cadre est somptueux, il n’y avait pas grand monde et nous avons pu choisir une table agréablement située. Malheureusement pour nous, nous avons été littéralement envahis de petits moucherons (ils ont apparemment élu domicile tout autour de la piscine nous disaient les serveurs) et les insectes semblaient apprécier notre cuir chevelu tout propre. Pour faire bref, nous avons passé la totalité du repas à nous agiter dans tous les sens, à nous gratter la tête et à ramasser le corps des défunts moucherons ayant voulu siroter notre apéro… Quant au repas en lui-même, c’était franchement mauvais. Nous avons au cours de ce repas, perdu tout le bénéfice de la relaxation du matin… C’était le pire repas de notre séjour, et la qualité n’était clairement pas à la hauteur du prestige de l’hôtel. Je ne comprends pas ce désastre culinaire dans un établissement d’un tel standing.

Mmm des bonnes frites industrielles et un sandwich beaucoup trop pimenté pour être apprécié

Nous avons mangé en un temps record, laissant la moitié du repas aux moucherons et sommes vite repartis nous détendre pour profiter un peu du magnifique bassin. Nous étions seuls dans la pièce, c’était le top, et le bassin était très agréable. Il est pourvu d’un jacuzzi ouvert sur la piscine et d’un système de nage à contre-courant. La détente fut malheureusement brève pour moi car le traitement de choc infligé à ma peau le matin m’a provoqué une éruption violente de pustules sur le ventre et partout dans le dos à cause de l’eau de mer et ce sont finalement les brûlures qui m’ont faites sortir du bassin. Décidément… ce n’est pas de chance pour moi ! Même souci pour le bain de 30 minutes à la fleur d’oranger dans une baignoire ultra moderne mais de nouveau avec l’eau de mer qui m’a empêché de me relaxer. J’ai pu consulter le médecin du SPA qui m’a ausculté et m’a dit que ma peau était fragile et qu’en l’hydratant bien avec de l’eau claire et une bonne crème, ça irait mieux. Cette dame était très sympathique et s’est montrée rassurante. Le rituel s’est enfin terminé par un massage d’une heure à l’huile naturelle de coco qui a été vraiment très agréable. Il a même apaisé mes brûlures. C’est donc sur cette note positive que nous avons quitté les lieux.

Malgré mon expérience personnelle un peu mitigée du fait de l’irritation (mon compagnon n’a rien eu de tout cela), j’en garde un excellent souvenir. C’est une expérience unique, traditionnelle et j’en suis sûre, excellente pour la peau. Un tel gommage devrait être fait plus régulièrement, même s’il n’est pas forcément agréable sur le coup.

En revanche, cela nous a aussi confirmé que les séjours en resort au bord de l’eau en formule all inclusive, ce n’est pas notre façon de voyager. Je ne mâche pas mes mots, mais un repas tel que nous avons eu au Residence Tunis, cela ternit l’image de la cuisine tunisienne car ce n’est absolument pas représentatif. C’est bien loin de la qualité que nous avons eu dans des restaurants traditionnels de la Médina où nous nous sommes régalés pendant 4 jours. Exit la soit-disant citronnade maison qui sent le pulco à plein nez et les frites surgelées. Exit aussi les taxis qui vous attendent au garde à vous devant l’hôtel pour vous voler en vous demandant 3 fois le prix normal d’une course sous prétexte qu’ils vous attendent au pied de l’hôtel. Vous faîtes 2 mètres pour rejoindre la route principale et vous en trouverez un qui est honnête et qui active son compteur. Si le taxi négocie la course avant, ne cherchez-pas, vous allez vous faire racketter.

Donc mon petit coup de gueule est le suivant: Ne prenez pas les touristes pour des imbéciles ou pour des vaches à lait: ce n’est pas de cette façon que vous relancerez le tourisme.

*****

Voila pour cette expérience unique et inoubliable au SPA du Residence Tunis; Je vous la raconte telle que je l’ai vécue. Des hauts et des bas mais qui nous laissent tout de même un bon souvenir et qui nous a permis de découvrir deux spécialités tunisiennes dans le domaine du bien-être: le gant de kessa et le tfal: deux must-have dans la trousse de toilette tunisienne.

Cliquez-ici pour découvrir le site de l’hôtel et ici pour organiser vos vacances en Tunisie

Bonne journée à tous

[Tunisie]: Le Palais Bayram, un hôtel digne des Mille et Une Nuits

Pour mon anniversaire, j’avais très envie d’évasion, d’exotisme et surtout de soleil ! Nous devions aller à Marrakech, ville des riads majestueux, de l’huile d’argan, ville des tanneurs mais aussi pays du tajine au poulet et citron confit… mmmm. Mais le destin en a décidé autrement. En effet, depuis l’aéroport de Nice, les directs se font encore timides. et pour Marrakech et à la période que nous voulions, il nous fallait faire escale à Paris… En partant 4 petits jours seulement, nous ne voulions pas perdre de temps dans des escales. Nous avons donc changé de destination, et c’est ainsi que nous nous sommes envolés vers la Tunisie, terre de mes ancêtres, avec un vol direct. J’étais un peu frileuse à l’idée d’aller là-bas à cause des attentats, mais quand on voit ce qu’il se passe en France, ce n’est pas plus sûr chez nous.

Un souvenir du temps où mes grands-parents nous emmenaient avec eux en voyage me revenait sans cesse: celui d’un petit village au doux nom de Sidi Bou Said où nous avions fait escale lors de notre croisière. Ce village blanc et bleu ont ravivé de lointains souvenirs et j’avais très envie d’y retourner 15ans après, mais cette fois-ci avec mon compagnon.

