Moules marinières et potatoes au four

Depuis le temps que je voulais me lancer dans la préparation de moules, c’était une vraie réussite et j’étais épatée de voir à quel point c’était facile à réaliser. Cela m’a rappelé l’année de mes études à Lille et la fameuse braderie avec les monceaux de coquilles vides devant chaque restaurant pour tenter de faire le plus gros tas. Mouahah quelle belle époque!
Très honnêtement, même si vous n’êtes pas un as des fourneaux, cette recette est à votre portée: alors faîtes-moi plaisir et relevez le pari (j’attends les photos). Les deux recettes nécessitent peu d’ingrédients et vous pouvez préparer tout cela en une petite heure.

Alors on entend beaucoup parler des « Moules de bouchot », mais KEZAKO concrètement ? On pourrait se dire que c’est un petit bled du côté de l’Atlantique, mais que nenni… C’est en réalité la méthode de culture ; mais si, vous savez, ces espèces de picots qui sortent de l’eau recouverts de moules: eh bien ce sont ces mas qui sont appelés bouchots. Vous savez tout…

D’ailleurs cette appellation devrait un jour être labellisée, mais en attendant, sachez que la moule de bouchot est certifiée STG sur un plan européen. STG signifie « Spécialité Traditionnelle Garantie » ce qui permet aux consommateurs de s’assurer de la méthode de culture bien traditionnelle et de la qualité du produit. D’ailleurs, sachez que la moule de bouchot est actuellement le seul et unique produit français à être certifié STG. On la retrouve à côté de la mozzarella pour l’Italie ou du jambon serrano en Espagne.

Un peu de lecture pour ceux qui souhaitent aller plus loin: Les Moule de Bouchot

Allez revenons à nos potatoes !

La recette est prévue pour 2 à 3 personnes et avec une quantité raisonnable de pommes de terre parce que nous faisons attention en ce moment :p C’est parti

Etape 1: Les potatoes au four

  • 6 patates de taille moyenne ou 8 petites
  • 2/3 CS d’huile d’olive
  • 2 gousses d’ail écrasées
  • paprika en poudre
  • piment de Cayenne doux
  • (option): sel au piment d’Espelette

Préparation:

Lavez bien vos pommes de terre sous l’eau tiède/chaude pour bien enlever la terre restante et n’hésitez pas à les brosser si besoin. Il n’est pas nécessaire de peler vos patates, c’est meilleur avec la peau et on gagne tellement de temps 😀 c’est donc la recette idéale.

Commencez par couper vos patates dans le sens de la longueur, puis détaillez-les en quartier et réservez dans un grand bol.

Une fois les potatoes coupées, on passe à la marinade. Ajoutez l’huile d’olive, l’ail,  une bonne dose de paprika, un peu de piment en poudre et moi personnellement j’ai utilisé mon sel au piment d’Espelette, un cadeau qui m’a été offert par Belle-Maman l’an dernier ; mais vous pouvez tout à fait utiliser un sel classique ou aux herbes.

Mélangez bien pour répartir la marinade, ajustez la quantité de paprika si besoin puis versez les potatoes dans un plat à gratin dans un four préchauffé à 200°C et enfournez pour 35 minutes. En fin de cuisson, plantez la pointe d’un couteau dans une pomme de terre pour vérifier la cuisson, et servez aussitôt avec les moules bien chaudes.

Etape 2: Les moules marinières

  • Une barquette de moules de bouchot (moins de 2 kg)
  • 1 branche de céleri (feuilles incluses)
  • du beurre doux (ou salé)
  • 2 belles échalotes
  • 2 petites gousses d’ail écrasées
  • 1/3 d’un bouquet de persil plat
  • une bonne rasade de vin blanc sec (j’ai utilisé un Bourgogne Aligoté)
  • une pointe de crème liquide
  • sel/poivre

Préparation:

Dans un fait tout, disposez une belle grosse noisette de beurre avec les échalotes émincées, l’ail écrasé, le céleri épluché et émincé (on passe deux coups d’épluche-légumes sur la tige pour que cela soit moins fibreux) ; salez, poivrez et faîtes revenir le tout. Remuez très régulièrement pour que rien ne brûle et ce jusqu’à ce que les échalotes soient transparentes.

