Bons baisers de Bruges

Au vu des récents événements, j’ai eu envie de revoir mes photos de Belgique, histoire de panser un peu les blessures… J’avais oublié à quel point j’avais adoré Bruges & ses canaux. C’est une ville tellement romantique et qui a tellement de charme. J’y suis allée deux fois, et franchement, j’y retournerais bien encore une fois mais avec mon amoureux cette fois-ci.

Bruges sans ses canaux ? Impossible ! La première fois que j’ai visité la Venise du Nord, nous l’avons fait à pied, et la seconde fois, nous avons bravé le vent et le froid hivernal pour faire la balade en barque. Alors OUI, c’est touristique… mais c’est incontournable. Depuis l’eau, on redécouvre la ville et on voit les endroits secrets de Bruges.

A Bruges, nous avons rencontré Fidele, la Star locale. Non vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’un beau labrador qui se dorait la pilule à la fenêtre du B&B où il résidait. Il a fait le petit bonheur des locaux et des touristes pendant longtemps, et j’ai eu de la peine quand j’ai appris qu’il avait quitté ce monde le mois dernier :(( 
Basilique du Saint-Sang

Armoiries de Bruges que l’on peut voir sur la Place du Burg

Jolie vue sur Jan Van Eyckplein depuis le canal

********
J’en profite pour vous donner 3 adresses gourmandes à ne pas manquer qui sont toutes trois situées dans la même rue: la Wollestraat.

1. Juliette’s

Juliette’s, c’est la Reine des Speculoos, mais aussi de tous les petits gâteaux secs belges. Attirés par la bonne odeur de cannelle & de beurre, vous trouverez forcement votre bonheur ici.

Adresse: Wollestraat, 31A
Ouvert 7j/7
http://www.juliettes.be/

2. 2be

2be ou l’Antre de la bière. Attention aux yeux, ici c’est des pans de murs entiers de bière qui vous attendent. On y trouve aussi des spécialités locales comme des liqueurs de chocolat ou de speculoos.
Personnellement, je ne suis pas très bière, mais j’adore la Belgian Kriek (à la cerise) ou la Belgian Framboises de la Brasserie Lefebvre. Oui oui, j’ai mes petites habitudes et je ne prends pas n’importe quelle marque ! Celle ci est vraiment très fruitée et savoureuse et j’aime bien le logo avec le Manneken Pis. C’est dommage, on en trouve pas près de chez moi 😦 ça me donne une bonne raison pour retourner à Bruges ! http://www.brasserielefebvre.be/
Je vous entends déjà « oué c’est de la bière de filles quoi »… Bin oui et alors ?? 

Adresse: Wollestraat, 53
Ouvert 7j/7
http://www.2-be.biz/fr/2BeShop.php

3. Het Brugs Theehuis

Enfin troisième adresse, une magnifique boutique de thé. On y trouve toutes sortes de thés & de très jolies théières. Ça change du chocolat. Ah non, on trouve aussi du thé au chocolat… Vous vous attendiez à quoi dans la ville du chocolat ??

Adresse: Wollestraat, 8

Voila pour aujourd’hui. N’hésitez pas à me donner vos bonnes adresses en Belgique et à Bruges!

Visite de Gand & chocolat chaud chez Quetzal

Cela va bientôt faire deux ans que j’ai visité Gand pour la première fois, et le souvenir est resté intact. J’ai tellement aimé cette petite ville de Belgique que je me tâte à y retourner cet hiver pour les fêtes de fin d’année… En attendant de me décider, je vous laisse avec d’autres photos de la ville & une bonne adresse chocolatée: Quetzal.

Pour relire mes autres articles sur Gand, ça se passe ici, et , ou encore là-bas.

Malgré ses apparences un peu trompeuses, le Hot Club de Gand est l’un des meilleurs bars à Jazz de la ville. Je ne l’ai malheureusement pas testé… la prochaine fois, c’est sûr !

Halte obligatoire à la Vleeshuis, l’ancienne Halle aux viandes qui date du Moyen-Âge, et où vous pourrez déguster les spécialités gantoises sous des jambons Ganda, l’une des spécialités culinaires de la ville. Cet halle aux viandes permettait au Moyen-Âge de contrôler la vente des viandes, en évitant les viandes avariées sur le marché. Pour les veggies, des assiettes de fromages locaux sont aussi disponibles. Enfin, pour accompagner tout ça, profitez-en pour goûter aussi quelques alcools locaux comme la bière, le genièvre ou encore le roomer (liqueur à la fleur de sureau). Ouvert de 10 à 18h; fermé le lundi.

