Mini Malaysia & Asean Cultural Park à Malacca

Mini Malaysia est un parc situé à Malacca présentant les maisons typiques de chaque région de Malaisie en grandeur nature avec dans certaines d’entre elles des informations culturelles sur la gastronomie ou les jeux traditionnels. Une activité idéale à faire en famille.
Apprenez à faire des « Ketupat »

Ketupat: Espèce de boîte faîte à base de feuille de palmier ou de cocotier qui une fois prête, est fourrée de riz qui sera bouillit dans la boîte dans de l’eau chaude. Cette technique permet de compresser le riz et de lui donner une texture particulière. A l’origine, cette technique aurait été utilisée par les marins pour préserver le riz des périlleux voyages en mer.
Découvrez les spécialités gastronomiques

Kuih Jambang (Kueh Pie Tee): Petite tarte chinoise à base de farine, fourrée d’épices, de légumes émincés et de crevette.

Kuih Siput: Siput signifie coquillage en malais. C’est donc sans surprise qu’on découvre un biscuit en forme de coquillage fait  à base de farine de blé, poivre noir, poudre de curry et lait de coco (oui… curieux mélange).
Acuan Kuih Ros (Acimuruku): Biscuit dont l’origine serait tirée des « Rosette Cookies » suédois. Ces biscuits sont faits à base de farine de blé/de riz et de lait de coco.
Putu Kacang: Biscuit à base de farine d’haricots mungo (soja vert) et de sucre glace. Ces biscuits peuvent être conservés 6 mois.
Kuih Bakar Pandan: Un biscuit riche en calories (300 à peu près) fait à base de lait de coco, de feuilles de pandan et graines de sésame.
Kuih Tart: Biscuits faits à base de farine de blé et de confiture d’ananas.

Ainsi que la découverte des épices locales
Site Internet du parc: cliquez-ici
Voila pour la petite session culturelle sur la Malaisie. Je clôture cet article avec tout de même une pointe de regret car je n’ai pas eu l’occasion de goûter aux spécialités que je vous ai présenté à l’exception de la tarte à l’ananas… Alors si vous y avez déjà goûté, n’hésitez pas à me raconter vos expériences culinaires.

Selamat jalan !

Un air de vacances à Malacca

Aujourd’hui, je vous emmène à Malacca, une destination malaisienne haute en couleur. Cette ville a été colonisée par les portugais, les hollandais puis les britanniques avant de retrouver son  indépendance en 1956. C’est aujourd’hui l’un des principaux centres d’intérêts en Malaisie. Suivez-moi…

I- Que voir/Que faire?
Jonker Street ; le quartier hollandais (Stadthuys, St Paul’s Hill, Dutch Square, St Francis Xavier Church, A Famosa Fort) ; Flor de la Mar (Maritime Museum); Independance Memorial…
Tous les week-end (à partir du vendredi), vous pourrez flâner au night market situé à Jonker Street, l’une des principales rues commerçantes de la ville. Cela vous permettra de découvrir de nombreuses spécialités locales et si la chance est avec vous, de voir en vrai l’homme qui casse les noix de coco avec ses doigts.
II- Que manger et où?
Avec mes amis malaisiens, nous avons entrepris un « food marathon » dans Malacca, qui consistait à s’arrêtait partout pour manger… Dur dur de suivre le rythme avec eux!! Mais c’était finalement très intéressant pour découvrir les spécialités en un minimum de temps (1 jour en fait…)

Amoy (Biscuit en forme de poisson, fourré à la crème de pandan – début de Jonker Street)
Cendol (glace pilée) au fruit de la passion – chez Jonker 88 (4 Ringgit soit moins d’un euro)
Arrivés au fond, c’est moins fun
Chicken Rice (poulet et boulettes de riz) – chez Chop Chung Wah au tout début de Jonker Street
Idem
Gâteaux de crêpes chez Nadeje
Mochi (riz gluant à la cacahuète) – Jonker Street Night Market
Pinapple Tarts – Jonker Street Night Market

III- Mon bilan
J’en reparlerai probablement plus tard, mais je n’ai pas trop apprécié mon séjour en Malaisie; Malacca a un peu « sauvé » mon voyage là bas. J’ai adoré cette destination aussi bien pour ses couleurs vives, son passé colonial riche d’histoire et de multiculturalisme, sa gastronomie et le rythme « cool » qui règne dans la ville. C’est un peu comme ci c’était les vacances tous les jours à Malacca 🙂 bref un incontournable si vous passez dans le coin.