En parallèle, passez vos moules sous l’eau à l’aide d’une passoire. J’ai utilisé des moules de bouchot achetées chez Grand Frais sous vide, et elles étaient très bonnes. Elles sont déjà lavées, mais par soucis de conscience, on repasse un bon coup sous l’eau froide pour s’assurer d’enlever les petites impuretés restantes et/ou le sable.

Versez ensuite vos moules dans le fait-tout ; ajoutez vos herbes ciselées (feuilles de céleri et persil) puis ajoutez une bonne rasade de vin blanc. Couvrez 5 à 10 minutes pour que la cuisson soit homogène, le temps que toutes vos moules s’ouvrent et enfin, rajoutez un peu de crème liquide pour lier le tout, réajustez l’assaisonnement si besoin. Remuez délicatement pour que le jus se répartissent un peu partout et servez bien chaud.

Bon appétit 🙂 

 

Publicités

Carré d’agneau aux herbes & pommes grenaille rôties au miel et romarin

Depuis Pâques j’ai envie de préparer un carré d’agneau, et hier, je me suis finalement lancée… Une petite ola s’il vous plait pour cette toute première recette à base d’agneau, qui, on doit le dire, nous a RÉ-GA-LÉ ! Je suis d’une nature peu carnivore, mais une bonne viande de temps en temps, je ne dis pas non. Du coup, je choisis une bonne boucherie, et ça tombe bien, j’en ai une magnifique à deux pas de chez moi sur la commune du Cannet (à 3km de Cannes): la Boucherie Baussy qui existe depuis près de 40ans. Le jeune qui m’a servi a été de très bon conseil pour la cuisson et m’a donné des petites astuces pour bien réussir ma viande. C’était divin et la viande était supra-tendre. Un grand merci à lui 🙂

Leur Page Facebook / Leur Site Internet

Ingrédients:

  • Pommes de terre type grenaille
  • Romarin frais (du jardin pour ma part)
  • Miel de lavande
  • Fleur de sel
  • Poivre
  • 2 belles gousses d’ail (ou 3 petites)
  • Un carré d’agneau (2 côtes par petit mangeur, 3 par gros)
  • Thym
  • Huile d’olive
  • Eau

Préparation:

Commencez par préparer les pommes de terre. Les grenailles ont une peau très fine, et il n’est pas nécessaire de les éplucher (c’est entre autre pour cela que je les adore 😉 ). Passez-les sous l’eau et brossez-les si besoin pour enlever la terre. Coupez-les en quartier, mettez-les dans une poêle avec un bon filet d’huile d’olive et vos gousses d’ail écrasées. Mettez sur feu assez fort et remuez très régulièrement avec une cuillère en bois. Si l’huile est un peu trop chaude et que ça éclabousse, baissez un peu le feu. Ajoutez votre romarin frais grossièrement dans la poêle, une bonne cuillère à café de miel que vous répartissez un peu partout, mélangez de nouveau puis couvrez. Continuez à remuer les pommes de terre régulièrement, et ce pendant environ 40 minutes en tout. Lorsqu’elles sont bien dorées, faîtes un tour de moulin à poivre, ajoutez la fleur de sel puis réservez.