Pour en savoir plus sur le jambon ganda, cliquez-ici.

Enfin, pour bien terminer la journée, je vous suggère de vous arrêter chez Quetzal (site officiel), le Starbucks belge, pour boire un bon chocolat chaud. La carte est vaste: chocolat chaud classique, avec du miel, de la cardamome, du baileys, du piment, des épices ou encore des marshmallows, à moins que vous ne préfériez un milk-shake chocolat maltesers ? La seule condition pré-requise est d’aimer le chocolat ! C’est idéalement situé sur le chemin du retour en direction de la gare.

D’autres bonnes adresses à Gand ?

[BRUXELLES]: Entre deux BD, une pause chocolatée

Lorsque je vivais à Lille, j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises de me rendre en Belgique, et notamment à Bruxelles. Célèbre pour ses grands dessinateurs de Bande Dessinée : La mairie a décidé en 1993 de repeindre quelques murs défraichis de la ville pour faire honneur à quelques grands héros de BD pour le plus grand plaisir des touristes. Avec la trentaine de fresques dissimulées, le visiteur voit son séjour transformé en chasse aux trésors. Il existe aussi un parcours Tintin, et vous pourrez trouver quelques noms de rues renommées en cubitus, boule & bill ou encore la rue des schtroumpfs.

Comment Bruxelles est-elle devenue la Capitale de la Bande Dessinée ?

Après la Seconde Guerre Mondiale, les comics américains se sont largement diffusés en Europe, et notamment en Belgique où les les Bandes Dessinées étaient déjà très appréciées. L’un des précurseurs de ce 9ème art n’était autre qu’Hergé à qui on doit la création de Tintin & Milou en 1929 toujours aussi populaire qu’à ses débuts. La Belgique recense près de 650 auteurs de BD et certains d’entre eux ont bercé notre plus tendre enfance: Spirou, Lucky Luke, Gaston Lagaffe, les Schtroumpfs, Boule & Bill, Cubitus, l’Elève Ducobu, Largo Winch ou encore le Marsupilami.

René Goscinny, un parisien qui a aussi travaillé avec Hergé sur Tintin, a sorti la France de l’ombre grâce à ses personnages d’Asterix, du Petit Nicolas et d’Iznogoud. Ouuuuf 🙂

Bref à Bruxelles, si vous aimez les BD, vous avez une étape incontournable sur votre itinéraire: le Musée de la BD (le centre belge de la bande dessinée). Entrée 10€ pour les adultes et 6.5€ pour les 12-25. On peut y passer un bon bout de temps puisqu’en plus du musée et des expo, il y a une grande boutique et une salle de lecture. http://www.cbbd.be Ouvert tous les jours de 10 à 18h ; à proximité immédiate de la Gare de Bruxelles.

Et si tout cela vous a mis en appétit, rendez-vous au Musée du Cacao et du Chocolat situé juste derrière la Grande Place pour découvrir les origines du cacao, tout savoir sur la consommation de chocolat et les techniques du tempérage ou encore la fabrication des « pralines ». Attention, rien à voir avec la praline française faite à base d’amande et de sucre… en Belgique, la praline est une bouchée chocolatée dont la création remonte à 1912 par Jean Neuhaus (un suisse venu s’installer à Bruxelles pour aider son beau-frère pharmacien en créant une gamme de bonbons pharmaceutiques). Finalement l’entreprise Neuhaus vit le jour, les premières pralines furent créées, et c’est aussi à eux qu’on doit la création du ballotin.
Le Musée est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 16h30 et l’entrée adulte est à 6€

J’en profite pour vous donner une petite idée fête des pères avec le ballotin spécial papounet de Neuhaus inspiré par l’artiste belge René Magritte. Cliquez-ici pour plus d’infos.