Thean Hou, le temple bouddhiste de Kuala Lumpur

Je vous emmène aujourd’hui dans l’un des plus beaux temples de Kuala Lumpur, à Thean Hou. Les malais d’origine chinoise viennent s’y recueillir un peu toute l’année, et c’est bien sûr un passage obligatoire lors du Nouvel An Chinois. Ce temple rend honneur à la déesse « Tian Hou », l’impératrice céleste, plus connue sous le nom de « Mazu ».
Mazu (née Lin Moniang en 960) n’aurait pas pleuré à la naissance, ce qui lui valut le nom de « la silencieuse ». Il existe de nombreuses légendes autour d’elle et de la mer. Le père et les frères de Moniang étaient des pêcheurs, et un jour, survint un terrible typhon alors qu’ils étaient en mer. A ce moment là, Moniang tomba dans un sommeil profond assise à son métier à tisser, et rêva de son père et de ses frères. Sa mère s’aperçut de son sommeil, et tenta de la réveiller ce qui détourna l’attention de Moniang. De ce fait, l’un des frères se noya. Plus tard, le père et les autres frères, rentrèrent au village, et dirent qu’un miracle s’était produit. C’est ainsi que Moniang, devenue « Mazu », devint la protectrice des marins et des pêcheurs. 
C’est aujourd’hui une figure emblématique de la mythologie chinoise, et de nombreux temples lui sont dédiés à travers le monde.
A bientôt pour de nouveaux contes et légendes

 Joli n’est-ce pas ?

Batu Caves, le temple hindou de Kuala Lumpur

Situées à 13 kilomètres au nord de Kuala Lumpur, les Grottes de Batu découvertes en 1892,  constituent un ensemble de 3 grottes formées dans le calcaire et figurent parmi les temples hindous les plus importants en dehors de l’Inde.
C’est précisément 272 marches étroites qui vous attendent si vous voulez visiter ce temple. Il vous faudra également affronter les macaques fourbes et kleptomanes tout au long de votre ascension ! Un conseil, évitez-les, et ne laissez rien trainer si vous y tenez (c’est valable également et surtout pour la nourriture, les colliers et les sacs de manière générale…): ils seront sans pitié avec vous. Et plus vous aurez peur, plus vous vous agiterez, et plus les singes viendront vous embêter pour se défendre, alors gardez votre calme et ignorez les. (oui ça sent le traumatisme haha)

Une fois par an (en janvier/février), le temple accueille plus d’un million et demi d’hindous tamouls lors du Festival Thaipusam qui rend honneur à Murugan, Dieu de la Guerre et plus jeune fils de Shiva. (C’est d’ailleurs Murugan qui est représenté sur cette statue dorée haute de 42,7 mètres à l’entrée de la grotte). Ce festival est autorisé seulement en Malaisie et à Singapour mais interdit en Inde (certainement à cause des diverses barbaries que s’infligent les fidèles).

C’est l’occasion de voir plusieurs processions, des plus softs aux plus gores. Certains se lavent, d’autres se rasent la tête (femmes & enfants compris), certains portent un seau de lait, d’autres s’accrochent des crochets dans la peau afin de tirer des objets lourds ou se transpercent le visage avec des broches et tous commencent leur dure ascension souvent sous un soleil de plomb qui peut durer jusqu’à 8/10 heures. Certains abandonnent en cours de route souvent à cause d’un malaise, et d’autres finissent par arriver au sommet dans un état de transe profonde (avec les yeux qui sortent de leurs orbites et tout et tout). On dit que ceux qui saignent n’ont pas assez la foi et donc sont faibles. Pour éviter cela, il existerait une technique mystère qui intrigue beaucoup les scientifiques. Bref, pour moi ce sont de grands malades pour s’infliger de telles tortures.