Pour le carré d’agneau, demandez d’abord à votre boucher de le préparer pour qu’il soit paré et prêt à être cuisiné. Mon boucher m’a aussi donné une barquette en aluminium. Commencez par préchauffer votre four à 180°C en mettant la grille au centre.
Dans votre barquette en alu, ajoutez un fond d’eau, placez votre carré côté bombé sur le dessus, assaisonnez d’un trait  généreux d’huile d’olive, puis saupoudrez la chair de thym. Placez ensuite la barquette dans un plat allant au four, et enfournez dans un four bien chaud, pour 35 minutes. A sa sortie du four, découpez-le en suivant les côtes, dressez avec les pommes de terre, puis assaisonnez la viande à ce moment là avec du poivre et de la fleur de sel.

Le fond d’eau a permis à la viande d’être super tendre, et franchement la cuisson était parfaite. La viande était pleine de saveur et vraiment délicieuse.

Un grand merci à mon boucher 🙂

La prochaine fois, j’essaierai de faire le carré d’agneau en croûte, je vous en dirai des nouvelles.

Bon appétit

# Brunch de janvier: détox

Bonjour à tous, l’année 2015 sera placée sous le signe de la gourmandise chez Discovart ; comparée à 2014, l’année sera forcément moins riche en voyage (mais ne vous inquiétez pas pour ça, avec tout le retard que j’ai accumulé, j’ai largement de quoi tenir jusqu’à décembre hahaha) ; donc j’ai décidé de lancer un nouveau projet brunch. C’est simple: chaque mois son brunch ! Le projet m’est venu assez naturellement, et les idées ont fusé en masse dans ma petite tête ; je me suis alors empressée de tout noter, à tel point que tous mes menus sont prêts jusqu’à décembre (je suis folle je sais). Bien sûr, le menu du mois est susceptible d’être modifié en cours de route selon mon humeur et mes inspirations.

Après les fêtes, tout le monde a envie de faire attention, donc commençons l’année de façon saine et équilibrée avec un brunch détox !

Ce brunch est composé de: d’un jus d’orange pressé, granola maison, de yaourt sans matière grasse, d’une brunoise de kiwi, de croquettes de pommes de terre tomate-feta-persil & d’une salade de mâche à l’huile de sésame.
Granola à ma façon:

– un demi paquet de flocons d’avoine
– sirop d’agave
– 4 CS huile de coco vierge
– cerneaux de noix
– noix de macadamia
– noisettes
– amandes
– cardamome
– cannelle
– 1 sachet de sucre vanillé

Réduire les fruits secs en petits morceaux à l’aide du robot, transférer dans un cul de poule, puis ajoutez les flocons d’avoine. Faites préchauffer votre four à 180°C en mettant la grille à mi-hauteur.
L’huile de coco vierge se présentant sous forme solide (comme un beurre), faites le fondre à la casserole et versez le dans le mélange ; rajoutez également le sucre vanillé, un peu de cannelle, un peu de cardamome et un peu de sirop d’agave. Mélangez le tout.puis versez sur une plaque préalablement beurrée (beurre normal, huile ou bien beurre de coco pour continuer sur la même lancée) ; répartissez bien le granola sur la plaque, puis enfournez pour 20 minutes. A mi-cuisson, mélangez votre granola pour qu’il puisse dorer d’une façon bien homogène. Une fois les 20 minutes écoulées, sortez la plaque du four et laissez sécher à l’air libre pour éviter que ça ne colle. Préservez votre granola dans un bocal en verre.

 

J’accompagne mon granola de fromage blanc à 0% de matière grasse et pour la touche fruitée, j’ai rajouté des canneberges séchées et j’ai fait une brunoise de kiwis. Vous pouvez également mettre de la banane.

Je dois dire que je suis ravie d’avoir choisi l’huile de coco, ça apporte un goût subtile de coco, sans pour autant être écœurant ! Un vrai coup de coeur.

Galettes de pommes de terre tomate-persil-feta & salade de mâche:

– pommes de terre
– beurre/huile d’olive
– feta
– tomates cerises
– du persil plat
– 1 oeuf
– un peu de farine ou maïzena
– une CS de crème fraîche
– de la mâche
– huile de sésame
– sel, poivre

Pour cette recette, il faut commencer par faire une purée: on fait bouillir une casserole d’eau avec un peu de sel, on épluche les pommes de terre et on les coupe en morceaux pour gagner du temps, et une fois cuites (à peu près 20 min de cuisson), on vide l’eau et on écrase les pommes de terre avec un peu de beurre ou d’huile d’olive (voire des deux si on veut mélanger comme moi).