Enfin, sachez qu’à Bruxelles, vous pouvez utiliser Brussels Card qui propose trois options:

–> 24 H Brussels Card – 22 € 
–> 48 H Brussels Card – 29 € 

–> 72 H Brussels Card – 35 €

Ceci vous permet de visiter plusieurs musées (dont les deux dont je viens de vous parler) et bien d’autres (Musée de la figurine, Musée Magritte, Musée de la Franc-Maconnerie, Autoworld, le planetarium ou encore le jardin botanique. Pour avoir la liste complète des musées, veuillez cliquer-ici. Vous pourrez également obtenir des réductions dans des boutiques, bar ou resto. Cliquez-ici pour avoir le détail de la Brussels Card en PDF.
Bon séjour à Bruxelles

Entre architecture flamande et béguinage, mon coeur balance…

Loin de l’excitation du centre-ville, de la foule du marché de noël et de ses illuminations, je suis allée me perdre dans le béguinage de Gand en Belgique. Le paysage se teinte alors de rouge, de marron, de blanc avec quelques touffes rebelles d’herbe verte qui sortent des pavés… Ancien quartier de béguines (religieuses), ce quartier a gardé son âme d’antan, et ici le silence est d’or.

Avant de découvrir la Belgique, je n’avais jamais entendu parler de « béguinage » alors c’est peut être aussi votre cas si vous n’êtes jamais allé dans ce pays. D’ailleurs il en existe aussi dans le nord de la France (j’en ai vu à Saint-Quentin où ces logements ont été réhabilités en logement sociaux pour les séniors). Que ce soit en Belgique ou aux Pays-Bas, il n’existe plus aucun béguinage en activité. Ce type de village est apparu au XIIIème siècle et ne concernait que les femmes seules, qui souhaitait vivre une vie pieuse, proche d’une église, mais sans pour autant perdre leur liberté (à la différence des couvents dont la vie ressemble plus à une vie monastique). Les conditions pour devenir une béguine étaient d’être veuve ou célibataire, et pouvoir subvenir à ses propres besoins. Après l’émancipation de la femme, le nombre de béguines n’a cessé de baisser, et en 2004, l’avant dernière béguine est décédée à Gand à l’âge de 99ans, et la dernière qui vivaient en hospice à Courtrai est décédée en avril dernier.
Aujourd’hui les maisons du béguinage de Gand sont des logements atypiques très prisés et où éclosent de nombreuses chambres d’hôtes. En tout cas moi ça me plairait de vivre dans une petite maisonnette comme ça! Pas vous ?

Pour vous montrer la vie des béguines à l’époque, voici une petite série de peintures et photos trouvées sur ce site internet.

Louis Tytgadt, Le Petit Béguinage de Gand (1886)
Photographies de Jozef Van Waesberghe (1930)
Si vous avez l’occasion de vous rendre à Bruges, il existe aussi un béguinage très célèbre, que je n’ai pas eu l’occasion de voir !

Un hiver à…Bruxelles

Dernière parenthèse hivernale en Belgique pour cette année, et ça se passe à Bruxelles. Tout le monde entend parler de Bruxelles et de son marché de noël, donc je me devais d’aller voir ça. Concernant l’architecture, Bruxelles n’a rien à envier à ses camarades; j’ai surtout été époustouflée en arrivant sur la Place Markt (la Grand’Place); d’ailleurs c’est pas mal décoré pour les fêtes de noël: sapins, crèche géante & illuminations. Quand on se balade dans les ruelles de la ville, on retrouve des centaines de chocolatiers avec la petite vitrine qui va bien; mais en revanche, le « marché de noël » est une vaste blague… C’est le point décevant de mon excursion: je m’attendais à quelque chose de grandiose, et je trouve des chapiteaux disséminés à droite, à gauche, rien n’est cohérent et c’est pas très joli… Bref, tellement nul que je n’ai pas pris de photos…
Le point fort de cette ville, c’est l’événement des Nuits Electrabels: un vrai spectacle de lumières à la Grand’Place sur 360°: j’ai adoré et je n’ai pas retrouvé ça partout !

En bref, ça reste une balade agréable à la saison de noël, bien que ça ne soit pas ma destination belge préférée.