Sinon pour parler de choses plus légères, il y a divers stands d’offrandes à acheter avant de prendre les escaliers: on y trouve des colliers de fleurs, des bouteilles de lait de vache (rappelons que la vache est sacrée pour les indiens), des fruits ou encore du riz. Et lorsque vous aurez terminé la visite, pourquoi ne pas vous arrêtez au marché pour vous détendre et manger un bout ? C’est l’endroit idéal pour déguster de la cuisine indienne. NB: En cas de tourista aiguë, ne m’en tenez pas responsable hahaha

Je l’aime bien cette photo à gauche avec les singes & l’arrière plan sur les Tours Petronas

Cette dernière statue vous intrigue n’est-ce pas ? Il s’agit d’une représentation de Kamadhenu (aussi connue sous le nom de Surabhi qui signifie parfum, beauté et qui d’ailleurs est aujourd’hui un prénom féminin très prisé.), la vache des souhaits et des désirs avec un corps bovin, une tête de femme, des ailes d’oiseau et une queue de paon: sacré mélange ! C’est la déesse et mère de toutes les vaches qui est apparue lors du barattage de la mer de lait. J’ai tenté de percer cette histoire de Mer de Lait sur Wikipédia mais honnêtement, je n’ai RIEN COMPRIS !! Il va falloir que j’étoffe un peu plus mes connaissances en matière de mythologie hindoue !

L’ascension n’est pas facile et pas accessible à tout le monde (handicapés, poussettes, personnes âgées…). Et pour être honnête, on est un peu déçu en arrivant au sommet car il n’y a rien de spécial à voir… Mais rien que pour la superbe vue sur les Twin Towers, ça vaut le coup de transpirer un petit peu. Les grottes de Batu est selon moi un endroit exceptionnel, plein de couleurs (et de singes). Un incontournable si vous visitez la Malaisie.

Kuala Lumpur sort ses lampions pour le nouvel an chinois

Chaque année, à l’occasion du Nouvel An, la métropole malaisienne transforme ses centres commerciaux en véritables temples chinois.  L’environnement se teint de rouge flamboyant, de lampions et de marionnettes de dragons parsemées de plumes et de sequins. Cette année, ils fêtent les serpents ! Ça tombe bien, c’est mon année 🙂
En ce moment en Malaisie, les familles sont débordées, les enfants sont excités… la fête bat son plein. On achète les derniers cadeaux pour les proches (des oranges, des paniers gourmands), on s’organise pour rendre visite à la famille, et aujourd’hui, c’est en cuisine que ça se passe pour préparer les mets traditionnels.
Singapour et la Malaisie sont les destinations ayant le droit au moins de congés à cette période… 2 jours seulement contre 5 en Chine. Mais comme on dit, c’est mieux que rien…
Pour fêter l’arrivée de la nouvelle année sur le calendrier lunaire, on se rassemble, on va au carnaval, on sort les pétards pour faire fuir les mauvais esprits, on donne des sous dans une petite enveloppe aux plus jeunes, on va prier au temple…

Voila une petite série de photos prises dans le centre commercial « Pavilion » qui est réputé pour être le mieux décoré en période de fête.

L’occasion de goûter les « Dragon Beard Candy », aussi connus comme étant la barbe à papa chinoise. Elle se constitue en grande partie de sucre, de noix de coco et de cacahuètes. C’est très bon, mais attention, ça colle aux dents !! Il faut bien 5 minutes pour manger une seule de ces sucreries haha.

En tout cas on peut le dire, c’est une fête qui ne manque pas de couleurs !

Une très bonne année à nos amis chinois