 

On coupe ensuite les tomates cerises, on émince le persil et on émiette la feta dans cette purée ; enfin, on ajoute un oeuf, la crème fraîche et un peu de farine pour lier le tout, on mélange bien et on peut commencer à former les croquettes à l’aide de deux cuillères à soupe. Mettez un peu d’huile dans votre poêle, et faites dorer vos croquettes. En attendant qu’elles soient bien dorées, dressez la mâche dans l’assiette avec un trait d’huile de sésame, un trait de vinaigre, sel, poivre; puis dressez vos croquettes. Servez chaud.

 

Organisation:

Afin de gagner du temps le matin, j’ai préparé mon granola et ma purée la veille. Le lendemain matin, j’ai juste eu à presser mes oranges, assembler le granola avec le yaourt, préparer ma brunoise de légumes et faire les croquettes et la salade.

BONUS

Qu’est-ce que l’agave ? Le sirop d’agave est un sucre naturel, extrait de la sève des cactus au Mexique. Il remplace le sucre blanc à merveille, et a un index glycémique beaucoup plus faible (15 pour l’agave, 70 pour le sucre blanc, 85 pour le miel). Il est donc idéal pour lutter contre le diabète, le surpoids ou encore les caries !

Ecrasé de pommes de terre, huile d’olive & noisettes

Ça fait un moment que j’ai repéré cette recette ô facile mais pourtant ô gourmande qui s’accommodera avec une viande ou une bonne salade. Et si vous voulez rendre cet écrasé de pommes de terre encore plus gourmand pour les fêtes de fin d’année, vous pouvez remplacer l’huile d’olive par une huile de noix ou une huile de truffe. Par chance il me restait un peu de ciboulette dans le jardin qui a survécu miraculeusement 🙂

 

Ingrédients (pour 3-4 personnes):
– 8 petites & moyennes pommes de terre
– une dizaine de noisettes
– 1 bonne CC de beurre doux
– 3 CC de crème fraîche
– huile d’olive
– sel & poivre
– ciboulette & échalote

Préparation:
– On fait chauffer de l’eau jusqu’à ébullition
– En attendant, on épluche les patates et on les rince
– On les plonge dans l’eau pendant 30 minutes à peu près
– En attendant, on peut commencer à ciseler la ciboulette, l’échalote et à concasser les noisettes

– Une fois les pommes de terre cuites, on les égoutte, on les place dans un saladier et on les écrase ; on rajoute une noisette de beurre, 3 cuillères à café de crème fraîche, on mélange de façon bien homogène, on rajoute l’huile d’olive (plus ou moins selon vos goûts), on assaisonne avec du sel, du poivre, et enfin on rajoute les noisettes, la ciboulette et l’échalote avant de remélanger une toute dernière fois.

– On sert sans plus attendre

Latkes, galettes de pommes de terre pour Hanouka

Comme promis vendredi, je vous donne aujourd’hui la recette des Latkes, les fameuses galettes de pommes de terre qu’on peut servir à Hanouka. En réalité, on retrouve des recettes très similaires un peu partout en Europe: en Belgique, en Allemagne, en Suède, en Pologne ou encore en République Tchèque. Mais effectivement, les galettes les plus connues sont les latkes que mangent les juifs ashkénazes pour Hanouka.