Toutes les photos ont été prises l’an dernier


★ ★  Quelques idées pour des cadeaux de noël ★ ★

Des souvenirs gourmands de chez Dandoy (Rappelez-vous, je vous ai déjà parlé de cette institution ici)
La bière de noël de chez Delirium (Un bar ultra connu avec un nombre incalculable de bières)
Un Manneken Pis en chocolat (de goût un peu plus douteux ^__^ mais sinon vous pouvez toujours acheter des chocolats classiques, les adresses ne manquent pas)

Avez-vous déjà visité Bruxelles ? Vous avez aimé ?

En tout cas, je vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de fin d’année. Je reviendrai en force l’année prochaine avec encore plus d’articles, de voyages & de recettes.

A très bientôt 

Un hiver à…Gand

Pour mes premières visites en Belgique, j’ai choisi Bruges et Bruxelles, et après m’être rendue deux fois dans chacune de ces villes, il était temps pour moi de voyager vers d’autres destinations, parce que la Belgique ne se résume pas à deux villes. J’ai joué la carte de la simplicité en allant à Gand, qui se trouve seulement à une heure de Lille en train (et en direct !). J’en profite pour vous parler d’un bon plan transports: les belges mettent tout en œuvre pour promouvoir la Belgique à l’époque de noël, et ils proposent un billet à tarif spécial pendant la période des fêtes: le « Christmas Deal » qui coûte10€ pour un aller/retour (disponible tous les week-end de décembre). Cliquez-ici pour en savoir plus.

La balade s’annonce très prometteuse, même la gare est canon !

Une fois sur place, vous n’aurez plus qu’à rejoindre le centre historique (à pieds ou en tramway selon la météo). Avec ma copine Caro, nous l’avons fait à pieds, et ça ne nous a pas tué, c’est seulement 20 minutes de marche.
Bien sûr, comme toutes les grandes villes de Belgique, Gand a son marché de noël et se balader au cœur du marché de noël, en humant les parfums de toutes les gourmandises de noël tout en admirant la sublime architecture qui l’entoure était juste un pur bonheur. Chalets de noël, attractions, grande roue, patinoire… tout est là, y compris les carillons du beffroi qui tintent toutes les 15 minutes. C’est comme un rêve.

 
Si vous avez la chance de rester une nuit sur place, suivez les notes de Tchaïkovski jusqu’au Capitole où se danse « Casse-Noisette » (le 19/12 à 20h pour 33€). Quoi de mieux pour se mettre dans l’ambiance des fêtes ? Si vous préférer les chants, vous pouvez choisir les chants traditionnels du Concert de Noël (le 21/12 à 20h pour 16.50€) ou le Gospel de Londres (Spectacle le 23/12 à 20h pour 35€).

★ ★  Quelques idées pour des cadeaux de noël ★ ★

Des cuberdons (neuzeke en néerlandais) ; Les cuberdons sont les petits cônes que vous voyez ci-dessus. Ceux-ci sont fourrés aux fruits rouges et à la réglisse mais on peut trouver bien d’autres saveurs. La croute est épaisse mais le cœur est fondant… c’est délicieux.
Des chocolats… rien de surprenant. Personnellement j’ai choisi d’acheter les miens chez le chocolatier Van Hoorebeke qui possède deux boutiques: à Gand ! On ne peut donc pas trouver plus local que ça ! Et depuis la boutique, on aperçoit l’atelier du chocolatier à l’étage inférieur; l’idée d’avoir « percé » le sol est une idée géniale. La vitrine présente un immense choix de chocolats et on ne sait plus où donner de la tête !

Le Site de l’Office de Tourisme de Gand: cliquez-ici

La visite de Gand ne s’arrête pas là, je reviendrai prochainement pour vous parler du magnifique patrimoine gantois, en attendant, passez un bon week-end ! 

Brunch insolite au Wasbar de Gand

Après Bruxelles et Bruges, j’ai profité d’un séjour dans le Nord pour me rendre à Gand, ville flamande que je ne connaissais pas encore. En organisant ma journée via le site de l’Office de Tourisme de la ville, je suis tombée sur un endroit complètement insolite: le Wasbar. Leur concept ? Une laverie où on peut se poser dans les fauteuils, bouquiner et déguster une bonne gaufre ou encore même se faire coiffer en attendant que son linge soit prêt. Leur brunch semblait avoir beaucoup de succès, alors je ne pouvais pas manquer cela. J’ai préféré réserver en amont sur leur site internet, pour être sûre d’avoir une table à mon arrivée, et j’ai bien fait puisque beaucoup de restaurants sont fermés le dimanche, et visiblement, le Wasbar rencontre beaucoup de succès. Nous avons choisi la petite table à côté du sapin de noël, dans un coin un peu tranquille.