Alors où prendre notre hébergement ? A Sidi Bou Said ? A Tunis ? Il est vrai que le bord de mer est très attirant, mais d’un autre côté, le cœur vibrant de la culture tunisienne se trouve plutôt dans la Médina de Tunis… La chose que je désirais le plus était de séjourner dans un hôtel très typique, dans un décor digne des mille et une nuits. Et c’est là que j’ai trouvé le Palais Bayram, un ancien palais datant du XVIIIème siècle, installé au cœur de la Médina. Histoire patrimoniale, somptueuse architecture… C’est là que je voulais être, et nulle part ailleurs.

Nous avons utilisé le service de navette gratuite comme proposé sur Booking où nous avons réservé, donc pas de tracas à notre arrivée, le chauffeur nous attendait, malgré nos 30 minutes de retard à cause de  l’avion. Je vous conseille d’avoir un stylo dans votre sac car votre compagnie vous donnera un papier à remplir et à remettre à l’atterrissage au moment du contrôle du passeport.

L’hôtel se trouve à environ 20-25 minutes de l’aéroport en fonction de la circulation. Comme notre chauffeur nous l’expliquait: le problème à Tunis, c’est qu’il n’y a pas d’heure de pointe à proprement parler. C’est la surprise…

L’hôtel se trouvant au coeur de la Médina, le taxi n’a pas pu entrer dans la vieille ville et nous a laissé sur le Boulevard Bab Menara, près de la rue du château où un employé nous attendait pour nous réceptionner nous et nos bagages. Nous avons été chaleureusement accueilli par Saoussen, une jeune femme charmante et qui s’est montrée très serviable tout au long de notre séjour. On nous a apporté un jus pressé en guise de bienvenue puis elle nous a amené à notre chambre. Pour y accéder, nous devions passer par un patio absolument sublime, et l’émerveillement ne s’arrêtait pas là…

La chambre en elle-même ? Comment vous dire cela… un vrai conte de fée. Je ne pouvais imaginer un tel luxe pour mon anniversaire: nous avions rien que pour nous: 2 lits king size façon Shérazade (parfait en cas de dispute ou si on a mangé trop de couscous et qu’on a besoin de s’étaler comme une larve 😀 ), une salle de bain tout en marbre et un petit salon.

Pour le petit déjeuner, il faudra choisir votre formule sur le menu et nous avons choisi le continental qui comprend par personne: un jus pressé, une boisson chaude, 2 viennoiseries, des petits pains tunisiens, des confitures (orange, figue & abricot) ainsi qu’un yaourt. C’est un excellent petit-déjeuner (et dieu sait que je peux être difficile à ce niveau). Le jus pressé y fait beaucoup, je l’avoue. C’est MON chouchou du matin.

Nous avons également testé le restaurant de l’hôtel dans lequel nous avons dîné le dernier soir. J’ai goûté le couscous de poisson pour la première fois de ma vie, et pas n’importe lequel: le couscous de mérou, un grand classique en Tunisie. C’était un régal. Chéri a pris un filet de daurade avec des petits légumes et nous avons également pris une assiette de salades tunisiennes à se partager. Chaque repas en tunisie commence par la Kémia, soit l’apéritif. Et le MUST-HAVE de chaque kémia, c’est l’incontournable harissa à l’huile d’olive avec les petits pains tunisiens. Bon, je me confesse: après 4 jours d’harissa à tous les repas: JE N’EN PEUX PLUS hahaha. Ma petite tapenade m’a un peu manqué :)) L’ambiance dans le restaurant était très cosy, très romantique avec un dîner à la lueur d’une bougie et avec un musicien qui assurait l’ambiance traditionnelle lors du repas. C’était vraiment parfait, et idéal lorsqu’on a marché toute la journée et qu’on a juste envie de manger dans l’hôtel pour être sur place.

L’hôtel possède également un spa et hammam si vous souhaitez faire des soins, et le petit endroit secret, se trouve sur les toits de l’hôtel. Vous n’avez qu’à demander à quelqu’un de l’hôtel de vous y ouvrir la porte, et tadammmmm bienvenue au paradis… Vous aurez toute la vue sur la Médina avec une vue imprenable sur la Mosquée Zitouna, la plus grande mosquée de Tunis.

L’hôtel comporte peu de chambres et l’ambiance y est familiale. Les employés de l’hôtel ont tous (et j’insiste sur le vraiment TOUS) été à nos petits soins pendant 4 jours ; nous ont prodigué de précieux conseils pour nos visites, nous ont même emmené au marché pour nous montrer le chemin ; Ils se sont pliés en 4 pour satisfaire nos désirs. Nous nous sentions comme dans un palais, mais aussi comme à la maison. Comme j’aime à le dire: c’est mon petit havre de paix au cœur de la Médina de Tunis.

Il faut compter 20 minutes environ pour 11-12 dinars pour vous rendre en bord de mer, ce qui fait à peu près 5€. Bientôt je vous parlerai de notre expérience dans un resort en bord de mer et je peux vous garantir que la qualité n’a pas du tout été la même. Alors pour les fins gourmets, si vous voulez découvrir la vraie cuisine de Tunisie, c’est dans la Médina que ça se passe 🙂

Retour en photos…

IMG_0769

Cliquez-ici pour accéder au Site Officiel du Palais Bayram, mais retrouvez-les aussi sur Facebook en cliquant ici, et pour leur page instagram.

Cliquez-là pour accéder au Site Officiel de Booking

Site Officiel de l’Aéroport de Nice et Site de la Compagnie TunisAir

Et enfin pour le site de tourisme de Tunisie

A bientôt pour d’autres récits de notre voyage en amoureux