Pour 16 latkes (soit 4 par personne)

– 6 pommes de terre de taille moyenne

– 1 oignon blanc
– 40gr de farine
– 2 oeufs
– 1 cuillère à café de sel
– du poivre
– de l’huile de friture + huile d’olive
– de la ciboulette
Pour réaliser cette recette, il est très préférable d’utiliser un robot pour râper les pommes de terre une fois qu’elles sont épluchées bien sûr (comme des carottes râpées).
On râpe de la même façon l’oignon puis on réserve l’ensemble dans un saladier en mélangeant un petit peu pour bien répartir l’oignon.
Il faut tout presser puisque c’est gorgé d’eau. (Ce n’est pas la partie la plus marrante de la recette…)
Dans un autre saladier, on mélange la farine, les oeufs, et on assaisonne avec du sel et du poivre.
On mélange patates/oignons à l’appareil et on mélange bien.
Dans une grande poêle tapissée d’un mélange huile de friture/huile d’olive, on vient déposer 4 à 5 galettes que l’on forme à l’aide d’une grande cuillère à soupe puis on fait bien frire les galettes en les retournant régulièrement pour ne pas qu’elles brûlent.
Une fois que la galette arbore un look sympathique et bien bronzé, on la dépose dans un plat doté d’un papier absorbant (voire une double couche puisque c’est bien gras), et on réitère l’opération jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de patates crues dans le saladier (vous aurez également à rajouter de l’huile). Une fois terminées, on peut disposer les galettes sur une plaque toujours recouverte de papier absorbant, et on essaye de tapoter les galettes pour leurs faire perdre un maximum de leur matière grasse. Si besoin, on peut repasser un petit coup au four pour les rechauffer, et juste avant de servir, on saupoudre avec de la ciboulette ciselée pour donner un peu de goût et de couleur.
Ces galettes s’accomodent parfaitement avec de la viande ou une salade verte.

 

Et comme l’autre fois, un petit bonus musical: Matisyahu, un juif américain qui nous propose sa version de Happy Hanukkah version reggae… vraiment sympa 🙂

http://youtube.googleapis.com/v/K1QRSl6hUZw&source=uds

A bientôt les copains ! 

Les prochaines recettes seront surement axées sur les fêtes de Noël 
(et oui, c’est l’avantage d’être « moitié-moitié » haha)

Hasselbackspotatis, les pommes de terre à la suédoise

J’avais délaissé mes fourneaux depuis le mois de juillet… quelle honte ! Je reviens aujourd’hui avec une recette qui nous vient de Suède, les Hasselbackspotatis. Cette recette a fait fureur sur les blogs il y a quelques temps, et j’avais moi même essayé l’an dernier en interposant des feuilles de laurier dans les orifices, et j’avais été vraiment déçue du résultat. J’ai retenté cette fois-ci en accompagnant mes patates de boulettes de viande (bien sûr…), et de sauces, puis j’ai troqué le laurier par de simples herbes de Provence. Pour bien faire, il aurait fallu une sauce à la suédoise et de la confiture d’airelles, mais à défaut d’avoir ça sous le coude, je me suis contentée de ketchup, mayo, moutarde, ça va tout aussi bien!

 

Recette pour 4 personnes:
– 1 kg de pommes de terre (de même gabarit si possible)
– 40g de beurre fondu
– 3 cl d’huile d’olive
– sel, poivre, herbes de Provence (ou romarin)

En accompagnement:
– des boulettes de viande

Préparation:

– On préchauffe le four à 200°C
– On épluche les pommes de terre et on les coupes sans aller jusqu’au bout pour ne pas que ça s’effondre (on peut bloquer la patate entre deux baguettes si besoin)
– On fait fondre le beurre, on rajoute l’huile d’olive, le sel, le poivre et les herbes de façon généreuse
– Une fois les pommes de terre lavées, on les place dans un plat à gratin, et on les recouvre de la préparation beurre/huile

– On enfourne 50 minutes en nappant régulièrement les patates de ce même jus
– A 10 minutes de la fin, on peut faire chauffer les boulettes de viande à la poêle et on sert le tout chaud

 

Bon Appétit // Smaklig måltid