Au programme: un brunch à 18€ comprenant du sucré (viennoiseries, gaufres, brioches & confitures) ainsi que du salé (salades, charcuterie, saumon fumé, fromages & petit plat chaud) avec en revanche des boissons en supplément. Ce brunch fait le bonheur des carnivores comme des végétariens ! Pour ma part, j’en ai eu pour 25.50€ avec un brunch, deux jus d’oranges pressées et une eau minérale (oui la carafe d’eau n’existe pas en Belgique): un prix plus que raisonnable pour un repas de cette qualité !

Avec déjà deux laveries à leur actif, les deux managers du Wasbar maîtrisent le marketing et la communication avec perfection. Ils ont obtenu un partenariat avec Electrolux pour les machines à laver, ont lancé leur propre livre de cuisine et sont sur le point d’ouvrir deux autres franchises. Si vous voulez vous connecter au wifi gratuit quand vous serez sur place, pas de problème, à condition de liker leur page facebook. Alala ils sont forts ces néerlandais ! Bref, ils ont trouvé LE concept qui fonctionne, alors attendez-vous à les voir débarquer partout en Belgique, et pourquoi pas aux Pays-Bas et en France. J’espère qu’ils en profiteront pour proposer au moins une version anglaise de leur site internet et de leur livre parce que pour l’instant, il vous faudra utiliser un traducteur en ligne, ou vous mettre au néerlandais.
Le Site Officiel du Wasbar: cliquez-ici
Le Site de l’Office de Tourisme de Gand: cliquez-ici
Voila pour le coup de cœur de mes petites vacances.
A très vite pour de nouveaux articles sur le Nord et la Belgique.
Les patrons qui passent du bon temps… mais ne vous y fiez pas, en réalité, ils veillent au grain !

Bruges, le paradis du chocolat

L’une des principales motivations pour se rendre à Bruges ? Le chocolat bien sûr ! Les rues nous enivrent de cette bonne odeur de cacao ; les vitrines sont plus alléchantes les unes que les autres… Personne ne reste insensible à toutes ces gourmandises ! Le mieux est de s’y rendre avant les fêtes de noël lorsque la ville revête une atmosphère particulièrement romantique.

Bon, vous vous doutez bien que je ne vais pas vous abandonner là avec ces quelques clichés! C’est l’heure de connaître toute l’histoire du chocolat ! Pour cela, je vous donne rendez-vous au Choco-Story (le Chocolate Museum de Bruges). Ce musée qui ravit les petits comme les grands vous propose un circuit itinérant retraçant toute l’histoire du chocolat, à commencer par les Mayas…

Pour les Mayas et les Aztèques, le chocolat chaud était une boisson divine. Ils aimaient le consommer amère et très épicé avec de la vanille et du piment ou en faisaient offrande avant le mariage pour assurer une bonne fécondation; pour purifier les enfants ou encore pour accompagner les défunts vers les cieux. Bref, son utilisation était multiple !

Le chocolat fut introduit en France en 1615 grâce aux conquistadors espagnols et il était réservé à la haute bourgeoisie française. Il devint très populaire à la Cour et Louis XIV en était tellement accro qu’il se préparait parfois lui même sa boisson chocolatée. En 1659, un toulousain nommé David Chaillou reçut l’autorisation du roi pour ouvrir la première boutique de chocolats de Paris: on y trouvait alors des liqueurs, des boîtes de chocolats, des pastilles… et ce n’est seulement qu’en 1671 qu’il y introduit le chocolat chaud à boire. David Chaillou garda le monopole absolu pendant 29 ans ! A l’époque, on dégustait le chocolat pour rester en bonne santé, mais peu à peu, ses vertus aphrodisiaques prirent le dessus sur la médecine.

La première « Chocolate House »ouvrit ses portes en 1657 en Angleterre. Il s’agissait de clubs très privés où on pouvait déguster des chocolats chauds tout en parlant de politique ou en s’adonnant à des jeux d’argent. 50ans plus tard, la capitale britannique en comptait plus de 2000.

Plus d’un siècle plus tard, en 1770, Marie-Antoinette arriva à Versailles avec son propre chocolatier que l’on surnommait « le Chocolatier de la Reine ». Peu à peu, de nouvelles tendances apparurent tels que le chocolat aux amandes, le chocolat à la fleur d’oranger ou encore au bulbe d’orchidée. Mais Marie-Antoinette avait des goûts de luxe, et celui qu’elle appréciait le plus était le chocolat chaud parfumé à l’ambre gris naturel. En 1782, elle se fit livrer son propre service à chocolat décoré de bleuets, l’une de ses fleurs préférées, pour refléter la couleur de ses yeux.

 
Consultez cette vidéo si vous souhaitez en savoir plus sur les péchés mignons de Marie-Antoinette
& son fameux chocolat chaud parfumé à l’ambre

En chiffre, c’est assez perturbant…

Pas de cacao dans le chocolat blanc… du sucre, du beurre, du gras…
depuis cette visite, j’ai quasiment arrêté de manger du chocolat blanc tellement ça m’a dégoûté !

Cependant une question reste en suspens: le chocolat était très apprécié en Espagne et en France. Alors pourquoi aujourd’hui les meilleurs chocolats viennent de Belgique et de Suisse ? Je n’ai malheureusement pas pas la connaissance suffisante pour vous répondre… Ceci étant dit, il existerait plus de chocolateries en Belgique par son passé de fabrication traditionnelle, et en Suisse par ses innovations en fabrication industrielle. La Suisse a introduit le chocolat beaucoup plus tard que tous les autres pays européens, et c’est le maire de Zurich de l’époque qui rapporta des échantillons de chocolats provenant de… Bruxelles ! 

Le Saviez-vous ?

Les Belges consomment à peu près 8kg de chocolat par an et par personne contre 6,7 en France. 

Noël représente près de 30% du chiffre d’affaire du chocolat contre 20% à Pâques.

Jeff de Bruges contrairement à ce que son nom l’indique, n’est pas une marque belge, mais bien française !

Bon revenons à nos moutons ! A Bruges, j’avais entendu parler d’une boutique dans laquelle on y dégusterait le meilleur chocolat chaud de la ville… Afin de satisfaire mes lecteurs, je me suis sentie obligée d’aller vérifier cela ! (l’hypocrite…)
 
Il s’agit de « The Old Chocolate House »:
Pour moins de 8€, on vous apportera un énorme bol de lait chaud* avec une double assiette garnie de mignardises en tous genres: crème brulée, gâteau à l’amande, guimauve à la noix de coco, cupcake au café, financier à la framboise et surtout un gros chocolat à plonger dans votre lait chaud. Une fois la dégustation terminée, vous pourrez toujours en profiter pour gâter vos proches à la boutique située en rez-de-chaussée.

* formule disponible aussi avec le thé

1c Mariastraat, Brugge 8000

Verdict: un vrai délice !

A votre tour de partager vos bonnes adresses chocolatées !

A la découverte des savons belges avec Bubbles at Home

En flânant dans les ruelles de Bruges, je suis tombée nez-à-nez avec cette merveilleuse boutique de savons. Et pour une fois nez-à-nez est l’expression appropriée tant les odeurs sont à tomber ! 
Bubbles at Home possède deux boutiques situées uniquement en Belgique (Bruges/Gant). Ces savons aussi beaux qu’appétissants, sont fabriqués de façon traditionnelle, sont 100% naturels et utilisent par exemple les richesses de la Mer Morte ou encore l’huile d’argan.
Verveine, Musc, Cerise, Vanille, Cookie, Tabac, Violette ou Lavande… Boules effervescentes, bougies, gel douche tortue ou fausse tarte aux fraises, Bubbles at Home satisfait les petits comme les grands.
J’aurais bien voulu tester quelques uns de leurs produits, mais je trouve malheureusement leurs prix un peu excessifs pour du savon… Eh oui, j’ai l’oeil avisé d’une fille qui vient de Grasse, capitale des parfums et temple des cosmétiques 🙂
Cependant, si vous avez déjà testé leurs produits ou si vous connaissez d’autres marques ou boutiques belges, n’hésitez pas à m’en faire part !

Bubbles at Home
Wollestraat 21
8000 Bruges
Ouvert tous les jours de 10h à 18h

Le Frietmuseum de Bruges, une frite une fois

Chaque métropole a son lot de musées insolites ; Je vous emmène aujourd’hui au Musée de la Frite de Bruges (Frietmuseum en néérlandais). Installé dans un magnifique bâtiment du XIVème siècle, le musée se divise en trois parties: l’histoire de la pomme de terre, l’histoire de la frite & la salle de dégustation.

Un peu d’histoire:

– A l’origine, la pomme de terre ayant été classée dans la famille des Solanacées (parmi des herbes utilisées en sorcellerie), elle a vite eu une réputation douteuse. Par ailleurs, elle pousse sous terre: cela a renforcé l’idée qu’elle ait été en relation avec le diable.Selon l’Encyclopédie des herbes magiques de Scott Cunningham, les sorciers du marais charentais affirmaient pouvoir crever les yeux d’un ennemi en plantant des hameçons dans les « yeux » des pommes de terre.

– Par la suite, la pomme de terre a eu des connotations sexuelles à cause de la fameuse citation d’un chirurgien/charlatan londonien qui a dit: « J’en ai planté dans mon jardin, elles sont nourrissantes et fortifiantes et provoquent la débauche »

– A l’époque de Louis XIV, un apothicaire nommé Antoine Parmentier a voulu inciter le peuple a consommer de la pomme de terre pour combattre la disette: sa stratégie a été de faire surveiller par des gardes un champs de patates pour faire croire qu’il s’agissait d’une culture rare et couteuse. Les gens du peuple ont alors volé des tubercules, et ont commencé à les cuisiner et à vraiment les apprécier. Louis XIV l’a félicité en lui disant « La France vous remerciera un jour d’avoir inventé le pain des pauvres. » D’ailleurs « Parmentier », ce nom ne vous rappelle rien ? Eh oui, le hachis parmentier lui rend hommage !

– Pourquoi « French Fries » ? Cette expression serait née durant la première guerre mondiale. Des soldats belges auraient proposé des frites aux soldats américains, qui eux, pensaient avoir à faire à des français. Le terme « French Fries » vit le jour.

En chiffres:

– La Chine, premier producteur mondial avec près de 73 036 tonnes par an suivie de la Russie & de l’Inde
– Près de 55kg de pommes de terre et produits dérivés de pommes de terre consommés par an et par habitant en France (soit moitié moins qu’il y a 50 ans. Malgré cette dégringolade des statistiques, la pomme de terre reste le légume le plus consommé en France.
– Une frite surgelée sur 3 consommée en Europe est une frite McCain

La Pomme de Terre, un bon remède pour se soigner:

– Effet anti-inflammatoire en cas de blessure peu profondes
– Effet apaisant pour les maux d’estomac après ingurgitation d’un jus de pomme de terre crue
– En cas de peau grasse sur le visage: se masser quotidiennement la peau avec une tranche de pomme de terre crue pourrait résoudre le problème
– En cas de goutte, diarrhée chronique, rhumatisme, arthrite ou diabète: ingurgiter quotidiennement un jus de pomme de terre crue mélangé à un jus de légumes ou de fruits frais

Apports nutritionnels de la pomme de terre:

Vitamine C, potassium, magnésium, phosphore, soufre, silicium (renforce les ongles & cheveux), protéines & hydrates de carbone: la pomme de terre semble être un aliment très riche et équilibré. La meilleure façon de le cuisiner semble être en « robe des champs » pour conserver un maximum de ces apports nutritionnels.

Une pomme de terre cuite ne contient que 50 calories contre 120 pour une pomme de terre sautée.

Quelques idées de recettes:

En France: Aligot, Hachis Parmentier, Gratin dauphinois, Pommes dauphines, flan de pommes de terre au brie…

A l’étranger: Röstis, Tortilla, Latkes, Poutine, Mashed potatoes, Fish&Chips…

Pour accéder au site spécialiste de la pomme de terre: cliquez-ici

Comme dirait la famille Tuche: « Des frites ! Des frites ! Des frites, des frites, des frites ! »

Allez, en bonus, la bande annonce du film si vous ne l’avez pas encore vu.